Ce dossier regroupe des analyses portant sur la croyance à l’existence de phénomènes dits paranormaux.

Y Lignon attaque G. Charpack et H.Broch en justice

réalisé par Laurent Puech pour l’Afis

En attaquant en justice, Yves Lignon cherchait peut-être à trouver une forme de réparation suite à une attaque dont il a souffert, mais cela a pour conséquence (voulue ?) de déplacer le débat et d’en déformer les termes. Finalement, c’est une question éthique qui est posée : lorsqu’on s’adresse au public comme à la justice, peut-on « jouer » avec les faits ? Yves Lignon a voulu porter l’affaire en justice, nous la portons en place publique. L’objectif de ce dossier est de fournir à chacun la possibilité de se faire une opinion sur le fond de l’affaire, en ayant accès à un maximum de documents. Nous vous proposons de partir du premier acte de cette affaire : l’assignation par Yves Lignon de Georges Charpak, Henri Broch, Gérard Jorland (directeur de collection) et des Editions Odile Jacob. Le texte a été respecté dans son intégralité. Seule a été retirée l’adresse d’Yves Lignon afin de respecter sa vie privée. La forme du texte a aussi été conservée au maximum.

Après lecture de ce document, nous vous invitons à décrypter les éléments de cette accusation. Pour ne pas générer de confusion, les textes en italiques sont notre commentaire, les autres appartiennent à Yves Lignon et à son avocat.


ASSIGNATION DEVANT LE TRIBUNAL D’INSTANCE DE TOULOUSE

L’AN DEUX MILLE DEUX, ET LE NEUF AOUT

A : 1/ Monsieur Georges CHARPAK

2/ Monsieur Henri BROCH

Auteurs du livre :

« Devenez sorciers, devenez savants »

Publié aux éditions Odile JACOB

Sous la responsabilité éditoriale de :

3/ Gérard JORLAND

4/ Les Editions Odile JACOB

Domiciliés tous quatre :

Editions Odile JACOB

15 Rue Soufflot

75005 PARIS

Je vous fais connaître qu’un procès vous est intenté devant le Tribunal d’Instance de TOULOUSE

PAR : Monsieur Yves LIGNON

Date et lieu de naissance

Nationalité

Enseignant à l’Université

Domicile

Ayant pour Avocat, Maître Jean-Paul ESCUDIER, domiciliée (adresse).

Vous trouverez ci-après l’objet du procès et les raisons pour lesquelles il vous est intenté.

(...)

RAISONS DU PROCES

Attendu que Georges CHARPAK et Henri BROCH, auteurs du livre :

« Devenus sorciers, devenez savants »

ont cru pouvoir citer nominativement le Concluant, Monsieur Yves LIGNON, dans leur livre.

Attendu qu’ils n’ont pas hésité à écrire dans le paragraphe :

« LES PARA PSYPHILES RENCHERISSENT »

« Une des conséquences de l’émission MYSTERES a été de fournir du grain à moudre à des parapsychologues :
- à la dérive
- ou en mal de copie.

Dans la floraison d’inepties, voici quelques extraits récents :

« Yves LIGNON dans le Midi-Libre du 27 juillet 1988 » écrit...

Les deux auteurs ont continué sur le même ton dans le paragraphe qui suit :

« COMMENT ON FABRIQUE UN MYSTERE »

De deux choses l’une, ou ces deux personnes, Yves LIGNON et J. VILACEQUE « inventent allègrement pour faire de la copie ».

« Ou elles mentent effrontément et consciemment ».

« Dans les deux cas, elles n’en sortent pas grandies. »

« Même si la question de la crédibilité de tels individus est vite réglée ».

Attendu que pour terminer dans un dernier paragraphe intitulé :

« UN FABULEUX « STATISTICIEN » EN ACTION »,

Les deux auteurs mettent à nouveau en cause Yves LIGNON en contestant ses titres et diplômes.

Attendu qu’en effet, Yves LIGNON est enseignant à la Faculté du MIRAIL.

Yves Lignon est détenteur d’un D.E.A. (diplôme d’études approfondies) de statistique mathématique, obtenu avec mention Bien. Dans le cadre des enseignements délivrés par le département « Mathématiques » de l’Université de Toulouse le Mirail :

a. Il est membre de l’équipe pédagogique chargée de l’élaboration des programmes et de l’organisation de l’enseignement de la statistique appliquée à la psychologie.
b. Il a depuis l’année universitaire 1998-1999 la responsabilité de l’enseignement de la statistique appliquée à la géographie.
c. Depuis 1986-87 il a la responsabilité de l’enseignement de la statistique théorique et appliquée pour les étudiants (titulaires de baccalauréats scientifiques) de première année de filière « mathématiques ». La confiance de ses collègues mathématiciens lui est donc acquise constamment depuis 17 ans et vient d’être renouvelée pour l’année 2002-2003.

Il est l’un des trois co-auteurs du livre « Méthodes statistiques » publié en 2000 par l’éditeur scientifique Ellipses.

Attendu qu’il est bien :
- statisticien en titre
- et non entre guillemets

Attendu que ses travaux universitaires font autorité, non seulement en France, mais aussi dans d’autres pays.

Attendu que son laboratoire de parapsychologie a acquis en 25 ans une réputation de rigueur et de sérieux.

Yves Lignon a fondé en 1974 le Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse, association unique en France, d’universitaires, ingénieurs et médecins souhaitant étudier les phénomènes dits « parapsychologiques » sans a priori avorable ou défavorable. La notoriété nationale de ce groupe est due au fait que le public le sollicite régulièrement pour lui demander de démystifier quelque histoire étrange ou comment se défendre contre les charlatans. Les travaux de recherche d’Yves LIGNON ont été subventionnés dans le passé par son Université avant que des obstacles administratifs mettent fin, comme l’ont rappelé à plusieurs reprises les Présidents successifs de cet établissement Supérieur, à ce soutien.

Yves LIGNON est également Président de l’Organisation pour la Recherche en Parapsychologie et sur les Phénomènes dits Paranormaux (OR3P) association qui regroupe sur toute la France les personnes exerçant des professions à caractère scientifique ou médical et partageant les objectifs du Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse. En tant que Président de l’OR3P, Yves LIGNON est directeur de publication de la « Revue Française de Parapsychologie », seule revue de langue Française en la matière diffusée internationalement. Yves LIGNON intervient fréquemment, et encore récemment, à la Tribune des Congrès Internationaux traitant de parapsychologie sous l’angle strictement scientifique.

Attendu qu’il est inadmissible d’user de son autorité de Prix NOBEL pour briser en quelques phrases assassines la réputation d’un homme dont les travaux sont reconnus et font autorité.

Attendu que le rationalisme forcené des deux auteurs de :

« Devenez sorciers, Devenez savants »

ne les autorise pas à user de termes de mépris aussi outranciers et outrageants que :
- Floraison d’inepties.
- Mensonge effronté et conscient.
- Invention allègre pour faire de la copie.
- Crédibilité de ces deux individus vite réglée.

Attendu que le rationalisme forcené des deux auteurs les autorise encore moins à mettre en cause les diplômes de statisticien du Concluant qui constituent ses véritables titres universitaires.

Sur la compétence Rationae materiae

Attendu que la compétence du Tribunal d’Instance est reconnue par l’article 321-8 du C.O.J. dans la limite du taux du ressort, soit 7 600 Euros.

Sur la compétence Rationae Loci.

Attendu que le concluant, ayant à la fois son domicile et ses activités universitaires sur Toulouse et le livre, étant diffusé à Toulouse, le Tribunal d’Instance de Toulouse est donc compétent.

SUR L’APPLICATION A L’ESPECE DE L’ARTICLE 1382 DU CODE CIVIL

Attendu qu’au terme de cet article.

« Tout fait de l’homme qui cause à autrui un dommage oblige celui par la faute duquel il est arrivé à la réponse.

SUR LE PREJUDICE DU CONCLUANT

Attendu que le fait d’être présenté dans le livre incriminé comme un « menteur effronté et conscient capable d’inventer allégrement pour faire de la copie et dont la question de crédibilité est vite réglée » a eu une incidence très lourde sur la manière dont les travaux du concluant sont désormais perçus.

Attendu que le Sieur LIGNON subit une réelle érosion de crédibilité surtout dans la mesure où l’auteur des ces propos est une des gloires scientifiques de notre époque.

SUR LA MESURE DONT AURAIT DU FAIRE PREUVE GEORGES CHARPAK

Attendu que sa notoriété lui crée certaines obligations et notamment, une obligation de réserve.

Attendu que son Prix Nobel en fait quelque part un arbitre du Vrai et du Faux.

Attendu que démolir ainsi, en quelques lignes, toute une vie consacrée à la recherche du paranormal ne sont dignes, ni de sa réputation, ni de ses hautes qualités intellectuelles.

Attendu que Georges CHARPAK aurait dû faire preuve de plus de modestie par rapport à une science ou du moins par rapport à une méthodologie qu’il ne maîtrise pas.

SUR LES CONSEQUENCES DE CE DENIGREMENT INADMISSIBLE DES TRAVAUX UNIVERSITAIRES DU CONCLUANT

Attendu que le Sieur LIGNON, invité régulier des radios et des chaînes de télévisions depuis de très nombreuses années a vu « son audimat personnel » chuter.

Attendu que frappé par l’OUKASE de Georges CHARPAK pour ne pas dire sa FATOUA, les journalistes hésitent à l’inviter.

Yves LIGNON déclare qu’avant de décider d’intenter une action en justice, il a vainement tenté de faire connaître son point de vue sur le livre incriminé en s’adressant à des journalistes.

Attendu que même la carrière universitaire du Sieur LIGNON a été touchée par ce livre.

Le 5 juillet 2002, Yves LIGNON a appris que la réponse à sa demande de promotion (inscription sur une liste d’aptitude) était « réservée », bien que l’innovation pédagogique soit l’un des premiers critères pris en compte et qu’il ait fait valoir la réalisation d’un cours multimédia (l’un des premiers, sinon le premier produit en France) d’initiation aux mathématiques destiné aux adultes préparant (en formation continue) un équivalent du baccalauréat le Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (D.A.E.U)

EN DROIT

Attendu que l’atteinte à l’honneur, mais aussi et surtout à la considération du concluant sont caractérisées.

Attendu que les imputations malicieuses « termes de mépris et d’invective » caractérisent selon la jurisprudence les atteintes à la considération.

Attendu que de surcroît, les attaques du Sieur CHARPAK constituent en outre :
- Des attaques personnelles
- Mais aussi, des attaques atteignant la considération professionnelle.

Attendu que la Jurisprudence de la Cour de Cassation sanctionne les seules « allusions et insinuations ».

Attendu qu’en l’espèce, le Sieur CHARPAK est allé beaucoup plus loin dans le mépris et l’invective.

Attendu que le Tribunal ne pourra donc qu’entrer en voie de condamnation.

PAR CES MOTIFS,

Vu l’article 1382 du Code Civil,

CONDAMNER subsidiairement
- Monsieur Georges CHARPAK
- Monsieur Henri BROCH
- Monsieur Gérard TORLAND
- Les Editions Odile Jacob

A verser au Sieur Yves LIGNON la somme de 1 Euro à titre de dommages et intérêts.

- ORDONNER la publication de la condamnation dans cinq journaux et 3 chaînes de télévision qu’il plaira au Tribunal de désigner.
- Publication effectuée aux frais avancés des défendeurs.
- FAIRE APPLICATION de l’article 700 du Nouveau Code de Procédure Civile pour une somme de 3 000 Euros.
- ORDONNER l’exécution provisoire du jugement à intervenir.

SOUS TOUTES RESERVES

DECRYPTAGE DE L’ASSIGNATION

Les extraits cités dans l’assignation le sont évidemment sans donner les éléments du dossier qui amènent les auteurs à tenir de tels propos. Chaque lecteur de « Devenez sorciers, devenez savants » pourra juger de l’état de ce dossier en lisant le passage qui lui est consacré (pages 143 à 164). Ceux qui n’ont pas ce livre peuvent consulter le dossier en ligne :
Des allégations de parapsyphiles concernant le mystère de la Sainte Tombe (H. Broch) http://www.unice.fr/zetetique/artic...
Dans ce texte disponible en ligne depuis 2001, tous les éléments de l’affaire sont déjà exposés sans qu’aucune procédure n’ait été engagée contre son auteur.

Pour en savoir plus sur le dossier du sarcophage d’Arles-sur-Tech, voici les principales ressources en ligne :
La page du Laboratoire universitaire de Zététique : http://www.unice.fr/zetetique/artic...
Le mystère du sarcophage d’Arles-sur-Tech ou... l’eau culte. (H. Broch)
http://www.unice.fr/zetetique/artic...
De Théodosia à Trans-en-Provence (H. Broch)
http://www.unice.fr/zetetique/artic...
Sainte Tombe : origine céleste de l’eau confirmée (H. Broch)
http://www.unice.fr/zetetique/artic...
Sur le site de l’AFIS :
Arles-Sur-Tech, la fin d’un mystère
Dossier du site du Cercle Zététique
http://www.zetetique.ldh.org/sarc_a...
Une fausse note de plus au tableau d’Yves Lignon
http://www.zetetique.ldh.org/lignon...>
Sur le site Psiland, Rapport original de La Houille Blanche sur le Sarcophage d’Arles-sur-Tech :
http://psiland.free.fr/connexes/sar...
L’article : Production d’eau dans un ancien sarcophage à Arles-sur-Tech (France) : D. Beysens*, M. Muselli, J.-P. Ferrari, A. Junca, Atmospheric Research, 57, 201-212, 2001.
* Commissariat à l’Energie Atomique, Equipe du Supercritique pour l’Environnement, les Matériaux et l’Espace, ICMCB, 87, Av. du Dr. A. Schweitzer, 33608 Pessac Cedex, France. Tel. : +33-55-6846298 ; fax : +33-55-6842761
http://www.opur.u-bordeaux.fr/fr/Ar...

Vous avez maintenant connaissance des allégations des parapsyphiles, et de leurs critiques. Nous reviendrons plus loin sur certains aspects de cette question.

« STATISTICIEN » ou STATISTICIEN ?

Venons-en maintenant à la question du terme statisticien placé entre guillemets par les auteurs lorsqu’ils évoquent Yves Lignon. Quels arguments dans l’assignation ?

« Attendu qu’en effet, Yves LIGNON est enseignant à la Faculté du MIRAIL.

Yves Lignon est détenteur d’un D.E.A. (diplôme d’études approfondies) de statistique mathématique, obtenu avec mention Bien. Dans le cadre des enseignements délivrés par le département mathématiques de l’Université de Toulouse le Mirail :

a. Il est membre de l’équipe pédagogique chargée de l’élaboration des programmes et de l’organisation de l’enseignement de la statistique appliquée à la psychologie.
b. Il a depuis l’année universitaire 1998-1999 la responsabilité de l’enseignement de la statistique appliquée à la géographie.
c. Depuis 1986-87 il a la responsabilité de l’enseignement de la statistique théorique et appliquée pour les étudiants (titulaires de baccalauréats scientifiques) de première année de filière « mathématiques ». La confiance de ses collègues mathématiciens lui est donc acquise constamment depuis 17 ans et vient d’être renouvelée pour l’année 2002-2003.

Attendu qu’il est bien :
- statisticien en titre
- et non entre guillemets. »

Deux arguments au moins permettent d’expliquer la présence de guillemets lorsque l’on parle de Yves Lignon en tant que « statisticien «  :

1)
- Un instituteur ou un professeur des écoles enseigne la grammaire mais cela n’en fait pas pour autant un grammairien ; il enseigne aussi les maths mais cela ne lui confère en rien l’étiquette de mathématicien...
- Un professeur des collèges peut enseigner l’histoire ou les sciences de la vie mais cela n’en fait en rien un historien ou un biologiste...
- Etc...

Moralité : le fait d’enseigner une matière ne signifie pas que l’on soit chercheur ou savant en cette matière ; ce qui est censé montrer que l’on est docte en une matière est le doctorat (ou un diplôme d’ingénieur d’une école spécialisée à la suite d’une formation complète dans cette matière ; il existe très officiellement un diplôme Bac + 4 qui délivre un titre de statisticien. Il s’agit de l’ISUP, Institut de Statistique de l’Université de Paris.). Ou si l’on n’a pas le doctorat ce sera alors les publications scientifiques dans des revues internationales (à comité de lecture) de cette spécialité qui garantiront que l’on est statisticien (ou grammairien, ou biologiste...) Dans le cas où la personne a le doctorat, elle a en principe ipso facto des publications de ce type qui justement lui ont permis d’obtenir ce diplôme. Cela parait une condition nécessaire. C’est-à-dire que lorsque l’on met les guillemets sur "statisticien" c’est pour montrer que ce qualificatif ne devrait s’attribuer qu’aux personnes qui font de la recherche en statistiques et non à ceux qui simplement l’enseignent.
Par rapport à ce cadre, M. LIGNON est enseignant de statistiques mais il n’est pas statisticien, chercheur en statistiques.

2)
De plus, dans le cas d’Yves LIGNON, lorsqu’il nous livre quelques exemples de ce qu’il serait capable de faire en statistiques, c’est particulièrement mauvais comme le montre le cas du sarcophage avec l’élimination des valeurs zéros (voir Une fausse note de plus au tableau d’Yves Lignon et Des allégations de parapsyphiles concernant le mystère de la Sainte Tombe (H. Broch). Dans ce cadre, on ne parle pas du DEA car la question n’est pas celle de l’usurpation de titre mais celle de la qualité des travaux qui font que l’on s’attribue le titre de statisticien.

A propos de compétence en statistiques, lisez l’article que Jean-Claude Pecker publiait en février 1987 dans le numéro 50 de la revue Nouvelles Brèves : page 1, page 2, page 3, page 4, page 5, page 6, page 7, page 8.

Mais est-ce la première fois que Yves Lignon se voit appelé « statisticien » (guillemets compris) sous la plume d’Henri Broch ? Regardez plutôt ce courrier datant du 5 juillet 1993 envoyé par H. Broch à Yves Lignon
Courrier HB à YL 5 juillet 93-1 sur 2 et 2 sur 2.

Dans le document Capricorne Ascendant Sceptique, diffusé sur la chaîne câblée Planète Future en novembre 2002, on trouve une expérience avec la « voyante » Maud Kristein, sous contrôle de Yves Lignon. 10 enveloppes cachetées avec une photo dans chacune, et une liste des thèmes présents sur les photos. Il y a 10 tirages, et les enveloppes sont rebattues entre chaque tirage (ce qui peut faire qu’une enveloppe sortira à plusieurs reprises). Maud Kristein. n’a devant elle que l’enveloppe et la liste avec les 10 thèmes. Le test dure plusieurs heures, au rythme de Maud Kristein qui donne ses résultats un par un. Ces résultats sont notés au fur et à mesure.
Suspense...
Au final, les résultats sont : 0/10. Pas une fois elle n’est tombée juste.
Commentaire de l’expert Yves Lignon, qui vient au secours de son amie :

"Est-ce qu’on est tombé juste ? Réponse non jamais. Mais nous, nous pourrions rétorquer il y avait un objet sur la table qui était un ensemble d’enveloppes. Est-ce que chaque fois que vous (MK) vous êtes exprimée vous avez parlé de l’une des photos ? La réponse est oui donc ça fait 10 succès !."

Amusant : elle a la liste des thèmes des photos devant elle durant tout le test ! Difficile de tomber hors des 10 réponses possibles. Ne craignant plus le ridicule (il est maintenant habitué), notre "statisticien" dira un peu plus loin :

" La statistique c’est assez limité, c’est desséchant"
Le journaliste demande : "On le voit aujourd’hui ?"
YL : "Oui on le voit aujourd’hui, la statistique passe à coté des choses."

DES TRAVAUX UNIVERSITAIRES FAISANT AUTORITE ?

« Attendu que ses travaux universitaires font autorité, non seulement en France, mais aussi dans d’autres pays. »

La belle surprise : les travaux universitaires de Yves Lignon font autorité en France et même à l’étranger !! Une seule question : lesquels ? L’interrogation des bases de données des publications en matière de statistique avec les mots « Yves Lignon » ne donne pas des résultats permettant de parler des « travaux universitaires » de notre enseignant. Nous attendons impatiemment de voir sortir ces « travaux universitaires » qui « font autorité ». A moins que Monsieur Lignon ait perdu les références ?

UN LABORATOIRE DE PARAPSYCHOLOGIE CONNU POUR SON SERIEUX ?

« Attendu que son laboratoire de parapsychologie a acquis en 25 ans une réputation de rigueur et de sérieux.

Yves Lignon a fondé en 1974 le Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse, association unique en France, d’universitaires, ingénieurs et médecins souhaitant étudier les phénomènes dits « parapsychologiques » sans a priori favorable ou défavorable. La notoriété nationale de ce groupe est due au fait que le public le sollicite régulièrement pour lui demander de démystifier quelque histoire étrange ou comment se défendre contre les charlatans. Les travaux de recherche d’Yves LIGNON ont été subventionnés dans le passé par son Université avant que des obstacles administratifs mettent fin, comme l’ont rappelé à plusieurs reprises les Présidents successifs de cet établissement Supérieur, à ce soutien. »

Le Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse, c’est quoi ?

Vous trouverez à cette adresse la présentation officielle de ce groupe. Car, malgré ce que tente de laisser croire Yves Lignon, il s’agit bien d’un groupe plus que d’une structure. Quant à la composition de ce groupe, si la légende officielle veut qu’il réunisse « exclusivement des universitaires, des médecins, des ingénieurs, des techniciens supérieurs et des journalistes professionnels », on peut y trouver en réalité toute personne quelle que soit sa formation ou sa profession. Pour preuve, Stéphane Respaud, professeur des écoles, qui en a fait partie, témoigne du décalage entre cette présentation et la réalité, de la présence de personnes dont la profession n’est pas comprise dans la liste exhaustive donnée sur le site du GEEPP, du faible nombre de membres actifs et de l’absence de travaux... Mieux encore : la seule définition officielle existante (car le texte sur internet ne constitue pas un document officiel) se trouve dans les statuts d’une autre association que dirige Yves Lignon, nommée l’OR3P. Cette association a un forme juridique 1901 et a donc des statuts déposés en Préfecture de Toulouse. Tous les citoyens peuvent y accéder et en recevoir copie sur simple demande. C’est ce que nous avons fait (statuts 1, statuts 2]). Dans son article 6, il est précisé : « Sont membres de droit, ceux faisant partie du Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse. Celui-ci est défini comme étant l’ensemble des personnes oeuvrant dans le domaine de la parapsychologie, sous l’égide de M. Yves LIGNON au cours d’une année universitaire. »

Nous avons là la seule définition officielle et elle est particulièrement intéressante : se placer sous l’égide signifie se placer « sous la protection de »... On est donc membre du LPT quand on s’intéresse à la parapsychologie et que l’on se place sous la protection d’Yves Lignon. Voilà une définition qui renvoie plus à une dimension affective qu’à un contrat passé entre des personnes et si cette expression a été préférée à « sous la responsabilité de » ce n’est pas un hasard. Le LPT est en fait un groupe affectif de personnes ayant un pôle d’intérêt en commun. Le problème de cette définition et de cette réalité dont l’affectif constitue le ciment, c’est que le seul régulateur du groupe est Yves Lignon. Pas de statuts prévoyant la gestion du désaccord, les responsabilités de chacun : c’est la personne sous la protection de laquelle on se place qui seule décide.

Le LPT n’est donc pas grand-chose : un nom, une vitrine virtuelle mais la boutique est vide car le pas-de-porte n’existe pas... Croyez-vous que cela empêche Yves Lignon d’user de cette appellation et même d’en abuser ? Certainement pas. Il a ainsi employé plusieurs stratégies pour semer la confusion et amener à croire que le LPT est un Laboratoire Universitaire installé à l’Université de Toulouse-Le Mirail :
- Détournement du papier à en-tête de l’Université à des fins privées pour écrire deux rapports en dates du 1/2/1988 et du 10-11/2/1988 remis à la Gendarmerie de Saint-Gély du Fesc (34). (Voir). Vous noterez l’ajout sous l’en-tête officiel de la mention « Laboratoire de Parapsychologie » suivi de « Département de Mathématiques ». Vous noterez que cette manière de présenter a bien marché puisque dans leur synthèse, les gendarmes reprennent l’idée que le LPT fait partie de l’université de Toulouse (Voir)

- Présentation du LPT comme étant universitaire sur une affiche appelant à une manifestation (mai 1988). Notez que toutes les références renvoient à l’université. (Voir)

- Courrier du LPT avec en-tête surchargé pour un courrier envoyé à diverses universités de France (février 1987)(Voir)

- Courrier au secrétaire d’une Université avec en-tête surchargé (mars 1988)(Voir).

Interrogé par nous-mêmes le 25 mai 1999 dans le cadre de notre contre-enquête sur l’affaire de la Maison Hantée de Vailhauquès (voir le dossier sur le site du cercle Zététique), le Président nous répondait par courrier le 1er juin 1999 très clairement : (Voir)

Evidemment, les médias vont suivre et donner du « Laboratoire Universitaire de Parapsychologie de Toulouse » dans plusieurs sujets. Comment Yves Lignon présente t-il son groupe aux journalistes ? Difficile de le dire, mais vu ce qu’il peut faire sur papier, il est légitime de penser qu’il tient à l’oral des propos aussi affirmatifs sur le statut de sa création.

Mais Yves Lignon ne s’arrête pas là. Il va ainsi placer à plusieurs reprises un panneau « Laboratoire de Parapsychologie » sur la porte de son... bureau à l’université ! Ainsi, le visiteur pensera qu’il s’agit réellement d’une structure de l’université... Le Professeur Georges Bertrand, Président de l’Université s’emploiera à plusieurs reprises à faire enlever cette plaque(Réponse à Cuniot 1 sur 2 et Réponse à Cuniot 2 sur 2).

Yves Lignon finit par enlever le panneau... Mais il va faire domicilier son association GEEPP (association de fait comme le LPT...) dans les locaux de l’Université. Le fait est remarqué par deux sceptiques toulousains qui demandent ce qu’il en est à la Présidence de l’Université qui va leur préciser la position de l’institution (Pdt UTLM à JB et JCB 5 mars 97). Cela vaudra à Yves Lignon un courrier cinglant de la part du Vice-Président du conseil scientifique de son université(annexe_2_a et annexe_2_b).

Ces tentatives frontales pour semer la confusion sont doublées d’autres particulièrement élaborées. Ainsi, la création d’une « Association des amis du Laboratoire universitaire de parapsychologie à Toulouse-Le Mirail », dénoncée par le Président Bertrand (Réponse à Cuniot 1 sur 2 et Réponse à Cuniot 2 sur 2), jouant sur la confusion entre le quartier du Mirail et l’Université du Mirail...

Pour Yves Lignon voilà des années de travail pour en arriver à la révélation de ces coups tordus. Quels gachis !

UNE ASSOCIATION DE REFERENCE ?

« Yves LIGNON est également Président de l’Organisation pour la Recherche en Parapsychologie et sur les Phénomènes dits Paranormaux (OR3P) association qui regroupe sur toute la France les personnes exerçant des professions à caractère scientifique ou médical et partageant les objectifs du Laboratoire de Parapsychologie de Toulouse. En tant que Président de l’OR3P, Yves LIGNON est directeur de publication de la « Revue Française de Parapsychologie », seule revue de langue Française en la matière diffusée internationalement. »

Là aussi, la liste des professionnels qui seraient regroupés au sein du GEEPP ne correspond pas à la réalité. Mais surtout, cette association semble ne pas avoir de vie réelle. Reprenons son historique. Le courrier que Pierre Macias, membre fondateur de l’OR3P, a envoyé à Yves Lignon le 6 mars 2001 est éclairant sur l’absence de fonctionnement démocratique de cette association, en contradiction avec ses statuts. A noter que Pierre Macias témoigne aussi qu’une des raisons de sa démission complète de l’association est l’absence d’activité de celle-ci.

Quant à la « Revue Française de Parapsychologie », il est dit sur le site du GEEPP : « éditée par l’OR3P la "Revue Française de Parapsychologie" (R.F.P.) a succédé en septembre 1997 à la "Revue Française de Psychotronique". »

LA RFP : UNE RECONNAISSANCE INTERNATIONALE ?

Sur le site de la Parapsychological Association, l’association américaine de référence dans le milieu de la parapsychologie, on ne trouve pas la RFP parmi les liens vers les journaux spécialistes de la parapsychologie.

Sur le site de la Koestler Parapsychology unit : Rien dans les liens vers des journaux de parapsychologie

Rien sur le site du PEAR.

Abrégeons : après avoir vu les sites des principales organisations internationales, pas de liens trouvés vers le site de la revue du GEEPP !

YVES LIGNON DANS DES CONGRES INTERNATIONAUX DE PARAPSYCHOLOGIE ?

« Yves LIGNON intervient fréquemment, et encore récemment, à la Tribune des Congrès Internationaux traitant de parapsychologie sous l’angle strictement scientifique.

« Yves Lignon est intervenu dans des « congrès » se déroulant en France. Nous verrons un peu plus loin le détail afin de comprendre la reconnaissance qu’il a au niveau international...

DES MOTS TROP FORTS CONTRE LIGNON ?

« Attendu que le rationalisme forcené des deux auteurs de :

« Devenez sorciers, Devenez savants »

ne les autorise pas à user de termes de mépris aussi outranciers et outrageants que :
- Floraison d’inepties.
- Mensonge effronté et conscient.
- Invention allègre pour faire de la copie.
- Crédibilité de ces deux individus vite réglée. « 

Reprenons le dossier du Sarcophage (voir les sources accessibles disponibles citées en introduction) :

1) Sachant qu’Yves Lignon donne des arguments tels que :

- La mise en doute de la possibilité de faire une mesure correcte avec une règle d’écolier.

- Le fait que les relevés de pluviométrie n’auraient ( ???) pas été faits à Arles-sur-Tech sans dire d’où il sort cette information.

- L’affirmation en 1999 que la piste de la condensation est une voie prometteuse de recherche alors qu’elle est une des plus anciennes évoquées, et qu’elle a été prise en compte dans l’étude de 1961.

Est-il légitime et possible de dire que ces propos sont à classer parmi la « floraison d’inepties » écrites au sujet du sarcophage ? A chacun de répondre.

2) Sachant que dans cette affaire :

- Yves Lignon parle en 1999 (« Les dossiers scientifiques de l’étrange », Y. Lignon, Ed. Michel Lafon, Paris, page 148), au présent, d’un auvent au-dessus du sarcophage qui le protégerait de la pluie. Que ce fait est invalidé par un fax du Curé d’Arles-sur-Tech qui précise qu’il n’y a jamais eu d’auvent au dessus du sarcophage(Réponse Curé d’Arles 18 mai 2001). Que Yves Lignon persiste à dire qu’il y a un auvent au-dessus du sarcophage : ce fut encore le cas lors de l’émission Metasciences, sur Tvwebmidi.net(émission consultable sur http://www.tvwebmidi.net/, choisir l’option Programmes, puis Actu puis Insolite puis Métasciences n°2 et play), le 11 juin 2002 où il réaffirme la présence de cet auvent au présent avec le livre de Brochet Charpak entre les mains !

Ce fut encore le cas le 10 décembre 2002, à la sortie de l’audience ou était examinée sa plainte, où Monsieur Lignon affirme avoir vu ledit auvent ! Extrait :
Laurent Puech : « Monsieur Lignon, vous avez été déjà voir le sarcophage ? »
Yves Lignon « Oui... De toutes façons... J’y suis allé 36 fois et de toutes façons (passage inaudible) »
Laurent Puech « Vous avez vu l’auvent ? »

Yves Lignon « Oui » (...)

Laurent Puech « Vous n’avez pas été sur place M. Lignon »

Yves Lignon « Mais si ! »

Laurent Puech « Vous n’avez pas pu aller sur place. Vous n’auriez pas vu cet auvent. »
Yves Lignon « Mais si ! ».

Retranscription de l’enregistrement fait dans la salle jouxtant la salle d’audience.

- Yves Lignon affirme que Prosper Mérimée parle lui même de l’auvent alors que P. Mérimée parle d’ « une sorte d’auvent » et précise en introduction de l’édition originale de Notes d’un voyage dans le Midi de la France (1835) en pages V et VI : « Bien que je me sois imposé la loi de ne parler que des choses que j’ai vues, il se peut bien que des erreurs de fait me soient échappées. Il est souvent difficile de voir, et je ne doute pas qu’un examen plus approfondi des mêmes monumens, ne modifiât quelquefois mes conjectures à leur égard. " Intellectuellement honnête, P. Mérimée relativise l’exactitude de ses propos. Le rebond de tuiles se situant derrière le sarcophage a donc été confondu avec une espèce d’auvent (ou a été nommé trop rapidement « auvent »). On peut noter dans la description de P. Mérimée une autre erreur, puisqu’il écrit que le sarcophage est soutenu par 4 dés de pierre, alors qu’il y en a 2 en réalité. L’édition originale de l’ouvrage est accessible en ligne à l’adresse : http://gallica.bnf.fr/metacata.idq?...

Peut-on légitimement parler de mensonge effronté et conscient ? A chacun de répondre.
3) Sachant que :
- Yves Lignon invente un micro-climat à Amélie les Bains (argument de l’office de tourisme d’Amélie les Bains qui amuse beaucoup le prévisionniste de Météo-France de Perpignan...).
- Yves Lignon nous dit que le climat d’Amélie-les-Bains est différent de celui d’Arles-sur-Tech sans éléments à l’appui.
- Yves Lignon invente un auvent au-dessus du sarcophage.

Peut-on légitimement dire qu’il y a là invention allègre pour faire de la copie ? A chacun de répondre.

4) Sachant tout maintenant des pratiques et propos de Yves Lignon, la question de la crédibilité de ce « parapsychologue-écrivain-“statisticien” » est vite réglée ? A vous de répondre.

Passons sur quelques passages de l’assignation, chacun ayant dorénavant les éléments pour les apprécier à leur juste valeur. Reprenons au niveau des préjudices dont serait victime Yves Lignon :

UNE CHUTE D’AUDIMAT ?

« Attendu que le Sieur LIGNON, invité régulier des radios et des chaînes de télévisions depuis de très nombreuses années a vu “son audimat personnel” chuter. »

Comment a été mesurée la baisse d’audimat, c’est à dire le nombre de personnes écoutant Yves Lignon lorsqu’il passe en radio ou à la télé ? Aucun élément apporté. En supposant que la mesure d’audimat ait été présente, comment le lien de causalité serait-il établi ? En effet, on constate au contraire qu’il suffit d’être dénigré par une prétendue "science officielle" pour être invité dans les grandes émissions de prime time et voir son audimat ainsi monter (ex : Teissier et bien d’autres). ça se saurait quand même si un gage de bon audimat était le sérieux scientifique. E. Teissier a quand même été plus malmenée que Y. Lignon après sa thèse. Les journalistes n’ont cependant pas hésité à l’inviter régulièrement.

YVES LIGNON = SALMAN RUSHDIE ?

« Attendu que frappé par l’OUKASE de Georges CHARPAK pour ne pas dire sa FATOUA, les journalistes hésitent à l’inviter. »

Broch et Charpak ont-ils appelé à l’élimination physique de Yves Lignon ? L’accusation via le terme employé ici est odieuse autant que stupide. Quant aux invitations, Yves Lignon était encore récemment invité de Tvwebmidi.net (juin 2002), interviewé avec photo dans La Dépêche du Midi pour le procès, interviewé par M6 Toulouse pour le procès dans l’édition du 10/12/02, invité principal durant une heure sur Europe 1 le 29/12/02 dans l’émission de Marc Menant...

LIGNON L’INCOMPRIS ?

« Yves LIGNON déclare qu’avant de décider d’intenter une action en justice, il a vainement tenté de faire connaître son point de vue sur le livre incriminé en s’adressant à des journalistes. »

Quelquefois, les journalistes font leur métier, étudient le dossier, lequel peut jouer contre la personne mise en cause... Au fait, Yves LIGNON a-t-il tenté de faire valoir son point de vue aux intéressés ? Non.

UNE CARRIERE BRISEE ?

« Attendu que même la carrière universitaire du Sieur LIGNON a été touchée par ce livre.

Le 5 juillet 2002, Yves LIGNON a appris que la réponse à sa demande de promotion (inscription sur une liste d’aptitude) était « réservée », bien que l’innovation pédagogique soit l’un des premiers critères pris en compte et qu’il ait fait valoir la réalisation d’un cours multimédia (l’un des premiers, sinon le premier produit en France) d’initiation aux mathématiques destiné aux adultes préparant (en formation continue) un équivalent du baccalauréat le Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (D.A.E.U) »

Yves Lignon n’a pas apporté le moindre élément démontrant une relation entre les réserves de son administration et la sortie du livre en cause. Notre « statisticien » aurait-il confondu coïncidence et causalité ? De plus, vu le nombre de « boulettes » du Sieur Lignon, l’Université a quelques raisons d’émettre des réserves sans attendre de lire Broch et Charpak.

A cette Assignation s’ajoutent des Conclusions envoyées par l’avocat d’Yves Lignon après avoir vu les éléments apportés en réponse par Maître Boissavy. Là, le document est un régal. Vous le trouverez en lien ( conclusions avocat Lignon), expurgé de sa partie de droit pur (les questions de forme) pour aller au fond.

LES PERLES DES CONCLUSIONS D’YVES LIGNON ET DE SON AVOCAT

22 PAGES CONTRE LES TRAVAUX DE YVES LIGNON ?

« RAPPEL DES FAITS

Les auteurs du livre précités se sont permis de traiter Yves LIGNON :
- (...)
- Ils consacrent 22 pages de leur livre « Devenez sorcier, Devenez savant » au dénigrement systématique des travaux du concluant. »

22 pages ? Le chapitre consacré au sarcophage va de la page 143 à 164, ce qui fait bien un total de 22 pages. Mais les critiques envers les déclarations d’Yves Lignon n’occupent que 4 pages, de la page 152 à 155. Nous avons donc affaire à un « rappel des faits » qui est en partie faux.

INTERDICTION D’ACCUSER LE CHERCHEUR LIGNON ?

« Il n’est pas permis d’accuser un chercheur (car LIGNON en a le statut) :
- D’avoir accumulé floraison d’inepties »,
- De "pratiquer le mensonge d’une manière effrontée et consciente ».

Sur le statut de chercheur, toute personne qui cherche l’a... Et cela ne peut empêcher de constater des pratiques, aussi douloureux cela soit-il.

YVES LIGNON VICTIME D’UNE AGRESSION ?

« Les auteurs vont même plus loin dans l’agression.

Ils reprochent ouvertement à LIGNON « de fabriquer du mystère », comme si c’était lui :
- Qui créait,
- Le phénomène mystérieux,
- Alors qu’il se contente bien entendu de l’étudier. »

Agression ? A chacun de juger. Quand au reste de l’argumentaire, il s’agit d’un « subtil » décalage du débat : personne n’a jamais dit que le « phénomène mystérieux » (eau dans le sarcophage) était créé par Yves Lignon. Par contre, en discréditant les travaux existants, en renforçant le caractère impossible d’un recueil de l’eau de pluie (par la « création » d’un auvent fantôme), Yves Lignon a bien fabriqué du mystère.

UNE PRESENTATION ERRONEE

« Sur le fond du litige entre les parties
- Depuis 1000 ans,
- Une tombe située en Arles dans les Pyrénées Orientale se remplit régulièrement d’eau,
- Et pourtant cette tombe :
- Est en marbre,
- Elle est hermétiquement close.
- Et elle repose sur deux supports en marbre.

- Elle ne produit pas seulement quelques gouttelettes d’eau :
- mais 350 litres d’eau par an,
- 1 litre d’eau par jour en moyenne. »

Notez que la Tombe n’est pas « hermétiquement close " puisque l’on peut par endroit passer les doigts entre le sarcophage et le couvercle. C’est d’ailleurs parce qu’il n’est pas hermétique que les membres de la paroisse peuvent y recueillir régulièrement de l’eau. Quant à la quantité d’eau, elle n’est pas de 350 litres par an, mais certaines années. L’étude de Beysens de 2001 évalue à 200 litres par an l’eau recueillie, du moins durant le temps d’observation.

AVIS DE LIGNON SUR LE PHENOMENE
- « D’où vient cette eau ?
- Pour les croyants : cette eau est miraculeuse
- Pour certains scientifiques, 2 hypothèses :
- La condensation,
- Et le ruissellement.

- A la suite d’une émission de télévision sur le sujet et par diverses publications : Yves LIGNON donne son avis : les 2 explications :
- Par la condensation
- Et par le ruissellement,
- Ne sont pas satisfaisantes,

- Il ne conclut pas au Miracle :
- Il dit simplement : En l’état actuel de la science, je ne vois pas d’explication au phénomène.

« Faux. Yves Lignon dit qu’il ne pleut pas sur le sarcophage puisqu’il y a un auvent au-dessus ! Par contre, il privilégie la seule hypothèse de la condensation.

LA NOTORIETE D’YVES LIGNON

« Sur la notoriété d’Yves LIGNON et de son laboratoire

Yves LIGNON a écrit 8 livres sur le paranormal. Il a été l’invité de toutes les grandes émissions de télévision : Mystère, Envoyé Spécial, ça se discute etc...

Il a été le seul scientifique français à intervenir au dernier congrès mondial de parapsychologie.

« 8 livres ? Nous en avons trouvé 7, mais bon. Quant à la surface médiatique occupée par Yves Lignon, personne ne la conteste. Mais après tout, Elizabeth Teissier aussi a une grande notoriété médiatique.

Quant à sa notoriété scientifique : Yves Lignon est-il le seul scientifique français à intervenir au dernier congrès mondial de parapsychologie ? Faux, encore une fois. Le Congrès Mondial de la Parapsychological Association qui s’est tenu l’été 2002 à Paris comportait une nouveauté. La première journée était réservée au pays accueillant, et les intervenants choisis par le pays accueillant. Yves Lignon présentait durant cette journée une intervention intitulée « Statistiques et méta-analyses en parapsychologie ». Pour ce qui est des journées internationales, Yves Lignon « chapeautait » un étudiant français qui présentait une intervention d’un quart d’heure (Researchs Brief). Yves Lignon n’est pas intervenu. Par contre, René Péoc’h, Docteur es Science, Docteur en Médecine et français, présentait une intervention d’une demi-heure (Papers). Yves Lignon n’était donc pas le « seul scientifique français à intervenir au dernier congrès mondial de parapsychologie ». Grégory Gutierez, membre de l’association organisatrice, mentionnait récemment la présence parmi les intervenants de plusieurs scientifiques français.

Et puis quoi ? Yves Lignon a une petite notoriété dans son petit domaine. Quid de la valeur de telles manifestations ? Rien n’est dit à ce sujet. Pour mesurer cet argument, imaginez qu’une astrologue prétende avoir une grande notoriété car elle est invitée dans les médias et dans les congrès d’astrologie. Quelle valeur cela aurait-il ?

PRUDENT, YVES LIGNON ?

« Sur la réputation de prudence d’Yves LIGNON

Yves LIGNON a bâti depuis 30 ans la renommée de son laboratoire sur la manière très stricte dont il traque les supercheries et les truquages.

C’est cette rigueur qui lui a assuré la pérennité de son laboratoire.

A titre d’exemple, il s’est toujours entouré de psychiatres, de magicienset de scientifiques spécialisés qui lui permettaient de déjouer les manipulations. »

Ceux qui ont lu l’enquête sur l’affaire de Vailhauquès ou le recueil de quelques-unes des bourdes de Yves Lignon Les drôles de pratiques de Monsieur Lignon ou Comment Lignon veut bouffer du Broch pourront évaluer à quel point Yves Lignon a plusieurs fois fait preuve d’imprudence et de manque de rigueur.

Par contre, prudent, Yves Lignon peut l’être... pour se protéger. Dans l’affaire Vailhauquès (voir l’article ci-dessus), il refuse de communiquer un rapport dit « scientifique » que nous finirons par obtenir via le Procureur de la République puisque ledit rapport a été transmis aux gendarmes. En agissant ainsi il tourne le dos à toutes les pratiques usuellement en oeuvre dans le monde scientifique et universitaire : partage des résultats, des données, publications précises, possibilité donnée à d’autres de vérifier les résultats. Autre exemple, dans la critique d’un texte qu’il publie sur internet, il nous interdit de reprendre l’intégralité, mais aussi des extraits de sa note, interdisant de fait toute analyse critique ! Demande inacceptable, donc inacceptée.

CHARPAK ET BROCH PRETENDENT-ILS AVOIR RESOLU LE MYSTERE ?

« Sur l’explication péremptoire des auteurs de l’ouvrage incriminé

Georges CHARPAK et Henri BROCH sont persuadés eux, d’avoir percé le mystère de la tombe miraculeuse.

En réalité, le mystère n’a été levé qu’en 2001 et il n’a pas été levé par CHARPAK et par BROCH.

En effet, les travaux de CHARPAK et BROCH s’appuient exclusivement sur des travaux datant de 61. « 

Où Broch et Charpak auraient-ils prétendu avoir percé le mystère ? Comment en seraient-ils persuadés eux qui disent justement que l’affaire est expliquée depuis 1961 ?

Quant aux « travaux » de Broch et Charpak, ils ne s’appuient pas exclusivement sur l’étude de 1961, mais sur plusieurs éléments : l’étude de 1961, les travaux sur les puits aériens, l’histoire du dossier... et l’étude de Beysens en 2001. Affirmer qu’ils s’appuient « exclusivement » sur les travaux de 61 est faux.

1961 : LE MYSTERE ETAIT-IL TOTAL ?

« Or en 1961, le mystère était total...

« Faux. Les conclusions de la seconde étude confirment, en les complétant, les éléments de la première étude. L’étude était bien faite, et ses résultats probants.

YVES LIGNON = PROSPER MERIMEE ?

- « A l’extrême, même si CHARPAK avait enfin percé le mystère de cette eau miraculeuse
- Ce ne serait pas une raison pour traiter Yves LIGNON d’individu sans crédibilité et de parapsychologue à la dérive
- Des personnes plus prestigieuses que CHARPAK ont affronté ce même mystère

Notamment Prosper MERIMEE :
- Qui a écrit sur le sujet,
- Qui est venu sur les lieux.
- Prosper MERIMEE a eu la même attitude que LIGNON : la science n’a aucune explication satisfaisante. « 

Sur la première partie, il s’agit de décaler le débat : opposer l’idée fausse que Charpak prétendrait avoir percé le mystère et nier son droit à partir de ce seul élément tronqué de critiquer Yves Lignon... On nage dans l’absurde le plus complet dont le seul but semble être de chercher à perdre le juge.

Quant à Prosper Mérimée, il est bien venu sur les lieux et a donné une description du lieu et des histoires et légendes qui se racontaient sur le sarcophage. Mais il écrit dans son introduction de Notes d’un voyage dans le Midi de la France (1835) : « Obligé de parcourir, dans un temps donné, une ligne très étendue, il m’était impossible d’étudier à loisir les questions souvent très importantes qui se présentaient à moi."(http://gallica.bnf.fr/metacata.idq?...)

De plus, il n’a jamais écrit que la science n’a aucune explication satisfaisante. Quand bien même cela aurait été le cas, il existe au moins une différence avec Y. Lignon : P. Mérimée n’avait pas pour donner un avis l’étude de 61 à sa disposition...

Lignon et Mérimé = même attitude ? Là où le premier a inventé un auvent, et maintenu fermement son existence contre tous les faits démontrant le contraire, le second avait clairement relativisé l’exactitude de ses observations, faisant preuve d’une humilité et d’une honnêteté intellectuelle remarquables. Attitudes forts différentes, non ?

BROCH A ECRIT UN SEUL LIVRE SUR LE PARANORMAL ?

« SUR LE FOND ET EN FAIT

Les auteurs terminent leur étude sur la Sainte Tombe d’ARLES par cette phrase péremptoire et décisive :

« Je propose d’apposer une plaque sur le sarcophage »,

- Plaque qui portera la mention suivante :

- « La Sainte Tombe a désormais livré son secret : pluie et condensation ».

Première remarque : CHARPAK et BROCH n’ont aucune compétence en matière de paranormal, ce livre est le seul qu’ils aient écrit l’un et l’autre sur le sujet. « 

Vous avez bien lu ! Aucune compétence ! Ni méthodologiques, ni connaissances scientifiques... Henri Broch enseigne la zététique depuis des années à l’université de Nice-Sophia Antipolis, il dirige le laboratoire de zététique dans cette même université : aucune compétence en matière de paranormal ? Mais la perle principale se trouve dans l’affirmation que H. Broch a écrit un seul livre sur le paranormal : « Devenez sorciers, devenez savants ». Et « Le Paranormal » (Ed. du Seuil, 1985, actuellement disponible dans la collection Point Sciences) ? Et « Au cœur de l’extra-ordinaire «  ? (Ed. L’Horizon Chimérique, 1991, dont la cinquième édition est actuellement disponible aux éditions book-e-book.com) ? On croit rêver.

UN PROBLEME DE VISION ?

« Deuxième remarque :

- la Tombe n’avait pas livré son secret lors de l’étude de 1961 sur laquelle ils ont travaillé.

Elle n’a livré son secret qu’en 2001 sur la base de travaux scientifiques que CHARPAK et BROCH n’évoquent même pas dans leur ouvrage.

« On sait que l’étude de 1961 est parfaitement valable, mais le plus incroyable est la négation de l’existence dans l’ouvrage de Broch et Charpak de références à l’étude de Beysens et al. parue en 2001 ! Cette étude est pourtant non seulement mentionnée, mais exposée sur 4 pages (161 à 164) ! Donc lorsque les déclarations de Lignon sont critiquées sur 4 pages, on en voit 22... Et lorsque les travaux de Beysens sont mentionnés sur 4 pages, on en voit 0...

YVES LIGNON RECUPERE LES ARGUMENTS DE BROCH ET CHARPAK

« Les explications sur la base de l’étude de 61 n’étaient absolument pas satisfaisantes.

En effet, sur l’explication par la condensation :

- les auteurs évoquent la construction d’un immense château d’eau de 20 mètres de haut et de 8 mètres d’assise destiné à produire de l’eau par condensation.

- Cette immense tour de Babel a produit simplement : « quelques petits litres d’eau » (Cf. Photo) « 

En quoi les limites de la récupération d’eau par condensation invalident l’étude de 61 qui conclut que c’est l’eau de pluie qui explique très majoritairement le phénomène ???

L’EAU DE PLUIE PAS CONVAINCANTE ?

« L’explication PAR L’EAU DE PLUIE de CHARPAK et BROCH n’était pas davantage convaincante.

« L’eau de pluie s’infiltrerait dans le marbre poreux du sarcophage et le ruissellement de cette eau serait favorisé par un auvent situé sur la tombe ».

REPONSE :

1. Marbre poreux : Les 2 termes sont parfaitement antinomiques du moins pour le LAROUSSE.
2. L’auvent en question a existé pendant des siècles, Prosper MERIMEE lui-même l’a vu. Il n’existe plus aujourd’hui c’est vrai. Mais auvent ou pas, la Tombe produit toujours la même quantité d’eau.

« Dans cette argumentation, ce sont les résultats de 1961 et de 2001 (explication par la pluie pour 90% de l’eau) qui sont remis en cause ! Pourtant, l’étude de 2001 est reconnue même par Y. Lignon aujourd’hui !

Revenons au « marbre poreux ». L’étude de 1961 a montré sans équivoque que de l’eau déposée sur le couvercle du sarcophage le traversait. N’oublions pas que le marbre à plus de mille ans d’usure et d’érosion notamment par la pluie, et qu’il ne correspond plus tout à fait aux dalles que l’on voit dans les cimetières, effectivement imperméables.

Nous ne reviendrons pas une énième fois sur l’auvent fantôme...

LE LPT A LA FACULTE ?

« Sur les recherches diligentées par Yves LIGNON depuis près de 30 ans

C’est la Faculté qui abrite géographiquement son laboratoire de parapsychologie :
- ses outils de recherche essentiels sont les statistiques
- l’outil de recherche de Georges CHARPAK est la physique.

« Les courriers des Présidents de l’Université sont clairs à ce sujet : Le LPT ne peut être abrité géographiquement par une université qui ne le reconnaît pas, ou alors à son insu !

Quant à la pseudo-opposition statistiques/physique, elle est infondée. Le physicien se sert aussi de l’outil que constitue la statistique.

REDUCTION DU PROBLEME DU SARCOPHAGE

« Il se trouve que dans l’affaire du sarcophage d’Arles sur Tech le problème est à la fois un problème :
- d’hydrologie
- et de statistique en pluviométrie.

Rien n’autorise à dire qu’un outil de recherche est supérieur à l’autre.

« Le "problème" d’Arles est d’abord celui d’un phénomène physique, où plusieurs types de connaissances doivent intervenir. Personne ne dit que l’hydrologie est supérieure à la statistique ! Encore une fois, on essaie de décaler le débat hors du cadre dans lequel il se situe.

COMBAT D’IDEES, DE PERSONNES OU...

« Et même si c’était le cas rien n’autoriserait à transformer :
- un combat d’idées
- en un combat de personne. « 

L’affaire n’est pas un combat d’idées comme en philosophie ou politique, mais une affaire où des faits sont opposés à des déclarations. Vouloir l’amener sur le seul terrain du débat d’idées, c’est le sortir du champ scientifique.

Quant à la personne, ce sont bien ses pratiques et déclarations qui sont épinglées. Les autres domaines de la vie d’Yves Lignon (qualités d’homme, qualités d’enseignant, etc.) ne sont à aucun moment mises en causes.

YVES LIGNON PROFESSEUR ?

« De l’autre côté de la barre

Premier argument :

« LIGNON est seulement assistant à l’Université. »

« Il n’est pas Professeur à l’Université ».

REPONSE :

1. Le langage courant utilise le mot « professeur » à propos de tout enseignant universitaire.
2. Yves LIGNON a toujours utilisé la formule :
- Yves LIGNON : Professeur des Universités
- Et jamais : Monsieur le Professeur LIGNON. 3. Et enfin, qu’il soit professeur, maître de conférence, assistant ou simple étudiant de première année,

On n’a pas le droit de le traiter comme il a été traité,

C’est une simple question :
- de dignité,
- et de respect des personnes.

« L’utilisation du terme "professeur" induit en erreur la plus grande partie du public. Peu importe que cela soit utilisé ici ou là : les habitudes peuvent être erronées et trompeuses. C’est le cas lorsque les journalistes utilisent le terme professeur pour tout enseignant universitaire, quel que soit son grade. Il est vrai qu’Yves LIGNON donne le mauvais exemple : Que lit-on en quatrième de couverture de l’ouvrage de Yves Lignon « Les phénomènes paranormaux », (Collection Les essentiels, Ed. Milan, Toulouse, 1996) ?( « Mathématicien et professeur à l’université de Toulouse II ». Il se présente aussi en tant que « professeur » au dos de « Quand la science rencontre l’étrange » (1994)

Mais les conclusions d’Yves Lignon et de son avocat, loin d’alléger la faute de ce dernier, la renforcent : Yves LIGNON aurait « toujours » utilisé le terme « Professeur des Universités «  ? Donc il a toujours menti ! "Professeur des Universités" et le diplôme qui lui est obligatoirement associé (le doctorat) est un titre officiel ! Ainsi, via son avocat, Yves LIGNON déclare explicitement à la Justice qu’il a toujours utilisé un titre qu’il ne possède pas...

Quant au traitement des pratiques d’Yves Lignon, il ne résulte pas de son grade, mais, entre autres, de celui qu’il prétend avoir et de la confusion qu’il entretient à ce sujet.

LE LPT : UNE RECONNAISSANCE PAR DEFAUT ?

« Deuxième argument :

« L’université ne reconnaît pas ce prétendu laboratoire de parapsychologie » Cf. page 19 des conclusions du défendeur.

REPONSE :

I - l’Université ne reconnaît pas
- Mais elle ne désavoue pas non plus.

II - L’Université :
- Offre ses locaux
- A offert ses subventions.

L’Université reconnaît :
- par ses courriers
- par ses présidents successifs l’existence de cette unité de recherche.

« Nous atteignons des sommets ! Comment désavouer ce que l’on ne reconnaît pas ? De plus cette institution n’a pas à se prononcer quant aux activités d’Yves Lignon hors universités. L’Université « offre ses locaux «  ? Faux ! A « offert ses subventions «  ? Quels éléments officiels à l’appui de cette affirmation ? A noter que les subventions revendiquées auraient été données à Yves Lignon (et pas au LPT), à la fin des années 70... Depuis, plus rien : même la version de Yves Lignon montre le peu de crédibilité dont il dispose au sein de son université concernant son œuvre de « parapsychologie scientifique ».

Quant à la reconnaissance de « cette unité de recherche » que serait le LPT par les Présidents de l’Université, voyez les positions officielles de ceux-ci :

Le Président MAILHOS en 1982 : lettre Pdt UTM 1982

Le Président BERTRAND en 1989 : Reponse à Cuniot 1 sur 2 et Rep à Cuniot 2 sur 2

Le Président MAILHOS en 1993 (redevenu Président) : lettre Pdt Mailhos 1993

Le Président GAIGNARD en 1997 : lettre

Le Président PECH en novembre 2002 : lettre

C’EST MIEUX AILLEURS...

« III - L’Université a la prudence que CHARPAK n’a pas.

Dans certains pays, des sommes colossales sont attribuées à ce type de recherche.
- L’Allemagne paye 40 chercheurs à temps plein
- Les Etats-Unis ont mis sur pied un programme de recherche financé par la C.I.A. pendant plus de 20 ans
- La plus célèbre des Universités américaines celle de PRINCETON possède un département de recherche sur le paranormal.
- Les Russes ont dépensé des milliards de roubles pendant la guerre froide pour financer des recherches du paranormal.
- Ces pays n’ont pas pourtant la réputation d’être des arriérés mentaux. « 

Il faudrait préciser pour chacun de ces faits les modes de fonctionnement universitaires (possibilité de création de chaire sur financement privé par exemple), parler aussi des résultats peu probants de ces recherches qui ont entraîné leur arrêt (c’est le cas du Projet Stargate aux Etats-Unis)., etc. A noter qu’il existe aussi des différences culturelles importantes qui font que, par exemple, la Scientologie est considérée comme une église aux USA, et comme une secte en France... Quoi qu’il en soit, les choix d’autres pays ne peuvent donner du crédit aux drôles de pratiques d’Yves Lignon.

« Troisième argument :

« Lignon ne subit aucun préjudice ».

REPONSE :

On écrase de son mépris un homme qui a consacré 30 ans de service à un type de recherche.

On fait le procès :
- de son honnêteté intellectuelle
- et de ses compétences professionnelles.

On le fait passer aux yeux de tous pour un fumiste et pour un illuminé.

Ce n’est pas un préjudice ordinaire, c’est une mise à mort professionnelle délibérément orchestrée et distribuée sur 22 pages. « 

Broch et Charpak appellent un chat un chat. Ce n’est pas une mise à mort professionnelle : en aucun cas un livre paru en 2002 ne peut être la cause d’un arret de l’évolution de la carrière de l’enseignant Yves Lignon. Il est depuis toujours assistant et pour qu’il y ait arret, il faudrait qu’il y ait eu mouvement. Rien, dans un pays démocratique, ne peut empêcher de porter des critiques fortes face à des affirmations fausses.

Quant aux 22 pages, c’est sans doute un effet de répétition qui est recherché, mais l’« information » reste fausse.

CHARPAK CONTRE DIEU ?

« Sur la raison profonde de la violence des propos tenus

I - EN REALITE CHARPAK :
- fait le procès de LIGNON
- mais il fait aussi et surtout le procès de Dieu.

Croire en Dieu devient pour lui :
- un pêché mortel contre la raison.

D’où la violence de ses propos.

Il ne peut imaginer qu’une question scientifique soit aussi un fait religieux. « 

Là, nous sombrons dans l’absurde le plus total... No comment.

CHARPAK CONTRE ZOLA ?

« II - Emile ZOLA ne croyait pas, lui non plus :
- en l’eau miraculeuse de Lourdes
- il a écrit des dizaines d’articles sur le sujet.
- Il a discuté les Miracles, mais jamais il ne s’est permis de dire que les catholiques étaient :
- Des « fabricants de mystère »
- Et des « individus sans crédibilité « 

Ici, on compare Yves Lignon à un croyant ! Formidable révélation ! Broch et Charpak n’ont pas attaqué les catholiques croyant au miracle concernant la Sainte Tombe, mais les pratiques d’une personne disant que la science n’explique pas le phénomène alors que c’est manifestement faux.

Ici finit notre commentaire. Le public comme la justice ont reçu des « informations » tronquées, des arguments biaisés. Ce genre de pratiques ne peut rester sans condamnation, fut-elle simplement éthique. A vous de juger.

Au fait, il est bon de savoir comment Yves LIGNON peut parfois s’en prendre aux sceptiques à travers deux exemples seulement :

Contre Gérard MAJAX (L’autre cerveau, Albin Michel, 1992, page 358), lorsqu’il s’en prend à ses qualités professionnelles (Voir extrait Majax)

Contre Michel ROUZE (L’autre cerveau, Albin Michel, 1992, page 370), sur ses supposés engagements politiques afin de le disqualifier, le tout en langage codé pour mieux éviter les attaques en justice sans doute... Traduction :
L’Homme aux Fiches : Michel Rouzé
Joseph le Géorgien : Staline
Exister et Savoir : Science et Vie
A noter l’expression tueur à gages sans guillemets... (Voir extrait Rouzé)

Ni Majax ni Rouzé n’ont porté plainte contre Yves LIGNON.

Et Yves LIGNON n’a pas porté plainte lorsqu’il était clairement classé dans la catégorie des CHARLATANS par Science et Vie n°774, en mars 1982, par l’article « Des charlatans déguisés en savants »

A chacun de se faire son opinion.

Le jugement du Tribunal d’Instance de Toulouse a été de se déclarer incompétent et a renvoyé l’affaire devant le tribunal de grande instance de Paris (voir extraits du jugement page 2 - page 3 - page 4. Maître Boissavy, avocat de Broch-Charpak et Odile Jacob, a donc gagné une bataille sur la forme puisqu’il s’agissait d’une de ses demandes. Yves Lignon a été condamné aux dépens pour cette première partie. Quelle que soit la suite, les faits sont têtus, et sur le fond cette affaire montre combien il faut être vigilant lorsque Yves Lignon parle à son public, à ses critiques, à la justice...

Mis en ligne le 23 novembre 2005
13009 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !