Esprit scientifique, Esprit critique / Un projet pédagogique pour la classe (Tome 2, Cycle 4 et 2nde)

Mathieu Farina, Elena Pasquinelli et Gabrielle Zimmermann Préface de Jean Jouzel

Note de lecture de Philippe Le Vigouroux - SPS n°328 - avril / juin 2019

Esprit scientifique, Esprit critique

Un projet pédagogique pour la classe

(Tome 2, Cycle 4 et 2nde)

Mathieu Farina, Elena Pasquinelli et Gabrielle Zimmermann

Préface de Jean Jouzel

Le Pommier et la Fondation La main à la pâte, 2018, 438 pages, 29 €

Si l’ouvrage est conçu comme un outil complémentaire pour les enseignants du secondaire (collège et seconde) auxquels il est destiné, sa présentation a sa place dans Science et pseudo-sciences : en effet, l’objectif du livre est de proposer aux professeurs de sciences physiques et chimie, de sciences de la vie et de la Terre et de technologie, en relation avec les programmes, un ensemble d’activités qui permettent de développer l’esprit critique et la réflexion scientifique des élèves. L’ouvrage est publié dans le cadre des travaux de la Fondation La main à la pâte1.

Les auteurs partent du constat que chacun, dès sa naissance, possède une aptitude à l’esprit scientifique : «  spontanément, nous cherchons à relier les phénomènes que nous observons » (p. 10), en identifiant des problèmes, en y cherchant des solutions, en échangeant des arguments, en évaluant, dans une certaine mesure, les sources qui apportent des réponses. Cependant, nos raisonnements ont leurs limites et nous ne sommes pas toujours assez vigilants pour nous protéger des pièges qui peuvent les affecter. Des méthodes et des outils ont été développés pour prévenir les raisonnements erronés ou identifier les pièges et, selon les auteurs, les appliquer au quotidien c’est faire preuve d’esprit critique.

Les activités proposées sont organisées autour de cinq blocs thématiques qui correspondent aux étapes d’une démarche scientifique : observer, expliquer, évaluer, argumenter, inventer. Pour chacune de ces opérations, le chapitre d’introduction explique les limites de l’opération « naturelle », naïve, pourrait-on dire, sans la conscience des biais et erreurs du jugement spontané.

Les activités sont diverses (modélisations, jeux de rôles, observations, manipulations…), organisées en séquences originales d’enseignement. Elles permettent aux enseignants, par exemple, de confronter les élèves à la façon dont peut se propager une épidémie en les conduisant à identifier une chaîne de causes à effets ou encore, sur la thématique de la gravité, de les former à la recherche d’informations, à l’évaluation de leur fiabilité et à leur vérification afin de distinguer ce qui est du domaine de la science, de la science-fiction, voire du canular ou de l’infox. Les activités du bloc « argumenter » prennent pour support l’évolution biologique et abordent la façon dont se construit une théorie scientifique, la qualité des preuves et des arguments, la capacité de prédiction ou de mise en relation cohérente des faits.

De nombreuses autres activités sont présentées, accompagnées d’une mise en perspective des objectifs, de conseils de mise en œuvre et d’éléments de correction. L’ensemble constitue une mine d’activités pour la classe, souvent pluridisciplinaires, et d’idées de démarches qui peuvent être utilisées « clés en main » par le professeur ou adaptées dans une progression plus personnelle.

1 Fondation créée en 1996 par Georges Charpak avec le soutien de l’Académie des sciences.

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !