Accueil / La Vague

La Vague

Publié en ligne le 16 novembre 2012 -
par Martin Brunschwig - SPS n°300, avril 2012


La vague est un livre écrit par Todd Strasser, paru en 1981, et en France en 2008 1. C’est la version « romancée » d’une histoire vraie, nous est-il dit, qui s’est déroulée en 1969 dans un lycée de Californie. À l’époque, donc, un professeur d’histoire (Ron Jones, rebaptisé Ben Cross dans le livre) s’est trouvé dans l’impossibilité de répondre à des questions simples de ses élèves au sujet de la seconde guerre mondiale. L’incrédulité de ces adolescents américains plutôt favorisés des années 60, devant les images insoutenables des camps de la mort, les conduisait à de nombreuses questions, sur la population allemande, la proportion de nazis (10 % d’après le professeur), et comment les 90 % restants n’avaient pas tenté de s’opposer à ces monstruosités.

Ces questions ont mis Ron Jones dans l’embarras, ne sachant exactement quoi répondre... Et puis, il eut l’idée qui allait déclencher toute l’histoire : pour aider ces jeunes à comprendre le sentiment d’appartenance à un groupe et à un projet commun, il a créé un mouvement (la fameuse « vague »), autour de la discipline, la communauté et l’action. Le projet a « trop bien » marché, et les résultats ont stupéfié le professeur lui-même, les élèves ayant ressenti, bien au-delà de ce qu’il escomptait, une surprenante exaltation. Les côtés positifs (camaraderie, égalité, travail facilité par une grande attention et participation de tous) n’ont pas tardé à être insuffisants pour masquer d’autres côtés bien plus sombres : rejet véhément de ceux qui ne voulaient pas rejoindre le mouvement, perte de l’autonomie, etc. Ron Jones s’est même vite retrouvé presque dépassé par l’ampleur de son projet, et il lui a fallu toute la force d’un coup de théâtre spectaculaire pour dessiller les yeux et les cœurs des jeunes sur le point de devenir fanatiques 2.

Quel rapport avec Science et pseudo-sciences ? Tout simplement la conclusion qu’en a tiré ce professeur avec ses élèves : « Il faut toujours tout remettre en question, ne jamais faire confiance aveuglément à quelqu’un, autrement... ». Et plus loin, dans la postface, l’esprit critique est plus spécifiquement invoqué comme antidote à de tels dangers. Autrement dit, il se pourrait que l’esprit critique, si utile et indispensable pour éviter de se faire « rouler dans la farine », et que nous mettons tant de conviction à transmettre, soit bien plus qu’un moyen d’accéder au vrai, ou d’éviter les arnaques. Et si l’esprit critique était aussi le meilleur garant de notre Humanité ?

1 La vague, par Todd Strasser, Jean-Claude Gawsewitch Éditeur, 2008, 220 pages, 16,90 €. Un film en a aussi été tiré.

2 Je laisse les futurs lecteurs de ce livre découvrir de quoi il s’agit. Mais vous pouvez écrire au journal, en cas de curiosité insoutenable.

Publié dans le n° 300 de la revue


Partager cet article