Newton en images

Note de Arkan Simaan - SPS n°324, avril / juin 2018

Newton en images
William Rankin
EDP Sciences, Coll. Aperçu, 2017, 176 pages, 9,90 €

EDP Sciences vient de lancer la collection « Aperçu », destinée à exposer au grand public des thèmes scientifiques et philosophiques. Il s’agit d’opuscules qui allient textes, images et dessins. L’ouvrage consacré à Isaac Newton a été écrit et illustré par William Rankin, actuellement journaliste à Paris, qui a contribué autrefois à plusieurs magazines culturels européens comme, en France, l’Écho des savanes cofondé par la géniale Claire Brétécher, créatrice d’Agrippine et connue pour son humour acide.

Notre lecture de Newton en images se fera donc sur les deux plans du dessin et du texte. Le livre se caractérise par le sérieux, la justesse de la vision d’ensemble et le souci des détails. Très judicieusement, il commence par une rétrospective historique dans le but d’établir quelques apports de l’Antiquité indispensables à son récit. On y trouve surtout les acquis géométriques de Pythagore et d’Archimède. Ensuite, la biographie de notre héros va se dérouler de manière chronologique, depuis sa naissance en 1642 jusqu’à sa mort en 1727. En fait, William Rankin ne s’arrête pas là puisqu’il aborde l’héritage de Newton : depuis les disputes du XVIIIe siècle où le newtonianisme s’est imposé contre le cartésianisme, jusqu’à Einstein, en passant par la consécration des lois de Newton grâce à la découverte de Neptune par Urbain Le Verrier (1846).

Cette biographie de Newton n’est nullement linéaire, même si elle suit le fil de la vie du savant. Très souvent, l’auteur s’écarte de son sujet pour expliciter un point important qui peut être la contribution d’un autre savant (Kepler, Galilée, Tycho Brahe…), la menace d’un personnage religieux (cardinal Bellarmin), ou encore une invention remarquable (les logarithmes), etc. William Rankin, véritable magicien du dessin, parvient en quelques coups de crayon, avec quelques bulles contenant des phrases soigneusement choisies, à projeter le lecteur à mille lieues de son sujet, à lui montrer l’importance d’une trouvaille, sans pour autant perturber la suite de son récit. Ajoutons à cela que, d’une manière générale, ce livre est parsemé d’illustrations agréables, qu’il utilise un langage familier propre à séduire le jeune public auquel il se destine. Par exemple, il traite Newton de « chouchou du prof » (p. 31), il se moque de Tycho Brahe qui «  observe au pif » (p. 48).

Cela étant dit, l’ouvrage n’est pas exempt de points faibles. Ma principale critique concerne la rétrospective historique initiale qui omet de citer le plus éminent représentant du savoir grec, Aristote, qui exerça une influence déterminante sur les pensées arabe et occidentale jusqu’à Galilée et Newton. Cette lacune se fera d’ailleurs sentir dans les pages où l’ombre d’Aristote plane sur les études du jeune écolier Newton (p. 36-37). De même, les découvertes de l’astronome Tycho Brahe ne peuvent s’apprécier qu’à l’aune des coups mortels qu’elles ont portés aux dogmes d’Aristote (p. 49-50). Enfin, on apprend que l’un des exploits de Galilée consistait justement à dépasser Aristote, le «  philosophe de la vieille école » (p. 76). Signalons en passant une regrettable erreur qui a faussé l’énoncé de la troisième loi de Kepler (p. 55).

Malgré ces réserves, ce livre d’une écriture limpide, solide, compréhensible et agrémenté de dessins humoristiques convient parfaitement aux jeunes désireux d’étayer leur culture et de s’initier sérieusement à la science moderne.

Mis en ligne le 12 juillet 2018
279 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !