Le dualisme esprit-matière derrière les pseudo-sciences

par Thierry Ripoll - SPS n°321, juillet 2017

Notre société est obsédée par le bien-être. Il y a une quasi-exigence de bonheur, mais surtout de bonheur personnel, lequel dépend à la fois de notre santé physique et, surtout, de notre santé psychique. Il en résulte de nombreuses pratiques thérapeutiques douteuses, nimbées d’ésotérisme et de mystiques polymorphes, capables de séduire un nombre croissant de personnes. Parallèlement, dans une association parfois lâche, parfois étroite, de nombreux « organismes de recherche », de dérives sectaires, de mouvements ésotériques et d’instituts occultes prétendent jeter un regard nouveau, ouvert sur la réalité profonde de ce monde. Ces pseudo-recherches se parent toujours de prétentions scientifiques pour s’engager sur des voies mystiques et marchandes qui n’ont plus aucun rapport avec le contexte scientifique grossièrement invoqué et constituant un grotesque alibi. Souvent d’ailleurs, elles se bâtissent autour d’une rhétorique similaire à celle de la théorie du complot en politique, en opposant la recherche académique, fermée, muselée par les forces occultes des pouvoirs politiques en place, à une recherche libérée de ces tutelles obscures, seule susceptible de dire les vérités extraordinaires que les gouvernements voudraient nous dissimuler.

Comme dans le domaine politique encore, Internet et les réseaux sociaux constituent un puissant catalyseur, diffusant à tous les niveaux de la société, notamment au niveau des plus jeunes, des moins instruits et des moins formés à la rigueur expérimentale et méthodologique. L’explosion actuelle de sites mystiques, ésotériques, parapsychologiques, etc., est tout à fait fascinante et inquiétante. Ces sites jouissent d’une audience grandissante, notamment pour ce qui touche de près ou de loin le domaine de la santé ou de l’épanouissement individuel.

L’analyse de nombreux écrits (sites et documents produits par les partisans de ces pseudo-sciences et pratiques sectaires) révèle clairement un socle commun, au-delà de la variété de chacune des « théories » et « disciplines » : une vision dualiste du monde, séparant une âme de son substrat matériel.

Le dualisme confronté à la réalité physique

Le dualisme séparant l’âme ou l’esprit de son substrat matériel est confronté à deux types de difficultés.

La première avait déjà été reconnue par Descartes lui-même : il s’agit du mystère de l’interaction entre l’esprit, entité immatérielle, et la matière. Pour Descartes, il est indispensable de comprendre comment l’esprit « pilote » le corps ; il reconnaît que si deux entités sont de nature parfaitement hétérogènes, on ne peut concevoir qu’elles puissent interagir. Pour lui, c’est la glande pinéale (l’épiphyse) qui constitue le lieu de cette interaction mystérieuse. Ce grand philosophe n’a néanmoins proposé aucune ébauche de théorie permettant de conceptualiser cette interaction.

La seconde difficulté provient du principe, universellement accepté dans les sciences, que tout phénomène physique a une cause physique. Lorsqu’on soutient que les effets physiques sont toujours causalement déterminés par des causes physiques, on admet que le monde physique est causalement clos, c’est-à-dire qu’aucune entité non physique ne peut exercer un rôle causal authentique. Ainsi lorsqu’on imagine que la volonté de lever le bras, en tant qu’expression d’un acte conscient non réductible à l’activité matérielle du cerveau, conduit à l’acte moteur de lever le bras, il convient de garder à l’esprit que sous le terme « volonté », il y a une réalité matérielle première : l’activité neuronale dans le cas présent.

Le dualisme derrière les pseudo-sciences et les conduites sectaires

Le dualisme prend ses racines dans la philosophie grecque, notamment celle de Platon. Mais, sous sa forme moderne, il est issu de la pensée cartésienne. Le dualisme admet l’existence de deux entités distinctes et irréductibles : la substance pensante et la substance étendue ou, en termes plus contemporains, l’esprit et la matière. Le dualisme postule que le phénomène psychique ne peut se réduire à l’activité matérielle de notre cerveau. L’entité immatérielle (l’esprit, l’âme) est supposée jouer un rôle considérable dans notre vie mentale, notamment psychoaffective, et constitue l’élément le plus énigmatique et le plus lié à notre identité, notre singularité : le moi. Ce type de philosophie, et les différentes croyances qui y sont attachées, sont très largement répandus. En partie liées à la pensée religieuse, ces dernières constituent un élément structurant de nos sociétés et déterminent de manière fondamentale une conception de l’Homme en tant qu’être humain dans son univers.

Sur le plan philosophique, le dualisme est confronté à deux difficultés rédhibitoires et interdépendantes (voir encadré «  Le dualisme confronté à la réalité physique  »).

Sous l’assaut des critiques physicalistes1 qui considèrent donc que notre univers, et nous-mêmes bien sûr, sont régis par des processus exclusivement matériels, la philosophie dualiste est devenue très largement minoritaire parmi les scientifiques comme parmi les philosophes qui s’intéressent à la relation esprit/cerveau. Il y a bien quelques exceptions notoires, mais le courant dominant, face aux difficultés insurmontables que rencontre le dualisme et devant les progrès remarquables réalisés par les neurosciences, adopte très clairement une approche physicaliste.

La théorie sous-jacente

Revenons maintenant sur le socle théorique des pseudo-sciences et des pratiques sectaires ou thérapeutiques qui leur sont souvent associées. Toutes, à notre connaissance, se développent autour de l’idée que notre univers matériel est traversé, parfois gouverné, par une dimension irréductiblement immatérielle. À titre d’illustration, quelques exemples de prises de positions clairement dualistes (encadré « Le dualisme revendiqué dans les pseudo-sciences »).

Le dualisme revendiqué dans les pseudo-sciences

Institut métapsychique international : « la parapsychologie moderne s’intéresse principalement aux phénomènes psi associés à des organismes vivants : télépathie, précognition, clairvoyance. Cependant les pères de la recherche psychique étaient par-dessus tout motivés par une question d’un autre ordre et des plus difficiles qui soit : l’existence de l’âme. »

Site Cosmobranche : « Les choses se passent comme si un immense courant de conscience avait traversé la matière pour l’entraîner à l’organisation et pour faire d’elle un instrument de liberté. »

Site Mindful Corps Esprit : « Lorsque le corps et l’esprit sont unis, les blessures dans nos cœurs, esprits et corps commencent à guérir. »

Site de la Scientologie : « La Dianétique est définie de façon plus précise comme “ce que l’âme fait au corps” ».

Site www.info-psi-com : « En anglais, nous avons deux termes bien spécifiques qui sont spirit et mind que nous traduisons par esprit en français. Or, par souci de clarté, il est important d’être plus précis puisque la différence est très nette comme on peut le voir lorsque l’on dit par exemple “esprit es-tu là ?” et “les facultés psychiques sont le produit de l’esprit”. Dans le premier cas, on désigne le “spirit” anglais, une entité immatérielle ».

Site du Laboratoire de parapsychologie de Toulouse : « La parapsychologie est concernée par ces témoignages puisqu’une fois “sorti de son corps” on pourrait, par exemple, décrire des objets placés hors de la portée du regard. On remarquera que le “hors du corps” pose la question de l’existence d’une conscience qui disposerait de son autonomie. »

Des positions similaires sont défendues par la plupart des prétendus « organismes de recherche » nord-américains, notamment le Princeton Engineering Anomalies Research, l’Institute of Noetic Sciences et la Parapsychological Association. Signe tout à fait clair du fondement dualiste de ces pseudo-recherches scientifiques, tous ces organismes mettent l’essentiel de leur énergie à tenter de valider la fameuse interaction esprit/matière, talon d’Achille clairement identifié de la philosophie dualiste, au moins dans sa forme la plus simpliste. Cela consiste à essayer de prouver des formes diverses de psychokinèse, c’est-à-dire la possibilité qu’aurait l’esprit de modifier les états de la matière. Cela va de la célèbre supercherie de personnes prétendant être capables de tordre des tiges d’acier par leur seule volonté aux expériences à l’apparence très sophistiquée consistant à montrer que la volonté permet de modifier les réponses d’un générateur de nombres aléatoires (voir encadré « Le global consciousness project »).

Evidemment, dans tous les cas, rien ne permet de soutenir des phénomènes de ce type. Si tel était le cas, cela ferait longtemps que les organismes de recherche, que ce soit en psychologie cognitive, en neurosciences ou en physique, se seraient intéressés à pareil phénomène. Jusqu’à aujourd’hui, aucun de ces phénomènes n’a pu être répliqué et validé par la communauté scientifique [1]. Les seuls exemples des pouvoirs que l’esprit exerce sur la matière sont l’apanage des « Jedi » dans l’univers de Star Wars.

Soyons clairs sur le lien essentiel que nous établissons entre dualisme, pseudo-sciences et dérives sectaires. Bien évidemment, nous ne pensons pas qu’il s’agit d’une relation bijective. Ce serait faire injure aux dualistes : tous n’adhèrent pas à ces pseudo-sciences, loin s’en faut. Néanmoins, le dualisme apparaît bien comme une condition nécessaire, mais non suffisante, aux approches pseudoscientifiques ou aux conduites sectaires que nous dénonçons au sens où une composante dualiste leur est systématiquement associée, explicitement ou implicitement. Il en constitue le terreau idéologique sans pour autant que nous puissions préjuger d’une quelconque relation de causalité.

Le « Global consciousness project  »

La « conscience globale » désigne l’idée selon laquelle des groupes de personnes se concentrant sur un même objet peuvent influencer « le monde dans son ensemble ». Une sorte d’«  esprit global » serait engendré par les interconnexions de chacun des nombreux esprits individuels. Le projet « global consciouness », initié aux États-Unis dans les années 1970 par un groupe de parapsychologues, s’inscrivait dans un courant affirmant que l’esprit humain pouvait influencer des expériences de mécanique quantique. C’est sur des générateurs de nombres aléatoires que se focaliseront finalement les expériences. Produire une suite de nombre réellement aléatoire suppose de s’appuyer sur des dispositifs physiques non déterministes [2], et c’est avec ces dispositifs que la « conscience globale » est supposée interférer.

De nombreuses variantes ont été imaginées : l’influence d’émotions collectives (lors de spectacles à l’Opéra ou lors de cérémonie religieuses), d’événements à résonance planétaire (les attentats du 11 septembre, par exemple), avec des générateurs pris isolément ou mis en réseau. Le projet dispose d’un site Internet qui affirme avoir mis statistiquement en évidence l’influence de la « pensée globale » sur la production de nombres [2].

Les études méthodologiques sur ce type de phénomène ont fait apparaître de nombreux biais qui ne permettent pas de conclure à la réalité de l’effet recherché [3].

[1] Jean-Paul Delahaye, « Aléas du hasard informatique », Pour la science n°245, Mars 1998.
[2] The Global Consciousness Project
[3] Park R.L. Superstition : Belief in the Age of Science, Princeton University Press, 2008.

Le dualisme vu par la psychologie

Dès lors, il nous paraît intéressant d’aborder la question des ressorts psychologiques du dualisme et celle de son extension dans le monde. Comme l’indique clairement Jean Bricmont [2], « d’une certaine façon, le dualisme est naturel ». En effet, nous percevons le monde matériel comme si différent du monde psychique qu’il paraît à première vue nécessaire de faire intervenir des propriétés immatérielles, spirituelles, pour rendre compte de notre capacité à la perception, à la sensation, à l’intention, à la conscience et au libre-arbitre qui font si clairement défaut aux objets purement matériels. Cette intuition, construite sur la base de l’introspection et de la comparaison entre nous et le monde, semble universelle. Les études développementales [3,4] montrent que l’enfant développe systématiquement et très précocement une conception dualiste, quelle que soit l’éducation qu’il reçoit. Les enfants n’apprennent pas à être dualistes : ils le sont tous spontanément dès qu’ils deviennent capables de distinguer les objets inanimés de ceux capables d’intentions. Bloom considère que nous sommes tous initialement dualistes et apprenons parfois à devenir physicalistes. Le fait d’attribuer des intentions et de considérer qu’elles n’ont pas de cause matérielle contribuerait même au développement de l’enfant dans sa maîtrise des interactions avec le monde physique et le monde des êtres animés. Le chemin qui permet de passer du dualisme au physicalisme serait si douloureux et contre-intuitif que peu d’humains se décideraient finalement à le parcourir.

Très récemment, Forstmann et Burgmer [5] ont exploré les soubassements cognitifs du dualisme. Ils montrent que les conceptions dualistes proviennent d’une conception essentialiste de la nature humaine. Il s’agirait d’une tendance naturelle à se percevoir et à percevoir les autres, y compris des entités non vivantes, comme dotées de qualités non mesurables ou d’essences qui ne peuvent être décrites matériellement mais qui définissent ce que nous sommes ou ce que sont les autres. Ces auteurs montrent par ailleurs que cette conception essentialiste de la nature, et le dualisme qui en résulte, correspondent à des conceptions intuitives et par défaut qui ressurgissent avec force dès lors que les ressources cognitives sont mobilisées par d’autres tâches.

Cette évidence intuitive au soutien du dualisme n’est évidemment pas étrangère au rôle qu’il a joué dans les cultures du passé et dans l’ensemble des religions liées à ces cultures. Est-il utile de rappeler qu’aucune grande civilisation qui a marqué l’histoire de notre humanité n’a échappé au dualisme ? D’une certaine manière même, le dualisme a été constitutif de toutes les civilisations et religions auxquelles la majeure partie de l’humanité continue d’adhérer. Qu’en est-il du dualisme dans le monde contemporain ?

Les enquêtes sociologiques révèlent une forte adhésion aux thèses dualistes. Pour ne prendre que l’exemple de la vie après la mort, 73 % des Américains et 42 % des Européens y adhèrent [6]. En France, 31 % croient en une vie après la mort [7]. Dans la plupart des pays d’Afrique et d’Asie, excepté le Japon et la Chine, ces valeurs sont proches de 100 % [8].

Certains chercheurs se sont intéressés à la survivance du dualisme parmi les professionnels de la santé (médecins, infirmiers…), c’est-à-dire chez les personnes directement confrontées à la dualité corps/esprit. Une étude récente [9], réalisée auprès de ces professionnels, montre que la grande majorité d’entre eux adhère à une philosophie dualiste. Ainsi, 42 % répondent positivement à la question « le cerveau et l’esprit sont-ils deux choses différentes ? » et 40 % considèrent que « quelque chose de spirituel en nous demeure après notre mort ». Les médecins ne font pas exception.

Un bilan mitigé

Si, comme nous le pensons, les pseudo-sciences comme les conduites sectaires se nourrissent sur le terreau du dualisme, le jour n’est pas venu où l’humanité en aura terminé avec ces égarements potentiellement dangereux pour la société comme pour les individus eux-mêmes. Au-delà du jeu de mots, il est clair que le dualisme n’a pas rendu l’âme. Il reste encore très vigoureux, y compris dans les pays occidentaux.

Il faut néanmoins souligner que le dualisme est très inégalement représenté au sein de l’humanité en général et au sein de chaque pays occidental en particulier. D’abord, la foi religieuse comme le dualisme sont corrélés négativement avec le niveau d’étude. Ainsi, la pensée religieuse comme les positions dualistes sont extrêmement minoritaires parmi les scientifiques américains [10] alors que la population américaine adhère massivement (95 %) à ce type de croyance. Cette corrélation est si forte qu’un fossé s’est développé entre les croyances populaires, qui ne diffèrent pas de celles qui dominaient encore au XVIe siècle, et les positions adoptées par les philosophes et les scientifiques contemporains. Ce fossé, lui-même en relation avec les disparités sociales et éducatives, est extrêmement problématique et une des missions de l’enseignement devrait consister à tenter de le réduire. Evidemment la chose n’est pas simple. Quand il devient difficile dans un pays comme les États-Unis de développer la théorie darwinienne sans évoquer l’alternative créationniste, il peut paraître utopique de conduire une réflexion critique sur la relation esprit/matière.

Cette difficulté semble moins aiguë en France. Encore faudrait-il que l’enseignement de la philosophie, soutenu par les recherches récentes en neurosciences et en psychologie cognitive, soit accessible à tous, ce qui est loin d’être le cas. Pourtant, il est probable que quelques années de formation à la pensée critique, philosophique et scientifique permettraient d’atténuer le dogmatisme et la prégnance de l’intuition dualiste. Quoi qu’il en soit des difficultés inhérentes à un tel enseignement, lui-même en tension par rapport à la doxa dominante, je suis convaincu qu’il s’agit de la manière la plus efficace de combattre les pseudo-sciences et dérives sectaires qui s’épanouissent à grande vitesse en raison des moyens de communication numériques modernes. Actuellement, un enseignement critique de ce type n’a lieu nulle part, excepté dans quelques universités, en philosophie et en psychologie presque exclusivement.

Je considère qu’il y a une nécessité sociétale majeure à permettre au plus grand nombre d’aborder de manière critique le problème de la relation corps/esprit et cela pour deux raisons principales. La première est que si la foi religieuse est en perte de vitesse, le besoin de spiritualité demeure extrêmement présent, et peut-être même d’autant plus présent. Il s’agit alors d’une spiritualité qui n’est évidemment plus contenue et régulée par l’institution religieuse et qui peut prendre des formes extrêmement baroques ou dangereuses, très souvent sectaires, ce que Campion [11] a appelé « la nébuleuse mystique ésotérique ».

La seconde raison est que notre société est vécue par beaucoup comme une société qui n’a plus de sens et dans laquelle chaque vie individuelle semble elle-même privée de sens. Il est clair que le dualisme et les multiples formes de spiritualité qui peuvent en découler deviennent des moyens immédiats de compenser cette absence de sens. Tous les voyants sociétaux sont donc allumés pour le développement des pseudo-sciences et dérives sectaires. L’époque dans laquelle nous semblons rentrer tant au niveau politique que moral pourrait aussi connaître une inquiétante régression sur le plan des représentations métaphysiques du rapport esprit/matière. Aux pouvoirs publics et aux institutions de mettre en place les contrefeux indispensables et de faire en sorte que chaque citoyen, et d’abord chaque enfant ou jeune adulte, reçoive la formation nécessaire lui permettant de porter un regard critique sur l’inconsistance et les incohérences inhérentes au dualisme radical.

Références

[1] Park R.L. Superstition : Belief in the Age of Science, Princeton University Press, 2008
[2] Bricmont J. « Le dualisme méthodologique peut-il sauver la psychanalyse ? »SPS, n° 293, hors-série Psychanalyse, 2010.
[3] Bloom P. Descartes’s baby : how the science of child development explains what makes us human, Basic books, New York, 2004.
[4] Bloom P. “Religion is natural”. Developmental Science, 2004, 10:147-151.
[5] Forstmann M., Burgmer P. “Adults are intuitive mind-body dualists”. Journal of Experimental Psychology, 2015, 144:222-235.
[6] World Values Survey (1991-2004). Four wave WVS/EVSs official integrated database. Retrieved from www.worldval­uessurvey.org
[7] Opinion way (2012). Grande enquête sur le rationnel et l’irrationnel dans la France d’aujourd’hui.
http://www.lavie.fr/complements/201... [8] Win-gallup international (2012). Global index of religiosity and atheism
[9] Demertzi A., Liew C., Ledoux D., Bruno M.-A., Sharpe M., Laureys S., Zeman A. “Dualism persists in the science of mind”. Disorders of consciousness, 2009, 1157:1-9.
[10] Larson E.J., Witham L. “Scientists are still keeping the faith”. Nature, 1997, 386:435-436.
[11] Champion F. « La nébuleuse mystique-ésotérique ». In : De l’émotion en religion, Éditions du Centurion, Paris, 1990.

1 Les termes « physicalisme » et « matérialisme » sont synonymes et renvoient à la nature exclusivement matérielle de notre univers. Nous préférons employer le premier terme, plus courant aujourd’hui dans le débat autour de la question du rapport esprit/matière et qui est porteur de moins de significations de natures idéologique ou politique que le second terme.

Mis en ligne le 27 novembre 2017
2885 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !