Un monde fou, fou, fou : décembre 2005

SPS n° 270

Tapis rouge à Teissier, carton rouge à Ruquier !

Pour son premier samedi soir d’émission « On a tout essayé » (France 2, 5 novembre), Ruquier a dépassé les bornes : il avait fait dérouler un tapis rouge sur le plateau pour la venue d’Élisabeth Teissier, tapis rouge qu’elle a foulé avec délectation, trahissant son amour des paillettes et du culte de la personnalité. Mais ce n’est pas tout : Ruquier s’est fait flagorneur, obséquieux, à tel point qu’on pouvait se demander s’il n’y avait pas dans son propos une exagération très ironique. Non, ce n’était pas du tout cela car la suite a montré toute l’application qui a été mise à se prosterner devant l’astrologue. Chaque chroniqueur a joué avec l’aspect ludique des prédictions et n’a rien remis en cause. Gérard Miller étant absent du plateau, le spectateur savait qu’il n’y avait guère d’espoir de démystification. On pensait tout de même pouvoir compter sur la gouaille de Christophe Alevêque. Mais au moment où il prenait son élan pour une critique acerbe dont il a le secret, Ruquier l’a stoppé net en disant qu’Alevêque était toujours « contre » et qu’il fallait passer à un autre intervenant.

L’effet produit a été surprenant et hautement inquiétant : quid des débats houleux autour d’un Ruquier polémique qui osait confronter les grands courants de pensée1 ?

Agnès Lenoire

C F : communication ou manipulation facilitée ?

La « communication facilitée » est une technique d’aide à l’expression des handicapés. Un thérapeute tient la main de la personne handicapée pour taper sur un clavier, et affirme que les écrits sont alors l’expression du patient. C’est Anne-Marguerite Vexiau, orthophoniste, qui a introduit cette méthode en France. Non seulement le risque de manipulation est grand, mais certains thérapeutes qui la pratiquent mettent en avant une communication d’inconscient à inconscient, une sensibilité particulière du « facilitateur » à son patient handicapé, ce qui en fait une pratique de type magique. « La CF fait découvrir des phénomènes qui vont tellement plus loin qu’une simple transmission de pensée ! Je me retranche derrière la fonction neuromotrice du geste de facilitation, utilisant des termes savants et rassurants appris en Australie : catatonie, akinésie, bradykinésie…  » (p. 232 de Yehouda Srébernick, Mon âme sait beaucoup) L’ordre des médecins a émis un avis défavorable, s’étonnant de « l’absence d’une véritable validation critique ». Les pratiquants de la CF, eux, affirment avoir des résultats : les handicapés vont mieux, sont plus ouverts.

Charlie hebdo avait été attaqué en justice par Madame Vexiau pour un article du 17 décembre 2003 qui qualifiait la pratique de la CF de « grotesque charlatanerie ». Il a été relaxé récemment (octobre 2005) par le tribunal correctionnel de Paris, estimant que l’hebdomadaire était libre de juger ainsi la méthode de CF, pourvu que cela reste un point de vue.

Sources :
http://www.prevensectes.com/rev0406.htm,
http://sens-commun.blogspot.com.

A.L.

Le dalaï-lama invité à se mêler de science

Le dalaï-lama, chef spirituel des Tibétains, a été invité à Washington par l’association nord-américaine de neurologie (Society for Neuroscience), à ouvrir sa conférence du 12 novembre par un discours inaugural. Le thème de cette intervention « La neurologie de la méditation », porte sur les études faites ces dernières années sur la méditation des moines bouddhistes. Ces travaux tendent à prouver que la méditation telle qu’elle est pratiquée par ces moines provoque dans le cerveau des émotions positives.

Cette conférence doit réunir 20 000 neurologues. Une pétition a circulé, afin que l’intervention du dalaï-lama soit déprogrammée, et que cette conférence évite de faire l’amalgame entre science et religion. 700 d’entre eux l’ont signée. Ce qui choque ces pétitionnaires, c’est qu’un non-scientifique parle de science à des scientifiques, que la religion se mêle ainsi à la science, et pare de légitimité une doctrine religieuse qui repose sur la réincarnation.

Mais que cherchaient à prouver ces expériences sur les moines en méditation ? Que leur état génère des émotions qui s’inscrivent dans le cerveau. Toutes nos émotions s’y inscrivent, c’est une évidence. Ce qui reste subjectif, c’est la coloration de ces émotions, comme la générosité, sur laquelle l’expérience ne peut rien dire.

S’il n’y a guère de révolution dans ces travaux, sinon une confirmation expérimentale, ainsi que la localisation précise de ces émotions, il y a sans doute danger de récupération. L’insistance à nous marteler que la méditation est dans le cerveau nous emmène vers l’idée que toute pensée de construction religieuse en serait issue2. La pente devient glissante et c’est aussi sans doute cette dérive que veulent éviter les signataires de la pétition contre le discours du chef spirituel des bouddhistes.

Sources :
http://www.mindandlife.org/hhdl.sci...,
http://sciences.nouvelobs.com/.

A.L.

Un bélier en colère

L’homme, natif du bélier, avait un mauvais horoscope. Du genre de celui qui vous annonce que « l’envie de vous amuser va prendre le pas sur le besoin de construire du solide ». Pour un homme au chômage qui cherche du travail, c’est assez décourageant ! L’horoscope figurait dans L’Est-Républicain, et l’habitant de Montbéliard concerné a porté plainte contre le quotidien, estimant qu’il pouvait être considéré comme peu sérieux auprès d’un employeur potentiel.

Il a été débouté par le tribunal d’instance de Montbéliard, qui a jugé qu’il était « dépourvu d’intérêt à agir ». Il a aussi été condamné à verser les 350 euros de frais d’avocat du journal.

L’audace coûte cher au pays de l’astrologie reconnue en Sorbonne. Mais par ailleurs, avoir peur d’un horoscope défavorable, n’était-ce pas l’investir de véracité et d’un crédit qu’il ne devrait pas avoir ?

Source : AFP du 20 septembre 2005.

A.L.

La médium du lac de Côme

En Italie, en septembre 2005, le corps d’une jeune femme disparue depuis trois ans a été retirée du lac de Côme par la police. Les parents, en désespoir de cause, avaient fait appel, cette année, à une médium, Maria Rosa Busi, et lui avaient fourni une photo. À sa vue, la médium aurait affirmé tout de suite qu’elle était morte. L’affaire a provoqué des remous en Italie depuis que la voyante a dénoncé l’incrédulité de la police.

La fait que la jeune femme ait fini dans le lac de Côme et pas ailleurs était probable puisque c’est là qu’elle était allée. Une chute dans le lac en voiture, lors d’un virage dangereux mal négocié, était vraisemblable. Mais les plongées jusqu’à 80 mètres de profondeur n’avaient rien donné.

Le frère Francesco, convaincu du lieu de la chute de la jeune femme, avait alors emmené Maria Rosa au bord du lac de Côme, sur le lieu de ce virage très connu pour sa dangerosité, et la voyante avait alors eu une vision qui confirmait l’hypothèse. C’est le Gruppo Soccorso Sebino, groupe de secours disposant d’un petit sous-marin très performant, le « Mercurio », qui a alors exploré les fonds à cet endroit. Les caméras de l’engin ont filmé l’automobile de l’accidentée à 122 mètres de profondeur. Les carabiniers ont alors été appelés pour repêcher la voiture et sa passagère.

Le comité italien pour le contrôle des affirmations paranormales assure que seuls le bon sens et la chance sont en cause dans cette affaire. Malgré tout, la prestige de la voyante ne cesse de monter en Italie.

Sources : Libération du 16 septembre 2005
Site internet du Comité italien pour le contrôle des affirmations paranormales :
http://www.cicap.org/.

A.L.

1 Ruquier n’avait pas hésité il y a 4 ans à inviter en direct dans son émission Jean-Paul Krivine, au nom de l’AFIS, pour dénoncer la farce de la thèse « de sociologie » d’Elizabeth Teissier, tout juste soutenue quelque jours auparavant à la Sorbonne. Par quelle grâce a-t-il été touché depuis ?

2 Lire sur ce sujet l’article de Monique Bertaud dans le numéro 269 de SPS (octobre 2005), page 35, « Science & Vie et Dieu. La pensée pauvre, pauvres de nous. »

Mis en ligne le 6 août 2008
1790 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !