Accueil / Notes de lecture / Énergie noire, matière noire

Énergie noire, matière noire

Publié en ligne le 12 mars 2006
Note de lecture d’Agnès Lenoire

« Ravir des mains de la métaphysique les mystères originels et les déposer dans l’escarcelle de la physique avec l’étiquette "à expliquer"et finalement les clarifier, peut-on rêver tâche plus saine, plus exaltante [...] ? »

Michel Cassé, astrophysicien au CEA, a cette réputation de mettre la poésie au service de la vulgarisation, au grand dam des puristes, qui lui reprocheront de jongler avec les métaphores, et de soumettre la compréhension au risque de l’interprétation. Il apparaît pourtant que le talent d’écriture de Cassé est d’une incroyable efficacité, sans dérive spiritualiste aucune. Pour preuve, ce passage, où il affirme très fermement et sans détour, son attachement à une pensée matérialiste : « En physique, ce qui n’existe pas absolument n’existe absolument pas. La création à partir d’absolument rien n’est absolument pas pensable rationnellement. Cette conclusion n’est pas nouvelle mais il est bon de la répéter inlassablement. »

Là où n’importe quel auteur vous aurait fait refermer le livre, Cassé vous entraîne à sa suite sur les chemins d’une physique ardue, qu’il explique avec soin et opiniâtreté, dans ce style délié et lyrique qui a fait sa notoriété.

À commencer par un panorama des concepts de base de la physique, ondes, particules, champs quantiques, auxquels est intimement liée la cosmologie. Au cœur du tout jeune univers se refroidissant, la séparation des particules de la lumière (les photons) de la soupe de particules ionisées n’a-t-elle pas permis l’évasion de la lumière et son voyage jusqu’à nous, ainsi que la structuration de la matière en grandes structures ? Ce phénomène est la clé de voûte de la compréhension de sa formation. Et c’est justement dans la formation des grandes structures que vient s’immiscer la faille la plus étrange qui soit : la matière que nous connaissons, que nous observons, ne représenterait que 30 % de la matière de l’univers. Une matière « noire » est donc à l’œuvre, actuellement non identifiée, et ne se fait remarquer que par ses perturbations. La matière noire est attractive et le cœur des grandes galaxies en recèlerait la plus grande partie. Lui est associée une lumière noire, répulsive elle, et qui expliquerait l’accélération de l’expansion mise à jour récemment. Michel Cassé expose toutes les hypothèses d’identification de cette matière. Particules fantômes, récipiendaires ou messagères, toute sont traquées à grand renfort d’accélérateurs et de détecteurs.

Pour mieux comprendre les mécanismes et les recherches, Michel Cassé vous exposera la relativité, le big bang, l’inflation, la supersymétrie, et n’omettra pas de vous présenter les théoriciens détracteurs de ces théories, faisant émerger à la fois leurs forces et leurs faiblesses argumentaires.

Cet ouvrage est destiné à un public motivé, voire initié. Mais grâce à un talent littéraire exceptionnel solidement arrimé à sa rigueur scientifique, l’auteur vous tiendra en haleine jusqu’aux dernières pages.


Mots clé associés à cet article

Cet article appartient au sujet :

Autres mots clés associés : Physique


Partager cet article