Accueil / Notes de lecture / Qu’est-ce que la science... pour vous ? (Tome 2)

Rubrique coordonnée par Thierry Charpentier et Philippe Le Vigouroux

Qu’est-ce que la science... pour vous ? (Tome 2)

Publié en ligne le 18 mars 2019
Christine Mourlevat-Brunschwig - Science et pseudo-sciences n°326 - octobre / décembre 2018

QU’EST-CE QUE LA SCIENCE… POUR VOUS ?

Tome 2

51 scientifiques et philosophes répondent

Éditions Matériologiques, coll. Sciences et Philosophie, 2018, 334 pages, 15 €

Voici la suite de Qu’est ce que la science… pour vous ?, recueil paru en 2017 aux éditions Matériologiques 1, qui cherchent à associer science et philosophies issues des courants matérialistes, avec un militantisme revendiqué.

Cinquante et une nouvelles personnalités, philosophes, scientifiques, historiens des sciences... expliquent ce que représente la science pour elles en quelques pages (une vingtaine de ces auteurs publient déjà aux éditions Matériologiques). Le parcours classique, l’émerveillement et l’étonnement suscitant des vocations se transforment, au gré des concours et des parcours institutionnels, en recherche d’une méthode ou d’une approche adaptée. Dans un arrière-fond plutôt didactique et universitaire, les interventions sont parfois assez ardues à lire, ou d’un niveau d’abstraction qui n’est pas immédiatement accessible à tous.

Certaines interventions se détachent par leur originalité ou leur clarté, quelques échantillons sont présentés ici comme des incitations à découvrir les autres. Pour Christiane Vilain, physicienne et historienne de la physique,  « “expliquer et comprendre” nous rapprochent évidemment d’une vérité sur la nature, et aussi sur nous-mêmes. Et pourtant la vérité – conçue comme un absolu, comme définitive – nous échappe toujours » p. 320). En s’orientant vers l’étude de la physique du XVIIe siècle, elle comprend, par la lecture de Newton, que la physique, même mathématisée, a toujours été compliquée et opaque en son temps. L’histoire et la philosophie des sciences permettent alors un recul et évitent l’enfouissement dans la complexité actuelle de la science contemporaine.

Pour Samuel Boissier, astrophysicien, expliquer et comprendre le fonctionnement du monde est une idée attirante mais naïve.  « Il est grisant de se dire que l’on touche à la réalité des choses » p. 74).  « Avec la “sagesse” des années, les choses me semblent moins claires ». Est-ce une illusion rassurante que nous entretenons ? Nous pouvons décrire le monde, progressivement et de mieux en mieux, plutôt que l’expliquer. Cependant des valeurs fondamentales, comme la vérification, permettent de s’éloigner des simples opinions conduisant à des théories farfelues ou « alternatives ».

Un témoignage émouvant est celui de Suzy Collin-Zahn 2 qui, jeune, aimait écrire et faire de la musique, et doit sa vocation à ses parents émigrés d’Europe centrale et admirateurs de Marie Curie. Dans son travail d’astrophysicienne, elle a vécu toute une évolution de la manière de faire de la science. Les chercheurs sont devenus hyperspécialisés, condamnés à publier, poussés par l’urgence et la concurrence qui leur ôte une liberté qu’elle a eu le bonheur de connaître. Se consacrant aujourd’hui à la vulgarisation, elle estime que c’est par la diffusion des connaissances qu’on fait peut-être le plus librement de la science aujourd’hui.

2 Marraine scientifique et contributrice régulière de l’Afis et de SPS.

Publié dans le n° 326 de la revue


Partager cet article


]