Accueil / En direct de l’ASP / Une "alternativ" électrique à la voiture

Une "alternativ" électrique à la voiture

Publié en ligne le 1er août 2006 - Écologie
par Christian Leduc

Peu de gens se doutent que le livreur de pizza du coin est peut-être à la fine pointe de la technologie. En effet, certains livreurs utilisent depuis quelque temps des voitures entièrement électriques, modifiées dans l’atelier d’une jeune compagnie de Thetford Mines pour devenir plus économiques.

Steve Labarre et Claude Fortin, originaires de Drummondville, ont fondé Alternativ au début de 2004, pour réaliser un rêve commun : celui de produire une voiture qui serait durable, économique et propre. Plutôt que de créer une voiture de toutes pièces, les deux amis de longue date ont opté pour la conversion de modèles déjà existants tels que l’Accent du concessionnaire sud-coréen Hyundai.

« Nous nous sommes demandés quels étaient les avantages et les inconvénients d’une voiture électrique », explique Steve Labarre lors d’une entrevue téléphonique. « Ça ne coûte pas cher à faire rouler ; ça ne bouffe pas beaucoup d’énergie, mais ça n’a pas beaucoup d’autonomie et la transformation est coûteuse » : la transformation d’une voiture dure 12 heures et la pile - l’équivalent de 6000 piles d’ordinateur portable - coûte à elle-seule plusieurs milliers de dollars.

« Notre voiture donne plus ou moins 120 kilomètres d’autonomie et prend deux heures et demie à recharger », continue le jeune homme. « On a donc déduit que c’était la voiture parfaite pour ceux qui font de la livraison : une voiture durable et économique, où l’utilisateur n’est pas le payeur », ajoute Steve Labarre. La voiture d’Alternativ permet ainsi à un livreur de faire son quart de travail du midi, de recharger la pile pendant l’après-midi, puis de faire une deuxième tournée à l’heure du souper.

Malgré l’intérêt de plusieurs investisseurs tels que des chaînes de restaurant et même quelques municipalités, la jeune entreprise n’atteint pas encore l’autonomie financière. « Pour être franc, notre seuil de rentabilité est pour le moment très bas... mais nous sommes encore dans la période où nous commençons et essayons nos voitures avec nos clients pour vérifier leur fiabilité », estime Steve Labarre. À cet égard, les clients d’Alternativ sont locataires des voitures et c’est la compagnie qui assume tous les frais d’entretien.

Steve Labarre affirme qu’Alternativ pourrait sortir d’ici quelques mois une première voiture suffisamment abordable pour le grand public. Selon lui, ce sont les voitures à faible consommation d’essence comme la Smart et non les voitures hybrides, plus dispendieuses, qui représentent les vraies concurrentes de cette nouvelle voiture. Le jeune entrepreneur et son collègue accroîtront peut-être le parc québécois des voitures électriques dans les prochaines années.


Mots-clés : Écologie


Partager cet article