3 minutes pour comprendre les 50 notions élémentaires de la chimie

Note de lecture de Kévin Moris - octobre 2018

3 minutes pour comprendre les 50 notions élémentaires de la chimie
Nivaldo Tro
Le Courrier du Livre, 2018, 160 pages, 18 €

Les ouvrages de cette collection présentent chaque notion par une double page dont la lecture peut se faire en quelques minutes : la page de gauche présente le texte principal et quelques encadrés en sus, celle de droite une grande illustration composite, essentiellement artistique, mais souvent didactique aussi1.

Au fil des pages, tous les grands thèmes de la chimie sont abordés : atomes, molécules, états de la matière, réactions, énergie, chimie inorganique, chimie organique, biochimie et « chimie nucléaire »2.

Les auteurs – Nivaldo Tro, contributeur principal, est assisté de quelques collègues – sont tous des professeurs expérimentés, ce qui assure à l’ouvrage sa qualité scientifique3. De même, la traduction depuis l’anglais est bonne – elle a été revue par un scientifique et on trouve seulement quelques usages anglo-saxons qui n’ont pas été transposés en français4.

Avec un objectif de concision, de nombreuses notions sont expliquées avec simplicité et intéresseront tous les lecteurs, mais des passages sont inévitablement plus ardus5 et nécessitent une base de connaissances en chimie universitaire pour être abordés sereinement.

On trouvera aussi les biographies de six savants renommés : l’obtention des résultats scientifiques est avant tout une aventure humaine.

Un index permet de retrouver certaines notions, et quelques références d’ouvrages généraux de chimie sont mentionnées pour qui voudrait en apprendre plus.

1 On peut cependant regretter que les codes de couleurs utilisés pour désigner les atomes ne soient pas toujours les mêmes d’une illustration à une autre : par exemple, les hydrogènes sont en rouge p. 61 et en blanc p. 63. Il existe des conventions à respecter en chimie : rouge pour l’oxygène, blanc pour l’hydrogène, noir pour le carbone, etc.

2 Les propriétés du noyau atomique concernent plutôt la physique (physique nucléaire) que la chimie.

3 Je relève une erreur, où il est mentionné que « l’aspirine a été isolée pour la première fois dans l’écorce de saule  » (p. 116), alors qu’il s’agit seulement de l’acide salicylique, à partir duquel on peut synthétiser l’aspirine (ou acide acétylsalicylique) par ajout d’un groupement acétyle. Il est dommage aussi de trouver la coquille « Zénon » au lieu de « Xénon » dans les classifications des éléments présentées dans l’ouvrage.

4 Par exemple, il est plus rigoureux de parler de « température d’ébullition » que de « point d’ébullition » en français ; de même, l’usage préfère « théorie cinétique des gaz » à « théorie cinétique moléculaire » ; « citron vert » à « lime » et « soja » à « soya ».

5 De l’ordre d’un tiers de l’ouvrage.

Mis en ligne le 20 novembre 2018
384 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !