Astrologie et bourse

par Jean-Paul Krivine - SPS n° 284, janvier 2009

La crise financière qui balaie la planète fait pousser des ailes aux astrologues. Ils ont bien compris tout le profit qu’ils pouvaient en tirer. Après tout, ils ne semblent pas plus mauvais que les analystes financiers, et le crédit dont jouissent ces derniers (ou jouissaient) pourrait alors bien être partagé.

Malheureusement, les prédictions astro-boursières n’ont rien à envier à celles des « astrologues classiques » : toujours aussi fausses avant, et toujours aussi « exactes » après l’évènement. Ainsi, par exemple, sur l’un des sites phare de cette « discipline »1 peut-on lire dans un jargon qui, là non plus, n’a rien à envier à certains commentateurs boursiers : « Il n’en demeure pas moins, même si nous ne l’avons pas porté sur notre graphique pour mieux mettre en valeur l’opposition Saturne-Neptune, que demeure très présent le sextile (angle positif de 60°) Jupiter-Uranus qui a permis le début de redressement des marchés. Cette configuration positive demeure et, lorsque l’opposition Saturne-Neptune cessera d’être activée comme c’est le cas depuis une semaine, les marchés devraient se reprendre ». C’était le 13 avril 2008. On sait maintenant ce qu’il en est de cette reprise annoncée des marchés.

Mais qu’importe, « les astres ont toujours raison ». Jean-François Richard, le responsable du même site, déclare six mois plus tard2 :

« L’avenir ne me semble pas très rose parce qu’on est passé d’une configuration planétaire négative Saturne-Neptune en 2006-2008 à une autre configuration négative Saturne-Uranus à partir de maintenant et qui va durer jusqu’en 2010 ». La « configuration négative Saturne-Uranus » d’octobre 2008 n’était-elle pas prévisible en avril 2008 ?

Pour d’autres, ce n’est pas Saturne la cause de tous ces tourments : c’est le Lion le vrai responsable. Ainsi, l’astrologue-financier indien Raj Kumar Sharma affirme que « la déconfiture financière mondiale était inscrite dans les astres. C’est même le combat entre Saturne et le Lion qui a précipité la faillite de la banque américaine Lehman Brothers »3. En effet, poursuit-il : « le fils du Soleil, Saturne, ne s’entend pas avec son père. Dès qu’ils sont en contact, ils se chamaillent et mettent les marchés en péril ».

Alors, qui est responsable ? Le Lion ? Saturne qui se chamaille avec le Soleil ? Uranus ? Tout faux. Notre « docteur en astrologie », Élizabeth Teissier, est formelle : c’est Mercure le coupable. « Cette fois, la dégringolade boursière récente est le fait d’une sorte de boucle astrale liée à la rétrogradation de Mercure dans le ciel depuis le 24 septembre »4.

Mais tous sont au moins d’accord pour affirmer que nous ne sortirons pas si vite de la crise actuelle. À défaut d’avoir prévu la situation financière, nos astrologues savent faire preuve de bon sens et savent écouter la radio. Quoique, parfois, ils feraient bien de se méfier de ce qui est dit sur les ondes…

Comparé aux commentateurs boursiers, les astrologues n’ont finalement pas tellement à rougir. Un jargon comparable, des prédictions contradictoires et souvent fausses, et toujours une « bonne » explication a posteriori…

1 www.bourseanticipations.com.

2 Propos rapportés par rmc.fr le 14 octobre 2008.

3 Dépêche AFP du 15 octobre 2008.

4 http://www.eteissier.com/astron/ast....

Mis en ligne le 12 février 2009
1559 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !