La biologie totale à la Sorbonne

par Nadine de Vos - SPS n° 279, novembre 2007

Le 30 juin dernier, se tenait dans les murs de la Sorbonne, un colloque animé par Claude Sabbah, présenté sur son propre site comme :
« le père de la “Biologie Totale des Êtres Vivants décrite sous forme d’histoires naturelles comparant les 3 règnes : végétal, animal et humain” qui est une science théorique pure basée sur des Principes et des Lois, et de son application pratique, la Déprogrammation Biologique, fruit de 30 ans de recherches scientifiques, d’expérience médicale, de recherche personnelle, d’étude des travaux des plus grands auteurs mondiaux, qu’il enseigne depuis janvier 1975. Ce vaste travail d’analyse et de synthèse scientifiques lui a permis de révéler [sic] les archétypes de fonctionnement de survie. Les comprendre et les assimiler permet de gérer son capital santé, de répondre aux questions essentielles, et de développer l’opportunité de corriger ses dysfonctionnements physiques et psychiques ».1

Ce sujet a déjà été abordé dans nos colonnes à plusieurs reprises2 : les principes et les lois sur lesquels est fondée la biologie totale, ont été largement décrits et commentés, une critique épistémologique a été formulée et la valeur scientifique proclamée par Claude Sabbah – et avant lui, Ryke Geerd Hamer et sa « Nouvelle Médecine » – n’a pas pu être confirmée pas plus que la pertinence du diagnostic ou que la réalité des résultats mirobolants annoncés. Les fondateurs ne publient pas et leurs prétendues preuves ne peuvent être ni contrôlées ni débattues. De plus, la « validation par les épistémologues »3 espérée par Claude Sabbah ne semble pas se dessiner.

Malgré cela, cette pratique remporte un certain succès et Sabbah réussit à s’exprimer dans des lieux marqueurs d’autorité – comme une université prestigieuse, par exemple – ce qui vient accroître l’impression, toute relative, de crédibilité à son égard.

C’est apparemment ce dernier élément qui a réveillé la plume du journaliste Olivier Hertel qui titre dans NouvelObs.com : « Une secte à l’Université Panthéon-Sorbonne »4

Il peut être intéressant de noter que l’événement était organisé par l’Institut des champs limites de la psyché, qui s’est donné le but « de promouvoir l’étude, la pratique et les applications thérapeutiques et évolutives des états de conscience dits non-ordinaires ». Des « thérapies individuelles et de groupe ainsi qu ’une formation destinée aux professionnels de santé »5 sont proposées dans cet institut. Les praticiens/fondateurs – dont le profil peut être consulté sur le site – font appel entre autres, à l’hypnose, la PNL (programmation neurolinguistique), le TRH (travail de respiration holotropique)6

La biologie totale, un mouvement d’autoguérison contesté

Connaissez-vous la biologie totale ? La nouvelle approche, qui mise sur l’autoguérison, fait de plus en plus d’adeptes au Québec. Selon cette théorie arrivée de France il y a quelques années, on peut guérir les maux du corps en soignant ceux de l’esprit. Ainsi, conformément à la biologie totale, toute maladie, même le cancer ou le sida, est le résultat d’un conflit psychologique impossible à gérer. Pour guérir, il faut donc trouver et régler ce conflit.
La biologie totale fait des sceptiques chez les médecins, et en inquiète plusieurs. Depuis 2003, le Collège des médecins a reçu sept plaintes relatives à la biologie totale. Des plaintes venant le plus souvent de médecins traitants inquiets pour leurs patients. Il faut dire que certains malades vont jusqu’à refuser les soins proposés par la médecine traditionnelle pour se consacrer aux traitements en biologie totale.
En Europe, là où la biologie totale est bien implantée, des praticiens sont poursuivis pour pratique illégale de la médecine et pour avoir incité leurs patients à abandonner leurs traitements médicaux.
Source :
http://www.radio-canada.ca/actualite/v2/dimanchemag/niveau2_4048.shtml
Sur ce site également, le reportage d’Étienne Truchot.

Le 30 juin, donc, « devant environ 400 personnes qui avaient payé entre 125 et 145 € l’entrée [110 € pour les étudiants et les chômeurs sur présentation d’une carte – ndlr], [Claude Sabbah] a fait l’apologie d’une psychothérapie qui prétend soigner instantanément toutes les maladies, mêmes les plus graves : cancers, Sida, sclérose en plaques, dépressions, paralysies etc. Cet ancien médecin généraliste, retiré de l’ordre, va jusqu’à affirmer avoir soigné en une seule consultation, des malades atteints d’une sclérose en plaques ou encore d’une leucémie. Sa méthode, appelée aussi "déprogrammation biologique” serait efficace lors de consultations téléphoniques et par transmission de pensées. »7

Il n’entre pas dans nos intentions de juger si oui ou non cette pratique est une dérive sectaire, pas plus que d’épiloguer sans fin sur l’inopportunité de la mise à disposition, par les autorités académiques, d’un amphithéâtre pour l’organisation de telles manifestations.

L’« imposture du Sida »

Le biologie totale prétend trouver l’origine des maladies, de toutes les maladies, dans le psychisme. Ainsi, ceux qui recherchent les causes du Sida dans un virus s’attaquant au système immunitaire, non seulement commettent une imposture, mais également un « assassinat ». Pour R. G. Hamer, c’est l’annonce de la maladie qui provoque le développement des symptômes :

« En 1987, lorsque la campagne de panique du Sida, parfaitement orchestrée, se trouvait à son apogée, j’écrivais […] que le Sida était la plus grande tromperie du siècle. Et ce pour plusieurs raisons… la plus importante étant la découverte de la Loi d’Airain du Cancer, c’est-à-dire la corrélation systématique entre maladie physique et cause psycho-cérébrale. L’argument majeur contre les théories affirmant que le Sida est une maladie autonome se fonde sur le système onto génétique des tumeurs et le système onto génétique des microbes (champignons, bactéries ou virus) qui en découle. […]

Comme l’ont démontré mes recherches empiriques, menées à ce jour sur plus de onze mille patients, il est absolument inconcevable qu’un pernicieux virus, dont l’objectif serait pour ainsi dire la destruction des défenses de l’organisme, puisse agir indépendamment des processus psychiques et cérébraux, quasiment in vitro. […]

Cependant, c’est là que se trouve la racine du problème à mettre en lumière pour faire éclater l’imposture du Sida. Il faut trouver une réponse à cette question : comment arrive-t-on à provoquer l’apparition des symptômes attribués au Sida, et à cause desquels les gens peuvent être, et de fait, sont, assassinés. Seule la Loi d’Airain du Cancer répond à cette question, grâce au système onto génétique des tumeurs. »
http://germannewmedicine.ca/documents/Le SIDA.pdf

En revanche, il entre dans nos objectifs de mettre en garde contre ce genre d’entreprise et de rappeler, en l’occurrence :

- que la biologie totale n’est pas validée par la méthode scientifique – qu’elle rejette par ailleurs – mais auto-légitimée par une théorie parascientifique et par son prétendu succès ;

- qu’elle affirme que la maladie (toutes les maladies, y compris les plus graves) a un sens et que la prise en charge du conflit, à l’aide d’une « déprogrammation biologique » ressemblant à une psychothérapie, pourra la résoudre ;

- qu’elle fait référence au vitalisme8 en utilisant la psyché – force non matérielle, non mesurable – pour tout expliquer des maladies ;

- que la biologie totale prétend trouver l’origine de la maladie dans le psychisme – tout puissant dans le développement de la pathologie – que le patient n’a pas été capable de gérer ;
Qui sont les initiateurs de la Biologie Totale ?

Ryke Geerd Hamer, médecin allemand, fondateur de la « Médecine nouvelle » ou « Médecine nouvelle germanique ». Ses travaux commencèrent à la fin des années 70. L’« Association Stop au Cancer » (ASAC), créée en 1985 dans le but de promouvoir la lutte contre le cancer selon la loi d’Airain de Hamer, se chargera de la diffusion de sa théorie, de l’édition en français de ses livres et de l’organisation de conférences. Depuis 1986, se multiplient interdictions d’exercer, plaintes et condamnations. Finalement, en janvier 2000, Hamer et les responsables de l’ASAC sont condamnés, l’un pour complicité d’exercice illégal de la médecine et escroquerie et les autres pour exercice illégal de la médecine, non assistance à personne en danger et escroquerie. Hamer est aussi accusé d’avoir reçu des fonds par l’intermédiaire de l’ASAC. L’affaire va en appel et en 2004, le guérisseur allemand est condamné par la Cour d’appel de Chambéry à trois ans de prison ferme. L’avocat général avait demandé une peine « suffisamment importante pour ordonner un mandat d’arrêt européen ». Hamer fuit en Espagne où il est arrêté peu après. Extradé vers la France, il est incarcéré à la prison de Fleury-Mérogis afin d’y purger sa peine, confirmée en 2005 après le rejet du pourvoi en cassation. Le 15 février 2006, après moins de dix-huit mois d’incarcération, R.G. Hamer bénéficie d’une libération conditionnelle par arrêt de la Cour d’appel de Paris [Rapport au premier ministre de la Mission Interministérielle de Vigilance et de Lutte contre les Dérives Sectaires (Miviludes), Année 2005, Page 26, note 33 – http://www.miviludes.gouv.fr/.

Claude Sabbah, médecin français ancien élève de Hamer, développe sa théorie de la « biologie totale des êtres vivants décrite sous forme d’histoires naturelles comparant les trois règnes : végétal, animal et humain ». Tandis que Hamer a défini ses grandes lois, Claude Sabbah a travaillé sur le volet interprétatif du lien entre émotion et maladie. Sabbah tient cependant à se démarquer de la « Médecine Nouvelle » de Hamer par le fait qu’il insiste pour que les gens n’arrêtent pas les traitements de la « western medicin » – c’est en tout cas ce qu’il déclare officiellement. Il explique que ceux-ci sont utiles pour prolonger la vie du patient jusqu’à ce qu’il résolve son conflit.

Aucune publication officielle n’existe concernant les travaux de Claude Sabbah ou de Ryke Geerd Hamer, aucune étude ne vient confirmer les cas de guérison avancés par ces anciens médecins. En revanche, une enquête menée en Allemagne a établi que, sur cinquante patients soignés par Hamer, sept seulement auraient survécu9. Quackwatch10, dans son « message spécial adressé aux malades atteints de cancer qui seraient à la recherche de traitements alternatifs », met en garde contre la « Nouvelle Médecine de Hamer » et renvoie vers l’étude de la Ligue suisse contre le cancer dont les conclusions sont sans équivoque11.

1 Site de Claude Sabbah :
http://www.biologie-totale.org/biologie-totale.htm.

2 SPS n° 274 et 277 – et également : voir note 4 ci-dessous

3 « La Biologie Totale exactement » : Interview de Claude Sabbah réalisée en 2003 par Yves Rasir pour Biofinfo et citée sur le site de Claude Sabbah
http://www.biologie-totale.org/biologie-totale.html.

4 Olivier Hertel est également l’auteur de l’article « Quand les sectes s’emparent de la science », paru dans Sciences et Avenir de septembre 2005 et commenté sur le site de l’Afis.

5 http://i.c.l.p.free.fr/.

6 « Méthode d’exploration de soi et d’expansion de la conscience, le Travail de respiration holotropique (TRH) (Holotropic Breathwork) utilise la puissance du souffle et de la musique pour franchir les barrières habituelles de la perception et provoquer l’entrée dans un état de conscience altéré qui permet à l’esprit de changer de mode de fonctionnement. »
http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=respiration_holotropique_th.

7 Voir réf. 4 ci-dessus

8 « Vitalisme : Au sens large, toute doctrine admettant que les phénomènes de la vie possèdent des caractéristiques sui generis, par lesquels ils diffèrent radicalement des phénomènes physiques et chimiques, et manifestent ainsi l’existence d’une “force vitale” irréductible aux forces de la matière inerte. » – Vocabulaire technique et critique de la philosophie, André Lalande, Quadrige/Puf

9 Swiss Study Group for Complementary and Alternative Methods in Cancer, SCAC, « Hamer’s “New Medecine” ».
www.swisscancer.ch/dt_fr/content/orange/pdf/skak/01_02_hamer_e.pdf.

10 Quackwatch est membre de la Consumer Federation of America ; son travail consiste à dénoncer et à combattre les fraudes et les traitements douteux dans le domaine de la santé.

11 « After careful study of the literature and other available information, the Study Group for Complementary and Alternative Methods in Cancer (SCAC) and the Swiss Cancer League (SCL) have found no evidence that the assertions of Ryke Geerd Hamer are correct, or that the met hod of cancer treatment which he propagates is effective. They there fore advise against their use in the treatment of cancer. »

Mis en ligne le 20 janvier 2008
13646 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !