Sauvez les baleines, oubliez les enfants...

307 - janvier 2014

« Sauvez les baleines, oubliez les enfants » est le titre de l’article publié par l’universitaire Henry I. Miller dans le Wall Street Journal du 30 octobre 2012. Il y dénonce le système de communication mis en place par l’organisation Greenpeace et qui popularise des causes sympathiques (les baleines), mais cache des actions très virulentes qui peuvent potentiellement priver des millions d’enfants des pays les plus pauvres de l’accès aux nutriments qui leur permettraient d’éviter de devenir aveugles et de mourir des suites d’une alimentation carencée en vitamine A.

Les raisons de l’opposition sont d’ordre idéologique. Le riz doré qui pourrait aider à la lutte contre un fléau qui ravage de nombreux pays en Asie et en Afrique a le malheur d’être un riz génétiquement modifié (appelé riz doré, ou Golden Rice). Des campagnes sont menées à l’échelle de la planète, les champs expérimentaux sont arrachés, des pressions sont organisées pour retarder les autorisations.

Il ne s’agit pas de dire que le riz doré à lui seul règlera les problèmes de sous-alimentation et de pauvreté, endémiques dans ces pays. Mais il est un moyen efficace qui doit être intégré dans des politiques plus globales. Pourquoi des enfants d’Asie et d’Afrique devraient-ils se résigner à voir leurs vies sacrifiées par des personnes qui, au nom de la cause qu’elles défendent, redoutent un OGM qui ferait la preuve de son utilité pour les plus pauvres ?

Science et pseudo-sciences
Selon l’OMS, de 250 000 à 500 000 enfants deviennent aveugles chaque année du fait d’une carence en vitamine A. La moitié d’entre eux décèderont dans les douze mois suivant la perte de leur vue.
Mis en ligne le 22 janvier 2014
3047 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !