En amour, sommes-nous des bêtes ?

Michel Serres. Éditions Le Pommier, 2003. 64 pages.

Note de lecture d’Agnès Lenoire - SPS n° 257, mai 2003

La réponse à la question du titre est non, assurément. Pas tant parce que nous serions civilisés, mais plutôt parce que, participant pourtant des mêmes origines et des mêmes besoins, nous avons bifurqué. Pourquoi ? Par déprogrammation, qui rend la liberté au corps, à l’esprit et au cœur. Car les animaux vivent sous les contraintes de leur spécificité : le sabot, la griffe, la pince ont des rôles précis. La main de l’homme est, elle, vouée à ne rien faire de particulier, donc à faire ce qu’elle voudra apprendre. Il en va ainsi pour toutes les fonctions humaines, où l’homme est omnivalent, amour y compris. Laissez Michel Serres vous chanter le libre-arbitre de nos sentiments, lié à son cortège de faiblesses et de lacunes, mais si riche de possibles. Suivez-le dans ses grandes enjambées poétiques, souples, déliées, dynamiques. Notre philosophe réinvente l’amour et, sous sa plume élégante, le plus petit mot se fait charnel et l’émotion vivifiante.
Mis en ligne le 16 juillet 2004
1115 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !