Accueil / Le Docteur Narendra Dabholkar assassiné : disparition tragique d’une grande figure du rationalisme indien

Le Docteur Narendra Dabholkar assassiné : disparition tragique d’une grande figure du rationalisme indien

Publié en ligne le 27 août 2013 -
par Philippe Girard, professeur d’histoire à l’Université McNeese - Louisiane

Nous venons d’apprendre une nouvelle particulièrement tragique : la disparition d’une grande figure du rationalisme indien, le docteur Narendra Dabholkar.

Âgé de 67 ans, Narendra Dabholkar avait passé les trois dernières décennies à combattre les superstitions dans les villages de l’Inde, où astrologues, gourous, devins et autres guérisseurs continuent à avoir une très grande influence. Sa méthode ? Parcourir inlassablement les campagnes et en appeler à la raison et l’esprit critique. Lui et ses collaborateurs dupliquaient notamment les prétendus « miracles » de leurs adversaires à l’aide de méthodes scientifiques afin de démontrer qu’ils n’avaient rien de surnaturel.

Malgré son idéalisme, qui l’avait conduit à abandonner une carrière lucrative de médecin pour se consacrer à temps plein à sa lutte contre l’ignorance, Narendra Dabholkar traitait sa croisade rationaliste avec philosophie : « La mission dans laquelle nous nous sommes engagés débuta avec Copernic », disait-il. « Pendant notre courte vie de 70 ou 80 ans, nous ne pouvons que changer peu de choses ».

En Inde comme en France, les superstitions rapportent gros : la campagne du docteur Dabholkar avait donc froissé de nombreux intérêts économiques. Comme il peut être bien difficile de faire la différence entre une superstition et une religion, les milieux conservateurs hindous avaient aussi le docteur Dabholkar en point de mire. Il avait fait l’objet de nombreuses menaces de mort dernièrement.

Cette aventure s’est terminée le 20 août 2013, quand deux hommes armés l’ont abattu à bout portant dans la ville de Pune. Les chances que justice se fasse semblent minces puisque les deux agresseurs se sont immédiatement enfuis sur une mobylette avant de se fondre dans la foule.

Terminons par une nouvelle plus positive : grâce à l’émoi suscité par cet assassinat, une loi soutenue depuis 10 ans par Narendra Dabholkar et visant à interdire la vente de pierres sacrées et autres gris-gris vient de passer dans l’État de Maharashtra où il résidait 1.

Mis à jour le 11 octobre 2013

1 C’est une loi appelée loi anti-superstition et anti-magie noire : la Maharashtra Prevention and Eradication of Human Sacrifice and Other Inhuman, Evil and Aghori Practices and Black Magic Bill, nous précise l’un de nos lecteurs. NDLR


Partager cet article