T’empêches tout le monde de rêver !

par Agnès Lenoire

« En voyance, plus on invente, plus on s’approche de la vérité. » Didier Bourdon, dans « On a tout essayé », FR2, 1er décembre 2006.

Mardi 5 décembre 2006, en seconde partie de soirée sur M6, Marc-Olivier Fogiel recevait une astrologue, Rosine Bramly, et Henri Broch, professeur de physique et zététicien, dans son émission « T’empêches tout le monde de dormir ». Marc-Olivier Fogiel n’aime pas les astrologues. Il a déjà croisé le fer avec madame Teissier, qu’il a profondément fâchée dans « On ne peut pas plaire à tout le monde » et ce soir… il empêchera tout le monde de rêver. M. O. Fogiel ne fait pas l’unanimité en tant qu’animateur, mais il faut reconnaître que sa pugnacité à pousser les tenants de l’irrationnel le dos au mur est une qualité appréciable, rarissime dans le paysage audiovisuel français.

Un drôle d’institut

Le reportage qui ouvrait cette partie de l’émission a fait une part intéressante à l’esprit critique et, de plus, a apporté aux spectateurs des infos intéressantes, si on excepte la référence à l’INAD, cet Institut national des arts divinatoires qui se prétend associatif, mais ne comprend qu’un membre de bureau, son président, et qui présente des chiffres sans aucune mention de source : 15 millions de Français auraient recours aux services d’astrologues. Pourquoi pas ?... mais à prendre avec des pincettes.

Faisons un petit détour par le site internet de cet institut. Il se prétend « national », ce qui le pare d’une aura sérieuse, alors que ce qualificatif ne signifie rien. L’INAD prétend défendre les consommateurs de voyance contre les entreprises charlatanesques, laissant ainsi entendre qu’il y aurait de la divination honnête.1 La mention de l’INAD était donc bien mal choisie.

Le reportage

Mais revenons à l’émission. On apprend aussi dans ce reportage que le mot-clé « Horoscope » est un des 20 premiers mots-clés demandés sur le web, et que le site web leader d’astrologie, astro-center, emploie 200 astrologues. C’est aussi dans ce reportage que deux personnes, L. Neuer et É. Collot, vont intervenir pour deux ou trois phrases bien senties, donnant un ton, qui, s’il n’est pas une critique pure, a tout de même bien redescendu la pratique astrologique à sa place : un jeu de dupes.

Laurence Neuer, journaliste, auteure de Les manipulés2, met en avant l’absence de diplôme et d’encadrement ; Édouard Collot, psychiatre, affirme : « La largeur, ou largesse, des prédictions permet des choses pertinentes, qu’on pourrait deviner nous-mêmes. C’est cela qu’on retient. » ; l’astrologue Christine Haas, quant à elle, défend la profession et annonce : « Un astrologue se bonifie en avançant dans la pratique ». L’occasion était trop belle ! : la voix off du reportage enchaîne aussitôt, sur un ton des plus moqueurs : « C’est tout le bien qu’on souhaite - de se bonifier - à ceux qui avait prédit le retour de Jospin, ou un attentat contre Bush […] ». Suivait alors une petite liste de prédictions échouées.

Je ne pratique pas ce type d’astrologie !

Retour au plateau. M. O. Fogiel présente l’astrologue Rosine Bramly, qui va exposer sa méthode, dans le plus pur style « toute séduction dehors », c’est-à-dire un vide sidéral. Quand Fogiel lui demande ce qu’elle pense de Teissier qui avait prédit un regain de tension entre Israël et le Liban, elle rétorque (mais s’attendait-on à une autre réponse ?), que, elle, elle ne pratique pas ce type d’astrologie collective ! Elle, elle s’attache à l’individu, à l’humain qu’elle a devant elle en consultation, avec sa vie et ses problèmes. Elle, elle est dans la réalité du quotidien.

Elle, elle a raison (mais là c’est moi qui commente !) : il n’y a rien de plus efficace que de faire croire aux gens qu’ils sont le centre du monde pour quelqu’un d’autre ! Mais écoutons-là encore. Elle, elle multiplie les techniques (car elle a d’autres cordes à son arc !) : elle analyse le flux énergétique des personnes en apposant ses mains autour du corps, où elle cherche l’aura, et elle pratique aussi les tarots. Fogiel feindra l’admiration : « Vous faites plein de trucs, vous ! ». Ce à quoi elle répliquera en toute bonne foi ( ?) : « C’est normal, je ne suis pas bête et j’ai peur de m’ennuyer ». Toujours au sujet de la bonne prédiction de Teissier, Fogiel se tourne alors vers Henri Broch qui expliquera que Teissier ne s’est pas trompée simplement parce qu’elle ne peut sans cesse se tromper, que sur cent propositions, une sera obligatoirement bonne et que le public retiendra celle-là. À ces mots, Madame Bramly ne pipe pas…puisque les prévisions collectives ne la concernent pas !

Les deux mamelles d’une consultation : paroles et argent

Par contre, elle va se lancer dans un flot de paroles dès qu’Henri Broch sortira sa carte mobile de correspondance entre signes astrologiques et constellations, qui permet de montrer que le soleil, le jour de notre naissance, ne se lève pas dans le signe indiqué, mais dans celui d’à côté. L’astrologue a décidé d’interrompre Broch à tout prix, le noyant de protestations : «  On ne parle pas de la même chose… les signes ne sont pas des constellations » « C’est un vieux combat… dépassé ». Visiblement le sujet l’a mise dans tous ses états. Henri Broch se laissera interrompre, courtois et patient, puis réussira tout de même à expliquer à Fogiel qu’en prenant sa date de naissance, et en la réglant sur une carte du ciel correcte, on peut y lire que le soleil se lève dans une constellation qui n’est pas celle que donne l’astrologie. Madame Bramly a eu beau protester, ce fut en vain, les faits étaient là et « astronomiques » ils étaient !

Puis M. O. Fogiel s’est intéressé au tarif que pratiquait Rosine Bramly. La réponse a déclenché un tollé parmi les spectateurs qui assistaient à l’émission sur le plateau : 135 € pour 1 h 30 de consultation ! Didier Bourdon, qui était présent à la table des invités pour la sortie de son film « Madame Irma », s’est exclamé, goguenard, que son personnage, qui ne prenait « que » 50 € l’heure, était déclassé !

Bien sûr, et une fois de plus l’on s’y attendait, l’astrologue trop gourmande a fait valoir sa grande expérience (34 ans de pratique astrologique), le temps passé à établir un lien fort avec le client, les délicates attentions pour mettre à l’aise… Le temps d’apprendre la manipulation, et le temps d’asseoir sa pratique professionnelle, en somme !

Réponses stéréotypées pour combler le vide

Pour finir, Fogiel demanda à Rosine Bramly comment elle expliquait que des personnages célèbres eussent le même horoscope alors qu’ils sont si opposés. La liste de l’animateur fut longue. Deux exemples seulement : le Pen et Bedos, Jospin et Diana. L’astrologue n’a eu qu’une réponse : « Ce ne sont que des tendances, on doit affiner ensuite individuellement ». On cherche encore la tendance commune à Bedos et Le Pen…

Ce qu’on remarque dans les propos des astrologues invités sur des plateaux de télévision, dès qu’ils ou elles sont un peu pressés de questions, c’est qu’ils ou elles ont un bagage tout prêt à l’emploi en toutes circonstances : les phrases qui relativisent la vérité, adulent le relationnel, flattent la personnalité, rejettent les vieux combats sous prétexte qu’ils leur sont défavorables.

L’émission de mardi soir a été bien plus correcte pour l’esprit critique que ne le sont d’habitude les émissions de M6 sur le paranormal. Malheureusement, elle a souffert d’un handicap lourd : son heure de programmation tardive.

L’heure d’Henri Broch en « prime-time » n’a pas encore sonné !


DROIT DE RÉPONSE

Nous avons reçu le texte suivant du Président de l’Institut National des Arts Divinatoires (INAD) à propos de cet article.

Votre article, concernant l’association INAD et son président, paru dans votre publication AFIS – association française des informations scientifiques du n° de décembre 2006, sous le titre « T’empêche tout le monde de rêver ! », comportant le sous titre : « … drôle d’institut » est totalement inexact, profondément injurieux, diffamatoire et relève de la calomnie et du mensonge.

En effet dans cet article, rédigé par Mme Agnès Lenoire, on peut lire : « …l’émission a fait une part intéressante à l’esprit critique et, de plus, a apporté aux spectateurs des infos intéressantes, si on excepte la référence à l’INAD, cet Institut National des Arts Divinatoire qui se prétend associatif, mais ne comprend qu’un membre de bureau, son président, et qui présente des chiffres sans aucune mention de source : 15 millions de Français auraient recours aux services d’astrologues. Pourquoi pas ? … mais à prendre avec des pincettes. »

Premièrement, vous auriez été bien avisé de consulter la Préfecture de Police pour connaître les membres qui composent le bureau de notre association ; deuxièmement, de vérifier vos sources afin de ne pas confondre le nombre de consultations qui s’élève à 15 millions pour approximativement 10 à 12 millions de nos concitoyens faisant appel régulièrement ou épisodiquement à un professionnel des arts divinatoires ( astrologue, voyant, numérologue, sorcier, marabout…) avant de publier des informations volontairement erronées et confuses si ce n’est un acte délibéré pour jeter le discrédit sur l’association INAD et sur son Président….

Au 3ème paragraphe de l’article, votre rédactrice écrit : « Faisons un petit détour par le site Internet de cet Institut. Il se prétend « national », … ce qui le pare d’une aura sérieuse, alors que ce qualificatif ne signifie rien. L’INAD prétend défendre les consommateurs de voyance contre les entreprises charlatanesques, laissant ainsi entendre qu’il y aurait de la divination honnête… »

Vous prétendez que le qualificatif « National », …le pare d’une aura sérieuse…Pour votre information l’INAD est la seule association crédible et sérieuse qui fait depuis 18 ans un travail remarquable d’information, de prévention et de soutien à des victimes de la voyance qui se compte en nombre.

Vous prétendez également que ce qualificatif ne signifie rien … Permettez-moi de vous rappeler que l’association INAD à une étendue d’action sur le plan national et international et apporte son aide, son soutien à des personnes souvent anéanties par des manipulateurs professionnels et des aigres fins de la voyance.

Vous écriviez, enfin, que : « l’INAD prétend défendre les consommateurs de voyance contre les entreprises charlatanesques, laissant ainsi entendre qu’il y aurait de la divination honnête… »

L’INAD ne s’interroge pas sur l’existence ou la non existence de la voyance, mais fait face de façon militante à une situation qui engendre des milliers d’escroqueries dont les victimes sont des personnes seules, âgées, malades ou en situation de détresse sociale ou psychologique

L’INAD informe les consommateurs et le public en général sur les pratiques réelles ou supposées, et soutient les victimes des agissements frauduleux de certains cabinets spécialisés dans la manipulation mentale et l’escroquerie.

Votre rédactrice aurait été bien inspirée de vérifier ses sources avant d’écrire des contre vérités et des mensonges dans un magazine dit scientifique censé reposer sur du concret.

Youcef Sissaoui
Président de l’INAD

Note du président de l’AFIS

Tout d’abord, dont acte : l’organisme portant le nom de « institut national des arts divinatoires » est bien une association avec un bureau ; rien ne l’oblige effectivement à révéler la composition de ce bureau ailleurs que dans les publications légales prévues à cet effet.

Il n’empêche, et cela n’a strictement rien de diffamatoire, que le fond de cette affaire est que la simple existence d’un « institut national des arts divinatoires », qui plus est affichant son ambition explicite de protection des consommateurs contre des charlatans, escrocs et autres personnes peu recommandables qui encombreraient la profession, infère nécessairement qu’il pourrait y avoir un quelconque fondement aux « arts divinatoires ».

Certes, il n’est ni nécessaire ni suffisant d’être « malhonnête » pour prétendre posséder des dons de voyance ou de divination3 ; il suffit d’être crédule ; effectivement, le praticien qui serait incrédule au regard de sa discipline serait malhonnête et nous imaginons bien que les croyants de la discipline en question trouvent particulièrement odieux que de tels praticiens cyniques salissent, en quelque sorte, l’image qu’ils entendent donner à leur profession ; beaucoup de praticiens d’autres disciplines pseudo-scientifiques, dont certaines remboursées par la sécurité sociale, dispensent conseils et prescriptions avec la meilleure bonne foi du monde. Il n’empêche que ces disciplines prospèrent sur la crédulité publique en même temps qu’elles l’entretiennent.

C’est bien ce que reconnaissait l’article R.34-7° de l’ancien code pénal qui punissait d’une contravention de troisième classe « les gens qui font métier de deviner et pronostiquer, ou d’expliquer les songes ». Cet article permettait ainsi de sanctionner tous ceux qui faisaient un usage professionnel des « arts divinatoires », sans priver pour autant le juge de l’utilisation éventuelle additionnelle du délit d’escroquerie lorsque ce délit était avéré. Fort malheureusement, cet article R.34-7° a été abrogé en mars 1994… Nous ne cesserons pas, quant à nous, notre action d’information et de décryptage. N’en déplaise à Monsieur le président de l’INAD, nous entendons nous opposer de la façon la plus claire aux croyances qu’il véhicule, et cela même s’il les véhicule de bonne foi… Nous considérons même ces entreprises de banalisation d’autant plus dangereuses que l’escroc avéré peut, lui, être poursuivi devant les tribunaux, et que sa victime peut en être indemnisée… Le législateur serait bien inspiré de se pencher de nouveau sur l’exercice professionnel de la « divination ».

Michel Naud
Président de l’association française pour l’information scientifique (AFIS)

1 Lire l’article de Jean-Paul Krivine et Philippe Le Vigouroux dans SPS 241 (2000)

2 Aux éditions Pharos ( novembre 2006)

3 Divination : Art de deviner, de découvrir ce qui est ignoré ou caché en sortant des voies ordinaires de la connaissance par le recours à des procédés occultes, à des pratiques magiques ; en partic., art de prédire les événements futurs. http://atilf.atilf.fr/dendien/scrip....

Mis en ligne le 19 décembre 2006
6812 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !