Accueil / Regards sur la science / Le Naïf et le Cosmologiste

Regards sur la science

Le Naïf et le Cosmologiste

Publié en ligne le 7 juillet 2014 -
par Jacques Bolard - SPS n° 308, avril 2014

Le Cosmologiste : as-tu entendu parler du rayonnement fossile ?

Le Naïf : euh...

Le Cosmologiste :... et du fond diffus cosmologique ?

Le Naïf : ah ! oui. Il y a eu beaucoup d’articles dans les journaux, il y a un an. Il y avait une photo prise par un satellite, une photo en forme d’ellipse. D’ailleurs, on en a parlé dans le dernier numéro de Science & pseudosciences...

Le Cosmologiste : il s’agit du rayonnement consécutif au gigantesque flash qui a embrasé l’univers 380 000 ans après le Big Bang et que nous percevons actuellement.

Le Naïf : le Big Bang, ça je connais : c’est cette explosion gigantesque qui s’est produite quand tout l’Univers était condensé en un point, il y a 13,7 milliards d’années. Depuis, l’univers est en pleine expansion, comme un ballon qui gonfle.

Ah ! mais dis donc, j’y pense, il y a quelque chose qui ne va pas dans votre histoire de rayonnement provenant du flash : s’il a vraiment été émis il y a 13 milliards d’années (13,7 milliards – 380 000 plus précisément) et si on le reçoit uniquement à présent, il provient forcément d’un endroit situé hors de notre univers ! En effet, la distance parcourue par lui pendant ce temps-là, à la vitesse de la lumière, est sans commune mesure avec celle du gonflement de notre « cosmos-bulle ». J’ai lu que la vitesse d’expansion était beaucoup plus petite que 300 000 km/s et qu’elle ne pourrait de toute façon pas dépasser cette limite. Ce rayonnement, s’il provenait de notre Univers, de n’importe quel point même le plus éloigné, aurait dû nous parvenir depuis longtemps. Votre histoire ne tient pas !

Le Cosmologiste : ah ! Voilà bien les méfaits de cette image du Big Bang comme un ballon de baudruche en train de gonfler ! Elle est très mauvaise et déforme totalement celle avancée par les cosmologistes.

En fait, il faut avoir en tête qu’à son commencement, l’espace était déjà complètement rempli par la matière, la matière n’était pas condensée en un point de l’espace comme la représentation commune nous conduit à le croire. Les cosmologistes considèrent que l’Univers n’avait pas et n’a pas de bord. C’est donc l’ensemble de l’espace qui est en expansion continue depuis le Big Bang mais nous ne pouvons en voir qu’une partie, jusqu’à la distance parcourue par la lumière en (13,7 milliards – 380 000) années ; c’est notre « horizon cosmologique ». Mais ce n’est pas pour autant qu’il n’y a rien au-delà. D’ailleurs, une autre galaxie de notre univers peut ne pas voir la même chose que nous, en particulier elle peut voir des galaxies invisibles pour nous.

Quant à savoir si l’univers est infini ou pas, c’est une autre histoire !

Publié dans le n° 308 de la revue


Partager cet article