Qu’est-ce que la science… pour vous ? – Tome 2

51 scientifiques, philosophes & amateurs de sciences répondent

Note de lecture de Gabriel Gohau - janvier 2019

Qu’est-ce que la science… pour vous ?
51 scientifiques et philosophes répondent
Sous la direction de Marc Silberstein
Éditions Matériologiques, 2017, 333 pages, 18 €

En rendant compte dans le numéro 321 de Science et pseudo-sciences (juillet 2017) du tome 1 de l’ouvrage Qu’est-ce que la science… pour vous ?, j’annonçais la parution imminente d’un second volume. Le voici, un peu retardé par la mise en chantier des Mélanges1 offerts à Jean Gayon, l’éminent philosophe et historien des sciences brutalement décédé, pour qui j’avais beaucoup de sympathie et dont je me rappelle avec émotion le courageux discours prononcé pour sa retraite alors qu’il se savait condamné à brève échéance. Le présent ouvrage présente la même variété que le précédent, ce qui en rend l’analyse difficile.

Sans doute faut-il d’abord remercier l’éditeur, notre ami Marc Silberstein, pour son avant-propos dont on se délecte de la vigueur du ton. Il y fustige les « têtes de gondole à la FNAC », soit une liste de personnages qui va, dans l’ordre alphabétique, de Jacques Attali à Matthieu Ricard (plus le gourou-mao Alain Badiou). M’a aussi réjoui le passage sur l’usage intempestif du terme ADN, du genre « la violence est dans l’ADN du PSG » ou bien « l’impôt est dans l’ADN du parti socialiste ». J’avoue avoir eu souvent la même envie de noter ces absurdes fadaises… en les associant, en ma qualité de géologue, à de semblables citations sur les plaques tectoniques pour annoncer tout bouleversement politique ou sociétal (je pourrais en fournir un lot à Marc).

Le suit une introduction de Philippe Huneman, texte splendide d’un grand philosophe des sciences, que je connais de longue date et dont la lumineuse intelligence m’a toujours fasciné. Quoique sa contribution intitulée « Deux ou trois choses que je sais d’elle » demande une attention extrême pour le modeste scientifique que je suis.

Bien sûr on retrouve les textes des amis proches, des habitués des Éditions Matériologiques. Mon ami Jean-Yves Cariou et ses démarches hypothético-abductives (et non inductives), dont le gros ouvrage sur l’Histoire des démarches scientifiques est sous presse chez le même éditeur. Olivier Brosseau, le brillant pourfendeur des créationnismes qui voit dans la science une source d’émerveillement et d’enchantement. Guillaume Lecointre, du Muséum, qui pareillement définit la science comme une méthode rationnelle et collective de description et d’explication du monde réel.

Toujours parmi les amis, Jean-Marc Drouin fait de la science une esthétique de la curiosité, Hervé Le Bras souligne l’opposition entre la science et la bureaucratie, Stéphane Tirard, en disciple de Canguilhem, y voit le rôle des concepts et Christiane Villain note l’intérêt de l’histoire des sciences, que nous avons naguère pratiquée ensemble.

D’autres auteurs que je ne connais pas en font une affaire de curiosité (Bruno David, président du Muséum), l’âme de la connaissance (Marie Dutreix) ou une conversation (Denis Forest), une aventure, une découverte (Evelyne Heyer). Un médecin, Mohamed El Khébir, qui se présente comme un simple curieux de science, y voit pour sa part une négation de la divinité. Sous une forme particulièrement combative, l’économiste Christophe Darmangeat va plus loin en affirmant que les scientifiques qui croient en Dieu, comme d’autres croyaient hier à l’astrologie ou à l’alchimie, assument d’improbables contradictions. Aurais-je osé l’écrire ?

Sans doute aurai-je moins de facilité avec beaucoup des contributions. Certains philosophes ont donné des réponses que j’ai peine à comprendre. Sont-ils plus nombreux que dans le volume 1 ? En tout cas, leur place n’est pas usurpée. Et je ne crois pas inutile que l’un d’eux, Fernand Loth, de Rennes, cherche à comprendre le lien étroit qui unit science et métaphysique.

Au total, un travail de grande valeur et que je conseille comme je l’avais fait du volume précédent, même si je ne garantis pas que tous les articles présentent un égal attrait pour tous les lecteurs. Mais c’est bien ce qui fait la valeur inestimable de ce travail : un éventail ouvert où chacun saura trouver son gibier.

1 Philosophie, histoire, biologie Mélanges offerts à Jean Gayon, sous la direction de Francesca Merlin et Philippe Huneman, Éditions Matériologiques (2018).

Mis en ligne le 12 janvier 2019
458 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !