11 septembre 2001 : les errances de la voyance

par Jean-Pierre Thomas - SPS n° 249, novembre 2001

Les événements dramatiques qui se sont déroulés aux États-Unis le 11 septembre dernier n’ont pas été longs à provoquer les délires les plus impensables en de telles circonstances, au sujet de prétendues prédictions qui les auraient annoncés.

Quelques heures à peine après le drame, alors qu’autour de la planète tout le monde était encore sous le choc des images sorties du cauchemar d’un film catastrophe qu’aucun scénariste n’avait osé envisager, Internet fourmillait déjà de rumeurs folles : Nostradamus l’avait prédit ! Puis dans les quelques jours qui ont suivi, la déferlante des voyants en manque de reconnaissance médiatique, de journalistes avides de sensationnel et de petits malins à l’humour discutable a vite submergé les boîtes aux lettres informatiques de ragots, fantasmes et délires en tout genre au sujet de ce terrorisme d’une ampleur jamais atteinte.

Avec quelques semaines de recul, retraçons donc les perles des récupérateurs de l’ignoble, que les scrupules n’ont pas étouffés pour exploiter la tragédie à leur profit.

Nostra causa...

La première, et pas la moins copieuse, concerne donc l’astrologue de Saint-Rémy-de-Provence (dont Roger Prévost nous a entretenus, dans Science et pseudo-sciences n° 243 d’août 2000 p. 25 à 33), à qui l’on a déjà fait prédire tellement de choses qu’il n’en était plus à cela près : l’avènement d’Hitler, Hiroshima, le SIDA, la troisième guerre mondiale, et jusqu’à la fin du monde, rien que ça. Cette fois, il ne pouvait avoir fait moins qu’annoncer la terrible catastrophe : la preuve en est ce quatrain qu’on lui attribue (sans précision d’origine, mais signé Nostradamus 1654), censé annoncer ce qui venait de se passer à New York, et qui a rapidement circulé sur Internet :

Dans la Ville de Dieu il y aura un grand tonnerre,

Deux frères déchirés par le Chaos,

Tandis que la forteresse supporte, le grand chef succombera,

La troisième grande guerre commencera quand la grande ville brûlera.

Des investigateurs1 se sont vite rendus compte que le texte original (en anglais) provient en fait d’une seule et unique page, créée dans les années 1990 : celle d’un étudiant de l’Université de Brock au Canada, un dénommé Neil Marshall2, dont l’article était titré A Critical Analysis of Nostradamus. Sa page est rapidement devenue inaccessible tout d’abord en raison d’une saturation de demandes, puis par décision de l’Université concernée, dont le serveur risquait une congestion fatale.

Il n’y avait pourtant dans cet article aucune prophétie, mais en fait une véritable critique des prétendues prédictions attribuées à tort et à travers à Michel de Nostre-Dame. L’auteur en question avait simplement extrapolé et imaginé à son tour une prophétie, histoire de prouver qu’un texte vague peut se révéler exact dans le futur... Gagné ! Comme il le commente lui-même : « si vous inventez quelques prophéties et êtes assez intelligent pour les construire de manière suffisamment abstraite, vous deviendrez instantanément un devin ». Détail supplémentaire, le quatrain était signé Nostradamus 1654, alors que le personnage est décédé en 1566 !3 Bel exploit post mortem du pronostiqueur, dont on rirait s’il ne s’agissait de la mort de milliers d’innocents.

Nostradamus, best-seller mondial
Au lendemain des attentats, les livres sur Nostradamus ont connu un engouement sans précédent. Voici ce qu’en dit le correspondant de l’AFP à Montevideo.

« Une semaine après les attentats meurtriers aux États-Unis, les libraires d’Amé-rique latine enregistrent une envolée des ventes de livres prophétiques comme celui de Nostradamus, d’essais tel Le choc des civilisations de Samuel Huntington ou d’ouvrages sur la culture islamique.

Les ventes du livre de l’astrologue et médecin français Michel de Nostre dame, Les prophéties de Nostradamus, ont augmenté de 60 à 100 % à Bogota, Montevideo et Caracas. Les stocks ont été en outre rapidement épuisés à Quito et Buenos Aires depuis ces attentats qui ont fait près de 6.000 morts. [...]

Les ventes de tout type d’ouvrages de prophétie se sont envolées dans cinq autres magasins de la ville. A Caracas, les trois librairies les plus importantes - Monte Avila, Lectura et Ateneo - ont enregistré la même tendance pour les Prophéties de Nostradamus, mais aussi pour les ouvrages de religion, et Lectura a épuisé ses stocks de Huntington.

Cinq succursales de la chaîne Papacito de Montevideo ont constaté « une augmentation notoire concernant les livres de prophéties en général et ont épuisé leur stock de Nostradamus avec quelque 200 exemplaires vendus », selon un employé.

La libraire Nacional, l’une des plus anciennes et reconnues de Bogota, a signalé une préférence des lecteurs pour les livres sur Nostradamus, notamment celui de Klaus Bergman, avec une augmentation de 80 % des ventes. [...] En revanche, les Brésiliens n’ont pas manifesté un intérêt accru pour ce type d’ouvrages, selon plusieurs libraires. »

En l’occurrence, Montevideo et Paris, Madrid ou New York, le même phénomène a été observé, à des degrés plus ou moins grands... Pas rassurant...

Robert Benazra, sur son site Internet Espace Nostradamus4, précise que le seul quatrain où l’on parle de « frères jumeaux » dans les Centuries est le quatrain 95 de la première centurie où le premier vers dit : Devant moustier trouvé enfant besson, le mot « besson » signifiant « enfants jumeaux » en roman. Nostradamus n’a par ailleurs jamais parlé dans ses écrits d’une « troisième grande guerre ». On pourrait peut-être voir dans ce présage une adaptation d’une expression reprise de l’Épître à Henri II, qui préface les Centuries VIII à X : « ... sera faicte la troisiesme inondation de sang humain ». Cependant, les événements décrits dans cette Lettre à Henry Second, où l’on retrouve cette expression, n’ont évidemment strictement rien à voir avec ceux qui se sont produits aux États-Unis.

Ce quatrain apocryphe a fait des émules, presque plus vite que les tours new-yorkaises se sont écroulées, telles ces autres variantes aux relents catastrophistes :

Dans l’année du nouveau siècle et neuf mois,
Du ciel viendra un grand roi de terreur...
Le ciel brûlera à quarante-cinq degrés.
Le feu approche la grande nouvelle ville...
Dans la ville d’York, il y aura un grand effondrement,
Deux frères jumeaux déchirés par le chaos
Tandis que la forteresse tombe le grand chef succombera
La troisième grande guerre commencera quand la grande ville brûlera.

Le premier est partiellement repris du soixante-douzième quatrain de la neuvième centurie :
L’an mil neuf cens nonante neuf sept mois
Du ciel viendra un grand Roy d’effrayeur
Ressusciter le grand Roy d’Angolmois.
Avant après Mars régner par bon heur

Avec un mélange du quatre-vingt-dix-septième quatrain de la sixième centurie :

Cinq et quarante degrez ciel bruslera,
Feu aprocher de la grand’cité neuve,
Instant grand flamme esparse sautera,
Quand on voudra des Normans faire preuve.

Le premier est un des quatrains les plus connus de Nostradamus, sur la fameuse « année 1999 » (déjà utilisé au sujet de l’éclipse totale du 11 août 1999 censée, pour certains, annoncer la fin du monde). Le rédacteur confond ici en fait sciemment « nouveau siècle » et 1999. Quant au mois de septembre évoqué dans le poème (« neuf mois »), il est censé correspondre aux « sept mois » du quatrain, parce que « septembre » signifie « septième mois » (comme « octobre » est le huitième ou « décembre » le dixième, et que de la même manière, dans la Bible, on parle du septième mois, c’est-à-dire Tichri, alors qu’il s’agit en fait du premier mois de l’année juive).

New York est évidemment assimilé à la « cité neuve » (mais pourquoi pas New Delhi ou New Orleans ?). Pourtant le second vers du quatre-vingt-septième quatrain de la première centurie aurait sans doute été beaucoup plus parlant : Fera trembler la tour de la cité neuve ? En fait ici, Nostradamus évoque Naples, du terme latin « Neapolis », et le sac de cette ville perpétré par les Normands en 1130, comme nous l’a précisé notre ami Roger Prévost ! New York se situe d’ailleurs à 40°43 de latitude et non 45°.

Signalons que le célèbre exégète Jean-Charles de Fontbrune (auteur du fameux Nostradamus historien et prophète, Le Rocher, 1980), ne mentionne même pas ces deux quatrains dans son ouvrage. Il est vrai que ses interprétations s’arrêtent à l’an 2000... Cependant, notre ami Jacques Poustis nous signale qu’il commentait le quatrain 97 de la sixième centurie dans un ouvrage précédent (Ce que Nostradamus a vraiment dit, Stock 1976), et qu’il y voyait l’annonce de tremblements de terre dévastateurs dans les années suivantes (Elizabeth Teissier n’aurait pas fait mieux). Un autre exégète débridé, Jean Monterey, dans un ouvrage plus ancien (Nostradamus, prophète du vingtième s i è c l e, édition La Nef de Paris, 1961) y voyait quant à lui la prédiction d‘Hiroshima !

Simple variante de celui de N. Marshall, le second quatrain apocryphe est bien sûr quant à lui purement et simplement inventé, l’allusion aux deux frères s’échappant peut-être d’ailleurs d’une « adaptation » du dix-septième quatrain de la huitième centurie :

Les biens aisés subit seront desmis,
Par les trois frères le monde mis en trouble :
Cité marine saisiront ennemis
Faim, feu, sang, peste et de tous maux le double.

Les trois, et non deux, frères de ce quatrain désignent en fait les frères Chatillon : Coligny, d’Andelot et Odet, qui s’illustrèrent durant les guerres de religion, dans les années 1560, notamment dans la « cité marine » du Havre5.

Quatrains à toutes les sauces...
A titre d’exemple et pour montrer l’inanité de telles « prophéties », Robert Benazra propose, sur son site Espace Nostradamus6, une suite d’extraits de quatrains qu’on aurait pu mettre à contribution en la circonstance :

Après grand troche (misère, en grec) humain plus grand s’appreste
Le grand moteur les siècles renouvelle
Au ciel veu feu, courant longue estincelle... (quatrain 46 de la deuxième centurie)

Grand feu du ciel en trois, nuictz tumbera
Par deux fois hault, par deux fois mis à bas... (quatrain 46 de la première centurie)

Les forteresses des assiégés serrés,
Par poudre à feu profondés en abysme
Les proditeurs seront touts vifs serrés... (quatrain 40 de la quatrième centurie)

Feu couleur d’or du ciel en terre veu,
Frappé du haut nay, faict cas merveilleux
Grand meurtre humain... (quatrain 92 de la deuxième centurie)

La grand cité sera bien désolée...
Par fer, feu, peste, canon peuple mourra (quatrain 84 de la troisième centurie)

Le feu volant la machination,
Viendra troubler au grand chef assiegez... (quatrain 34 de la sixième centurie)

L’Orient aussi l’Occident faiblira... (quatrain 59 de la huitième centurie)

Preuve que les seules prédictions que l’on trouve dans les vers nostradamiques sont celles des événements que l’on veut bien y projeter, consciemment ou non, au gré de son humeur ou de son inspiration.

On peut constater que bien exploité, le quatrain 97 de la sixième centurie constitue vraiment un exemple idéal des merveilles de la prophétie polyvalente. Si vous voulez garantir le succès à votre « prédiction », faites juste quelques allusions vagues, parce qu’alors vous couvrez une large panoplie de circonstances, comme le terme « feu », qui inclut ceux provoqués par des catastrophes naturelles, les explosions, la guerre (ou n’importe quel type de violence ou attaque impliquant bombes ou armes à feu), les accidents de véhicules motorisés (voitures, trains, bateaux, avions), les phénomènes naturels comme les volcans et la foudre, ou des phénomènes astronomiques (comètes, météorites ou novas, par exemple). Il est probable qu’une de ces choses surviendra dans les décennies suivantes, et probablement plus d’une fois. Votre prophétie peut donc en plus être appliquée à chacune d’elles7.

« Cinq et quarante degrez » vaut de l’or, puisque « degré » recouvre à la fois les angles, les degrés de latitude et de longitude, la température, le temps écoulé sur une horloge et un paquet d’autres mesures qu’on peut lui assimiler. Vous devriez sans trop de difficultés trouver une signification qui conviendra bien dans n’importe quel désastre qui surviendra. « La grande nouvelle ville » : Quelle excellente idée de « prévoir » qu’un feu, une guerre, une explosion, un accident, ou une catastrophe naturelle frapperont une grande ville un jour ou l’autre d’ici une ou plusieurs centaines d’années. Si vous n’identifiez pas la ville précisément (sauf à indiquer qu’elle est « grande »), votre « prédiction » peut être appliquée aux centaines d’événements dans des villes du monde entier pendant les nombreuses décennies qui suivront !

Si vous voulez vous en convaincre, relisez ce quatrain et interprétez-le à la lumière du dramatique accident de l’usine AZF de Toulouse du 21 septembre dernier : tout y est. L’explosion, et la grande ville « rose », qu’il faut bien sûr lire en filigrane de « neuve », située à 44°14 de latitude, proche du quarante-cinquième parallèle ! En cherchant bien, on trouve même deux usines d’engrais classées Seveso, comme à Toulouse, proches de la Normandie (dans l’Oise, à Longueil-Sainte-Marie et à Ribécourt8), et qui devront « faire leurs preuves » (au plan de leur sécurité de fonctionnement). Voilà donc comment devenir Nostradamiste distingué grâce à l’acuité et l’audace de votre analyse, qui ne doit bien évidemment pas s’encombrer de trop de scrupules...

Quinze jours après les événements, Le Figaro, fait remarquable pour être signalé, a dénoncé à la une, sous la plume de Véziane de Vezins, toutes ces divagations abusives, nées d’une lecture et d’une trituration incontrôlée des Centuries nostradamiennes.

Succès de librairie

Parallèlement, quatre jours après les attaques sur New York et Washington, un des livres à succès parmi les vingt-cinq titres les plus demandés sur le site Internet Amazon.com était Nostradamus : les Prophéties Complètes, en compagnie de deux autres ouvrages sur le même sujet. Même constatation chez les libraires sud-américains, avec la recrudescence du succès de l’auteur des Centuries dont les ouvrages d’interprétation débridée ont vu leur diffusion augmenter de 60 à 100 % la semaine ayant suivi les attentats. Au grand bonheur des éditeurs, qui se voient obliger de réimprimer en masse les quatrains obscurs de l’astrologue provençal9. Même succès également sur Internet, où le nom de Nostradamus a connu une flambée d’intérêt parmi les mots-clés les plus fréquemment consultés sur les différents moteurs de recherche du réseau10.

Musique sinistre
Pour faire dire aux choses ce qu’elles ne disaient pas forcément, on peut relier les événements à quasiment tout ce qu’on l’on veut, en cherchant bien. Le drame du 11 septembre nous en a donné un bon exemple, nous l’avons vu. Ainsi les paroles de la chanson « Mesias » (Messie), écrite et interprétée par l’artiste pop guatémaltèque Ricardo Arjona, ont été citées comme prétendue prédiction de l’attentat du World Trade Center11. Pourtant, le texte de cette chanson dit à peu près ceci :

Le Messie est né à New York
Il conduit un véhicule blindé surprotégé.
Le pape craint une perte massive...
Le Messie prépare un coup, et personne ne connaît la date...
Il a un associé au Japon, un autre en Afghanistan.
Il parle avec Dieu quotidiennement par Internet.
Il défend le changement et il s’est fait des ennemis.
L’église l’accuse d’hérésie.
Et le Pentagone l’accuse d’être un terroriste...
Il est à la une du New York Times.
Et un nuage de doute projette une ombre sur le soleil.

Si vous avez saisi le lien exact avec ce qui s’est passé dans la mégalopole américaine, écrivez-nous. Nous pourrons en faire profiter nos lecteurs moins perspicaces.

En revanche ceux qui ont manqué leur coup, ce sont les membres du groupe de hip-hop12 californien « The Coup » (c’est leur nom). Le projet de pochette de leur dernier album « Party Music », imaginée environ deux mois avant les attentats américains, montrait en effet deux membres du groupe devant les tours jumelles du World Trade Center qui explosent. Le feu et la fumée qui s’échappent des bâtiments ressemblent sans conteste aux images tragiques vues le 11 septembre. L’éditeur de l’album, 75 Ark, a évidemment immédiatement décidé de modifier la pochette de l’album et de ne pas publier cette image choquante, qui dans le contexte actuel, pourrait être considérée comme une provocation13.

Pour tempérer cette vision (nous n’osons pas écrire « jouer les rabat-joie »), remarquons tout de même qu’aucun avion n’est en cause sur cette image sinistre.

Chez nous, la SENO (Société d’études de Nostradamus et de son œuvre), à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine), publie un « Almanach horoscope 2002 Nostradamus » avec le portrait du prophète en surimpression de l’image des tours new-yorkaises en feu. Curieusement, les éditions de l’almanach des années précédentes sont épuisées. Pour faire original, on nous y cite d’autres quatrains que ceux dont nous parlions plus haut (sans référence aux Centuries dont ils sont extraits), aux propos suffisamment vagues pour devenir le fourre-tout de l’interprétation débridée et qui sont censés s’appliquer aux événements américains actuels, mais qui pourraient en fait correspondre tout aussi bien à n’importe quelle autre tragédie dont notre époque ne manque pas. Inutile donc de s’étaler sur cette resucée de ce que nous venons de décrypter précédemment. Cet almanach nous annonce aussi, sans originalité, la troisième guerre mondiale pour les années à venir. Malgré de telles perspectives, il nous est dit également que nous connaîtrons des difficultés d’adaptation à l’Euro, que Jacques Chirac sera réélu, qu’une famine sévira en Europe Centrale, que des inondations affecteront encore la Somme, etc. Mais rassurez-vous, la guerre ne durera que trois ans et sept mois, et une ère de grand bonheur devrait suivre (ouf !). L’horoscope signe par signe, qui complète l’ouvrage, nous permet d’annoncer un moral au beau fixe pour les Cancer en fin d’année (indécrottables optimistes, va) !A cette lecture, on se dit que l’exploitation commerciale des affres du monde n’a vraiment pas de limites....

Numéromanie

Mais les exégètes de la prophétie nostradamienne n’ont pas été les seuls à sévir sur la toile. Un numérologue forcené a ruminé sur la signification du numéro 11. Voici ses affirmations14 (en italiques) :

La date de l’attaque : 11.09 ; 1 + 1 + 0 + 9 = 11. Mais si on y ajoute l’année 2001, l’ensemble tombe à l’eau !

Le 11 septembre est le 254e jour de l’année : 2 + 5 + 4 = 11.

Après le 11 septembre il reste 111 jours jusqu’à la fin de l’année. mais, malgré les apparences 111 n’est en rien multiple de 11 ! Et septembre reste malgré tout le neuvième mois de l’année, et pas le onzième...

119 est l’indicatif en Irak/Iran, 1 + 1 + 9 = 11. Sans même nous demander le rapport de ces pays avec les attentats, nous sommes obligés de constater qu’il ne s’agit de toute façon aucunement d’indicatifs téléphoniques, puisque ceux-ci sont 98 pour l’Iran et 964 pour l’Irak, dont les sommes ne donnent pas onze ! Citons quelques pays, très éloignés de notre sujet, mais dont la somme des indicatifs téléphoniques est pourtant égale à onze : le Costa Rica (506), la Lettonie (371), la Libye (218) et même Sainte-Hélène (290) !

Les tours jumelles étaient debout côte à côte et ressemblaient au numéro 11.

Le premier avion à frapper la tour Nord était le Vol 11. Vol 11, 92 personnes à bord : 9 + 2 = 11. Vol 77, 65 personnes à bord : 6 + 5 = 11. Ce dernier visait le Pentagone, et non la tour Sud, frappée par le vol UA 175 (1 + 7+ 5 = 13 11) avec 65 personnes à bord. En revanche, il n’y avait que 64 personnes à bord et non 65 pour le vol 77 ! De son côté le vol UA 93 (9 + 3 = 12 11) qui s’est écrasé en Pennsylvanie n’emportait que 45 personnes à bord (4 + 5 = 9 ? 11)15

L’État de New York est le 11e état rattaché à l’Union. New York : 11 lettres. Afghanistan : 11 lettres. Le Pentagone : 11 lettres. (A condition, pour ce dernier, de rajouter l’article pour faire le compte). Notons des absents notoires dans cette litanie de coïncidences impliquant le numéro 11 : « World Trade Center » (16 lettres), « Washington » (10 lettres), « États-Unis » (9 lettres), « Al-Qaïda » (le nom de l’organisation terroriste de Ben Laden : 7 lettres), « Kaboul » (6 lettres), « Kandahar » (8 lettres) et « Taliban » (7 lettres). Selon le Chercheur Joe Nickell du CSICOP16), il s’agit d’un cas manifeste « de choix sélectif des coups positifs et de l’escamotage des négatifs », une pratique courante chez les forcenés des coïncidences prophétiques à tout crin.

Ramzi Yousef (reconnu coupable d’avoir orchestré l’attaque sur le World Trade Center en 1993) : 11 lettres. Mais Ben Laden (avec ou sans Oussama), plus concerné par ce qui s’est passé, ça ne fait toujours pas onze lettres. Pas plus que Khalid Al-Midhar et Nawaq Alhazmi (14 et 12 lettres respectivement), deux des terroristes du vol 77, ou Mohamed Atta (10 lettres), terroriste d’un des Boeing de New York.

En revanche, vous pouvez constater vous-mêmes que notre titre, « Science et ps.sc. », fait aussi 11 lettres, tout comme Jean-Pierre T., auteur de cet article. Méfiez-vous donc de la revue que vous avez entre les mains ! Et tant qu’on y est « Prédictions » cela fait aussi 11 lettres. Tout comme « idiots naïfs » ou « mayonnaises » pour assaisonner toute cette salade inepte et indigeste.

Visionnaires et prédicateurs

Nous avons pu lire également17 qu’une femme médium de trente ans, habitant le Lancashire en Grande Bretagne, Valérie Clarke, aurait fait une prédiction au sujet de l’effondrement du World Trade Center, trois mois auparavant, au cours de l‘émission télévisée de Robert Kilroy sur B.B.C One. Elle aurait parlé de la vision d’une explosion massive causée par un avion entrant en collision avec la deuxième tour de Manhattan. « J’ai eu ce rêve il y a quelque temps et j’ai pensé que c’était un bombardement au World Trade Center. Mais j’ai vu cet avion passant devant et je dois avoir rêvé du désastre » dit-elle aujourd’hui. Voici les propos qu’elle aurait tenus à l’époque (mais nous n’avons pu en vérifier l’authenticité à la source) : « Dans mon rêve j’étais au World Trade Center errant dans les rues - j’étais dans une sorte de barricade quand le bâtiment a explosé. En même temps cet avion est descendu derrière lui. Dans mon rêve je n’étais pas sûre que l’avion ait heurté le bâtiment ». Le site Internet de la BBC ne traite même pas du sujet, ce qui nous laisse perplexe. Suivant votre capacité d’étonnement ou votre circonspection, vous pouvez donc être fortement interpellé ou rester parfaitement stoïque devant cette annonce. Devinez donc quelle attitude nous avons pu choisir face à cette information...

Aux États-Unis, environ une semaine après les attaques terroristes du 11 septembre, Sylvia Browne, une sorte de gourou prédicatrice, a mis en ligne des « informations » qu’elle aurait capté à leur sujet, par on ne sait exactement quel biais plus ou moins paranormal18. Ces informations ont depuis été retirées, mais le CSICOP en a retrouvé copie, toujours consultable à partir de son site19.

Voici donc ce que disaient les prédictions de S. Browne au sujet de ces attaques :

Oussama Ben Laden et un autre groupe sont impliqués dans cet événement.

Soyez conscient de la « Triade de Jordanie » et de la « république palestinienne de Bundi ».

Une arme ou une bombe connue en tant que « Z » sont en relation avec les avions.

Deux noms y sont également liés (orthographe phonétique) : Mohammed Karema et Zehar Mentusi.

La première affirmation n’était, d’un point de vue spéculatif, même plus une révélation quelques heures après le drame. Cette « prédiction » se disqualifie donc d’elle-même.

Pour la seconde, le CSICOP (12) signale que Bundi est une ville de 77.000 habitants dans l’état indien Nord-Ouest du Rajasthan. Mais savoir si cette cité abrite des expatriés palestiniens et ce qu’ils font là, reste à vérifier, et le rapport de tout cela avec les attentats américains n’est pas limpide, pour ne pas dire plus. Le CSICOP connaît également un projet commun de la Commission de la Population Nationale Jordanienne (USAID) et de la Johns Hopkins University, pour concevoir et mettre en œuvre une campagne nationale pour favoriser le contrôle des naissances. Le projet implique des équipes de trois personnes, composées d’un médecin, un assistant social et un chef religieux, qui travaillent pour informer et sensibiliser les populations sur ces problèmes aigus. Sont-ce les « triades jordaniennes » dont S. Browne parle ? Il reste en tout cas à déterminer leur rapport, s’il y en a un, avec les événements du 11 septembre.

La troisième affirmation, relative à une arme ou une bombe connue comme le « Z » et impliquée dans les attentats, se révèle également sans fondement. Les terroristes ont simplement employé des canifs et des couteaux pour maîtriser les équipages des appareils détournés et se sont servis des avions eux-mêmes comme projectiles, sans la moindre bombe. Aucun élément d’enquête n’y fait d’ailleurs allusion à ce jour. Selon les instances officielles américaines, il n’y a pas non plus le moindre explosif connu ou répertorié sous le code « Z » ou commençant par la lettre « Z ». Enfin, la comparaison des deux noms « Mohammed Karema » et « Zehar Mentusi » (S. Browne se garde une marge d’interprétation en précisant qu’il s’agit d’orthographes « phonétiques ») avec la liste des pirates de l’air établie par le FBI est évidemment infructueuse.

Il s’agit donc encore d’une pseudo-prédiction sans intérêt, qui ne nous apprend absolument rien, sinon la médiocrité de son auteure, et qui a permis à cette dernière de se faire un peu de publicité, sans agence spécialisée et sans investissement ruineux.

Gaffe aux graphos !

Deux semaines après les attentats, des graphologues de l’Académie Britannique de Graphologie s’y sont mis à leur tour en analysant la signature du suspect n° 1, Oussama Ben Laden, récupérée au bas d’un communiqué télécopié, reçu le 24 septembre par une télévision qatariote. Que nous apprennent-ils sur le dangereux terroriste20 ? La signature révélerait un homme malheureux, frustré, avec pourtant un énorme ego. Un complexe d’infériorité le pousserait à surcompenser par l’agressivité et la violence. Il aurait pu subir un traumatisme dans l’enfance. Son désir de vengeance contre la société naîtrait d’un sentiment qu’elle l’a injustement traitée (comme elle est dure la vie de fils de milliardaire !). Sa libido serait au-dessus de la moyenne, et il lui faudrait donc épancher (sic) cette énergie exceptionnelle. Il serait individualiste, rebelle et non-conformiste (le recours au terrorisme brutal et aveugle nous paraît pourtant bien tristement banal sur cette planète). La crainte de représailles ne l’intimiderait pas. Il exorciserait sa crainte de la mort en l’administrant à d’autres, sans qu’il sache très bien distinguer la fiction de la réalité. Mais qui peut prétendre connaître suffisamment le personnage de Ben Laden pour confirmer ou dénier ces affirmations gratuites ?

Prédiction calendaire

Aux Pays-Bas, on nous annonce avoir découvert un calendrier islamique, qui aurait été publié en Égypte au mois de mai, trois mois pleins avant la catastrophe, et qui montre, à la page du mois de septembre, le crash d’un avion de passagers devant Manhattan et la Statue de la Liberté21. Mais l’avion se situe au-dessus de la mer, et ne met en cause ni les tours du World Trade Center, ni la ville elle-même. L’émotion a été grande, nous dit-on, dans la ville d’Almere, où ce calendrier a été découvert dans une école islamique, selon le quotidien De Telegraaf, qui rapporte l’information dans son édition du 26 septembre. Nous pensions à l’évocation d’un accident d’avion, tel celui du Vol 800 de la TWÀ en juillet 1996, mais vérifications faites sur le site du journal néerlandais22, après enquête de la police néerlandaise, il s’avère qu’il s’agit en réalité de l’illustration de la disparition, le 31 octobre 1999, à 100 km environ au sud-est de l’île de Nantucket au large des côtes américaines, entre Boston et New York, d’un Boeing 767- 300 d’Egypt Air, le vol 990, assurant la liaison Los Angeles-Le Caire, avec escale à New York, et qui fit 217 morts. Les causes précises de ce drame n’ont pas été totalement éclaircies, et l’on a supposé (sans preuves parfaitement convaincantes) un acte suicidaire du copilote qui aurait précipité l’avion dans la mer, tandis que d’autres prétendent (sans beaucoup plus d’éléments incontestables) que l’appareil aurait été abattu accidentellement par un missile américain égaré. Au-dessous de l’image du calendrier en cause, on peut lire les derniers mots du pilote « Allah est mon soutien ». Mais ces mots ne démontrent rien. Il pourrait tout simplement s’agir de la prière d’un croyant, face à une mort imminente, alors que l’avion qu’il dirigeait était victime d’une avarie fatale contre laquelle il ne pouvait malheureusement plus rien. À moins bien sûr qu’il ne se soit agi du dernier avatar du sinistre « triangle des Bermudes « pas très éloigné géographiquement du lieu de la catastrophe, allez donc savoir...

Frisson à domicile

Pour finir, et à peu de frais, nous vous proposons de frissonner tranquillement chez vous, sur votre ordinateur, en tapant en majuscules les mots suivants « Q33NYC » (abréviation du vol « Q33 New York City »), ou « Amérique - New York - Avion », après avoir sélectionné la police de caractère « Wingdings » dans votre traitement de texte. Oh ! surprise, voici ce que vous découvrez :


Bill Gates (patron de Microsoft, inventeur du célèbre système d’exploitation « Windows ») avait-il donc pressenti subconsciemment les évènements qui viennent de se produire ? Si vous tapez, dans la même police « naïf crédule gogo » ou « sceptique », vous obtenez respectivement :

Rien de plus réjouissant, à part que cela prouve l’absence de signification des mots choisis au départ. D’autant que Q33NYC ne correspond à aucun sigle des vols impliqués dans les attentats, à savoir AÀ 77 (Pentagone), AÀ 11 (Tour Nord du WTC), UÀ 175 (Tour Sud), UÀ 93 (Pennsylvanie)23, ni à l’immatriculation d’aucun des appareils en cause. Bref, encore raté !

À part nous faire rire un peu - mais a-t-on vraiment envie de rire face aux événements actuels et à leurs conséquences pour l’équilibre du monde - les gourous, interprètes, prophètes et charlatans de tous pedigrees n’ont donc à nous offrir que le triste spectacle de leur médiocrité et de la vacuité de leurs propos. Mais la machine médiatique leur offre une caisse de résonance facile, ils ne sauraient résister à l’envie d’en user et d’en abuser. Parfois à notre plus profonde désespérance.

1 en français : http://www.hoaxbuster.com/hliste/01_09/nostradamus.html en anglais : http://wwwurbanlegends.about.com/library/weekly/aa091101b.htm et : http://www.snopes.com/inboxer/hoaxes/predict.htm

2 http://www.ed.brocku.ca/ nmarshal/n.... Cette page n’est plus directement accessible. Mais on peut en visualiser le contenu à : http://www.hoaxbuster. com/hliste/01_09/nostradomus_google.htm

3 Robert Benazra (voir note suivante) signale qu’en 1654 fleurissaient Les Œuvres de M. Jean Belot, curé de Milmonts (Lyon, Chez Claude La Rivière), qui citent une dizaine de quatrains nostradamiques, ainsi que Les Œuvres diverses de M. De Cyrano de Bergerac (Paris, Chez Charles de Sercy), qui citent également les Centuries de Nostradamus. Mais qu’il faudra attendre 1656 pour une explication plus approfondie des quatrains nostradamiens avec L’éclaircissement des véritables quatrains de Nostradamus, vraisemblablement publié à Anvers par l’ancien prieur des couvents de Rouen et d’Amiens, Jean de Giffre de Rechac.

4 http://perso.infonie.fr/nostredame/actu.html

5 Roger Prévost, Nostradamus, le mythe et la réalité, Robert Laffont 1999, p. 194

6 http://perso.infonie.fr/nostredame/actu.html

7 Roger Prévost fait d’ailleurs allusion dans son ouvrage à l’utilisation qui peut être faite des termes « eau » et « feu » si fréquents dans les quatrains de Nostradamus (Nostradamus, le mythe et la réalité), Robert Laffont 1999, Troisième partie, chapitre 2, p. 186.

8 Science et vie n° 1010 de novembre 2001, page 78

9 http://www.liberation.fr/ny2001/actu/20010919actuh.html et « Suddenly, it’s Nostradamus, the best seller » in New York Times du 18 septembre 2001

10 « Nostradamus ou le canular en ligne » in Le Monde du 16 septembre 2001

11 http://paranormal.about.com/library/weekly/aa092401b.htm

12 style musical apparenté au rap

13 http://www.wired.com/news/culture/0, 1284, 46771, 00.html

14 http://www.snopes2.com/inboxer/hoaxes/predict.htm#add. Voir également note suivante

15 les numéros de vol et le nombre des victimes que nous rapportons sont disponibles sur le site Internet de la chaîne de télévision américaine CNN sur ces pages : http://www.cnn.com/SPECIALS/2001/trade.center/victims/AA77.victims.html http://www.cnn.com/SPECIALS/2001/trade.center/victims/AA11.victims.html http://www.cnn.com/SPECIALS/2001/trade.center/victims/ua175.victims.html http://www.cnn.com/SPECIALS/2001/trade.center/victims/ua93.victims.html

16 http://www.csicop.org/hoaxwatch/. Le CSICOP (Comittee for scientific investigation of the claims of the paranormal) est l’équivalent américain de l’AFIS, et publie le Skeptical Inquirer.

17 http://prestononline.co.uk/scripts/editorial2.cgi?cid=1&aid=407165

18 http://www.sylvia.org/extras/newsid2.cfm

19 http://www.google.com/search?q=cach...

20 http://www.liberation.com/ny2001/actu/20010925actua.html et http://www.portal.telegraph.co.uk/news/main.jhtml?xml=/news/2001/09/25/wbin225.xml.

21 http://voxdei2.free.fr/infos/afficher_info.php3?cle=1971.

22 Information obtenue à partir de la page Web www.telegraaf.nl rubrique « Archief » en ciblant la date du 26.09.2001 ou directement (Avec nos remerciements à Jan Willem Nienhuys et Jacques Van Rillaer pour leur aimable assistance à la traduction des pages de ce site).

23 http://www.hoaxbuster.com/hliste/01_09/Q33NY.html

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !