Histoire critique du magnétisme animal

Joseph Philippe François Deleuze (1753-1835), préface de Serge Nicolas. Réédition 2004 en deux tomes chez l’Harmattan

Note de lecture de E. Volf et J. Günther - SPS n° 266, mars 2005

Ces deux ouvrages, édités en 1813 en deux tomes, constituent une revue des travaux de Deleuze et d’autres adeptes de Mesmer sur l’hypnose et la pseudo-thérapie par magnétisme animal.

Les dérives bien connues de Mesmer et de ses disciples conduisirent le roi Louis XVI à les faire évaluer par une commission de dix membres, dont les conclusions furent très critiques. Thomas Jefferson, étant arrivé à Paris peu après que la commission eut fait son rapport, nota dans son journal : « Le magnétisme animal est mort, ridiculisé. »

L’un des membres de cette commission, le célèbre Jussieu, se désolidarisa de ces conclusions et resta partisan de Mesmer et de ses doctrines. Deleuze, collaborateur de Jussieu, resta lui aussi partisan de Mesmer et tenta une explication et des justifications.

Ces deux ouvrages sont à lire pour leur intérêt historique, mais il aurait été souhaitable, pour une meilleure compréhension, qu’il y eût des notes de bas de page par Serge Nicolas, directeur de la collection chez l’éditeur. On peut regretter que, dans la préface de Serge Nicolas de la réédition de 2004, les conclusions du compte-rendu de la Commission royale ne soient pas relatées.

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !