Quand les sectes s’emparent de la science

Dans Sciences et Avenir de septembre 2005

Santé et mouvements spiritualistes : danger !

Le dossier de Sciences et Avenir de la rentrée 2005 est réalisé par Olivier Hertel et s’inscrit au coeur de notre mission : il dénonce et explique quelques méthodes de charlatans qui se servent de la science pour introduire de graves dérives et mettre la santé du public en danger. Avec un titre sans équivoque « Sectes et sciences : la grande manipulation » Le dossier se décompose en trois parties. La première, sur deux pages, est une réflexion générale de type introductif. Pourquoi de plus en plus de personnes se tournent-elles vers des mouvements spiritualistes ou religieux qui se prétendent scientifiques ?

Science responsable ou science alibi ?

Deux hypothèses sont avancées :

1- La religion a renoncé à son pouvoir institutionnel,1 mais le besoin de croire est resté. La science endosserait donc le rôle de la religion, bien assis grâce à notre lien privilégié avec les technologies du quotidien. De là à suivre aveuglément celui qui suggère une fusion des deux, il n’y a qu’un pas.

2- Les adeptes des nouveaux mouvements religieux sont impliqués dans la culture scientifique ;2 ils ont besoin de fonder leurs croyances sur du rationnel et naviguent ainsi de l’un à l’autre.

Sciences et Avenir résume la situation en avertissant que si la science est appelée à la rescousse dans ces mouvements sectaires, c’est bien pour « fournir un alibi rationnel » aux illuminés. Le lecteur en déduira à juste titre que c’est bien le gourou qui fabrique son adepte, le manipule en détournant la logique même de la démarche scientifique.

Claude Sabbah, héritier de Hamer

Après les tentatives d’explication du phénomène, le dossier s’ouvre sur un article consistant : "Les gourous en blouse blanche". Il s’agit de quelques disciples de Ryke Geerd Hamer, qui proclament à de grandes assemblées de fidèles que la maladie n’existe pas. Le gourou le plus représentatif, héritier direct de la médecine nouvelle, est Claude Sabbah, ancien médecin. Il a mis au point le concept de « biologie totale ». Il prétend que la maladie est un moyen de survie programmé par le cerveau. On ne peut qu’apprécier l’incohérence totale du propos de Sabbah qui illustre cette thèse : « Si tous les gens qui aujourd’hui ont une maladie ne l’avaient pas, ils seraient morts depuis belle lurette ! ». Qui dit programmation dit déprogrammation. Sabbah se fait fort de vous déprogrammer en quelques, nombreuses, séances. Il y a les séances de biologie totale, et puis il y a les stages de quelques jours qui vous permettront de devenir vous aussi psychothérapeutes en biolo.

La biologie totale, une nouvelle psychanalyse

En quoi consiste cette mystérieuse thérapie ? C’est une pratique psychanalytique, rien d’autre. L’auteur du dossier, Olivier Hertel, s’est soumis à une séance. Sa constipation ? Certainement un abus sexuel dans l’enfance ! Mais le (la) thérapeute n’affirme rien, ne se mouille pas, il ou elle fait des allusions et pousse son client à aller pêcher lui-même le poisson visé. On ne peut s’empêcher de faire un rapprochement avec la psychanalyse elle-même qui, par manipulation allusive et insistante, provoque la fabrication de faux souvenirs.

Méthodes diversifiées et destructrices

Mais la biologie totale va plus loin ; elle décode les conflits à travers les générations ! C’est la psycho-généalogie. Vous êtes mal dans votre peau ? C’est la faute de votre grand-père, tante ou ascendant quelconque qui ne vous a pas tout dit et a eu le malheur d’avoir une vie privée ! Vous ne savez pas tout de vos ascendants et ça vous mine. L’adepte doit déterrer les problèmes en explorant sa famille. Encore une méthode qui va faire le lit de conflits, voire de drames familiaux, à cause d’accusations farfelues...Mais on s’en étonnera peu, car les sectes ont un but commun : briser tout lien social (la famille est bien une interface privilégiée avec le social) pour mieux garder l’adepte dans le noyau serré de la secte. Et puis la méthode la plus connue, celle qui est issue directement de la médecine nouvelle, c’est de stopper toute médication conventionnelle. C’est d’ailleurs ce qui a envoyé en prison monsieur Hammer, condamné en juillet 2004 à Chambéry. D’autres adeptes de Hamer essaiment partout en même temps que Claude Sabbah ; son représentant en Belgique, Louis V. est inculpé, suite à la plainte d’une famille d’un de ses patients décédé, et d’autres dossiers de patients disparus ont été trouvés chez lui. Gérard Athias, disciple de Sabbah, lui, y ajoute ...les tarots de Marseille. Il soigne aussi en jouant avec les mots ; il a écrit 8 livres de "médecine" où il explique par exemple que l’allergie au pollen est une réaction à la mère, et que la varicelle est un changement de regard sur la mère (celle qui varie, à l’envers). Mais bien sûr tous ces escrocs réfutent, avec l’air scandalisé qui convient, toutes les accusations de "sectes" et de "gourous".

Scientologie et impunité

Le second volet du dossier concerne la scientologie. Une perspective historique montre à quel point le fondement est totalement absurde. Une histoire des origines nous situerait à 75 millions d’années en arrière, avec la déportation, depuis une autre planète, de 13 milliers de milliards d’êtres humans, jetés dans des volcans, assommés de bombes H. Les âmes des êtres sacrifiés, les Thétans, qui furent capturés par filets électroniques.... faut-il narrer la suite ? C’est un salmigondis d’absurdités, que d’ailleurs les adeptes ne connaissent pas. Car la scientologie recrute grâce à d’autres critères, plus abordables : test de personnalité, avec deux cent questions. Impressionnant ! deux cent questions pour vous tout seul ! On vous trouvera des troubles, jamais irréparables, mais à traiter d’urgence. Se purifier, vite !. D’abord par une pratique anodine, le jogging. Une cure de vitamines en sus de la course, et vous êtes rassurés ; c’est à la mode et cela paraît sain, tout de même ! Puis le mental est passé au crible. Encore un peu de psychanalyse (commune à beaucoup de sectes), ça vous dit ? Juste pour débusquer les “engrammes” cachés dans votre inconscient, ces saletés responsables de vos maladies psyschosomatiques, et qui vous encombrent la tête. En langage clair, on appelle ça du nettoyage de cerveau. Mais un petit outil "pour faire science" vient en renfort : l’électromètre, garant de la surveillance de vos pensées mauvaises, enregistrées. Olivier Hertel note que les scientologues échappent bien à la justice et se demande pourquoi. Arnaud Palisson, docteur en droit3 affirme pourtant que le droit français permet de démanteler cette secte (pour escroquerie souvent aggravée, tromperie en droit de la consommation au sujet de l’électromètre en vente, exercice illégal de la médecine au sujet des techniques de purification). Trois des juges qui travaillent sur plusieurs affaires judiciaires concernant la scientologie se sont procurés la thèse de doctorat de Arnaud Palisson. Espoir...

Témoins de Jéhovah et raéliens

Leur cheval de bataille à eux, c’est de faire tomber la théorie de l’évolution. Et pour mieux convaincre, ils font croire que les scientifiques n’étant pas tous d’accord, il est permis de douter de leur fiabilité. Et de retourner la situation comme un gant en prétendant « que pour croire en l’évolution, il faut avoir la foi des scientifiques. Moralité : la secte, c’est eux ! » Raéliens comme Témoins de Jéhovah sont créationnistes. Ils brodent des scénarios des origines à grand renfort de personnages mythiques, comme les Elohim des raéliens qui auraient faire naître les terres grâce à des bombardements dans l’océan primitif, ou prévoient l’apocalypse comme les Témoins de Jéhovah, apocalypse qui n’épargnera que les adeptes.

Le dossier dans son ensemble est très intéressant. La partie la mieux traitée demeure celle sur la biologie totale et des gourous en blouse blanche. Elle insiste bien sur la manipulation intellectuelle, les incohérences, mais aussi l’escroquerie aggravée, la menace pour la santé, sans oublier le ridicule de leurs théories fondatrices. A. L.

1 Hypothèse de Nathalie Lucas, chargée de recherche au Centre d’études interdisciplinaires des faits religieux du CNRS à Paris

2 Hypothèse de Danièle Hervieu-Léger, présidente de l’École des hautes études en sciences sociales

3 Voir la note de lecture sur son ouvrage Grande enquête sur la scientologie, une secte hors la loi dans le numéro 265 de SPS

Mis en ligne le 7 septembre 2005
14603 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !