Accueil / Regards sur la science / Les technologies NBIC et le recul de la mort

Regards sur la science

Les technologies NBIC et le recul de la mort

Publié en ligne le 27 avril 2014 -
par Jacques Bolard - SPS n° 306, octobre 2013

Vous voulez en savoir plus sur les technologies NBIC (Nano-technologies, Biologie, Informatique et Cognitique 1) ? Eh bien, allez sur le site des conférences TEDx Paris 2012, voir la présentation de Laurent Alexandre [1]. Vous ne perdrez pas votre temps !

Le sigle « TED » 2 (Technology, Entertainment, Design) désigne un ensemble de conférences organisées par la fondation privée à but non lucratif Sapling Foundation, sur le thème « ideas worth spreading » (idées qui valent la peine d’être diffusées). Pour remplir leur mission de « propagateurs d’idées », les organisateurs font appel aux esprits les plus brillants. Les conférences sont mises gratuitement à la disposition du public sur un site Web.

La Fontaine de Jouvence
Détail du panneau central du Jardin des délices (Jérôme Bosch, 1504).

Celle dont je parle est sponsorisée par Orange. Quant à Laurent Alexandre, c’est un chirurgien urologue, diplômé de Sciences Po et de l’ENA. Il a fondé le site Doctissimo.fr, revendu 60 millions d’euros au groupe Lagardère en 2008.

L’exposé est absolument fascinant, enthousiasmant, l’orateur plein de fougue. Pensez donc, grâce au véritable tsunami de la révolution des technologies NBIC, on va, nous dit l’orateur, mener une médecine de combat : la science-fiction d’hier devient réalité, la révolution NBIC sort de l’ombre.

Laurent Alexandre nous annonce, en effet, que le séquençage du génome permettra une médecine personnalisée, guidée sur nos particularités génétiques ; que grâce à la modélisation réalisée avec des ordinateurs de plus en plus puissants, nous pourrons comprendre le vivant.

La démocratisation du bricolage du vivant est pronostiquée pour 2015. Les progrès présagés vont se développer en trois vagues. Tout d’abord, l’électronique médicale qui – je cite encore – permet déjà actuellement, grâce à des implants dans le cerveau, de traiter la maladie de Parkinson, de soigner la dépression et à titre expérimental la maladie d’Alzheimer. Puis viendra la vague de l’ingénierie du vivant et enfin la nanomédecine, la médecine à l’échelle du milliardième de mètre.

Si on en croit l’orateur, en surfant sur la vague technologique et grâce aux innovations dont on pourra bénéficier à partir de 2020, on pourra espérer plusieurs décennies de vie supplémentaire. Il est possibe qu’on atteigne une espérance de vie qu’on ne peut pas imaginer actuellement. L’immortalité est à brève échéance !

Jusqu’à présent, les esprits scientifiques et chagrins pensaient que le décryptage du génome ne signifiait pas, la plupart du temps, que l’on saurait remédier aux anomalies qu’il révélait, que la thérapie génique était plus difficile à appliquer que prévu, que prédire ne permettrait pas toujours de guérir. Quant aux liposomes et autres nanovecteurs de médicaments, ils semblaient peiner à réaliser les espoirs qu’on mettait en eux depuis une vingtaine d’années.

Qu’à cela ne tienne ! Le discours enthousiaste de l’orateur lamine ces obstacles, se débarrasse des maladies cardiovasculaires et éradique les maladies infectieuses : la médecine humaniste avec ses incertitudes et ses erreurs va disparaître rapidement. C’est vrai que si l’espoir fait vivre, l’immortalité n’est pas loin.

[1] http://www.youtube.com/watch?featur....

1 « La cognitique est la discipline scientifique et technique du traitement automatique de l’information et de la connaissance, pour les hommes, les machines et leurs interfaces. », École Nationale Supérieure de Cognitique (ENSC) Bordeaux.

2 TEDx est un programme qui permet aux communautés, organisations et individus, de profiter d’une expérience similaire au niveau local (le x est suivi du nom du pays ou organisateur).

Publié dans le n° 306 de la revue


Partager cet article