Regards sur la science

Même les plus grands...

par Suzy Collin-Zahn - SPS n° 298, octobre 2011

On peut s’étonner que les chercheurs les plus connus ne soient pas toujours les meilleurs de leur discipline, et que, de surcroît, leur liste se réduise souvent à deux ou trois noms. La transmission de l’information par des médias avides de scoops et de communiqués rapides, cherchant la facilité en s’adressant à ceux qui ont déjà fait leurs preuves en termes d’audience, en est certainement la cause essentielle. On privilégie le « mieux dire » devant le « mieux faire ». On peut se demander s’il en allait de même dans le passé, et si l’histoire n’a pas oublié une majorité de « tâcherons » de la science ayant pourtant donné des contributions importantes, mais n’ayant pas eu la notoriété de certains de leurs pairs. Pour les femmes, cela ne fait aucun doute, et nous reviendrons sur cette question une prochaine fois.

Un exemple pourrait bien être donné par le grand Edwin Hubble, cet astronome qui a donné son nom au télescope spatial, après avoir découvert en 1929 la corrélation entre la distance et la vitesse de fuite des galaxies, qu’on a appelée « la loi de Hubble » ; en d’autres termes, l’expansion de l’Univers. Il semble que cette découverte était déjà « dans l’air » lors d’un congrès se tenant en 1927 à Leiden auquel Hubble avait assisté ; et que l’abbé Georges Lemaître avait publié la même année un article dans lequel, utilisant les distances des galaxies déterminées par Hubble et les décalages spectraux déterminés par Vesto Slipher (que Hubble lui-même utilisa), il annonçait l’expansion de l’Univers, qu’il prédisait par ailleurs théoriquement.

Cette partie de son article, publié en français, a disparu de la traduction en anglais faite plus tard. Beaucoup de discussions ont actuellement lieu pour déterminer si c’était Lemaître lui-même le traducteur et qu’il l’aurait supprimé (par modestie, car Hubble en était déjà crédité, et Lemaître ne voulait peut-être pas lancer une controverse), ou quelqu’un de moins bien intentionné. Quoi qu’il en soit, des voix s’élèvent dès maintenant pour demander que le futur télescope spatial devant remplacer le Hubble soit nommé « télescope Lemaître ». Nous suivrons cette histoire de près...

http://physicstoday.org/resource/1/...

Mis en ligne le 24 janvier 2012
902 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !