Accueil / La fiction « Le Nuage » confond un nucléaire fantasmé et la réalité

La fiction « Le Nuage » confond un nucléaire fantasmé et la réalité

Publié en ligne le 25 février 2020 - Nucléaire et radioactivité - Média - Nucléaire
Jean-Jacques Ingremeau est ingénieur en sûreté nucléaire. Il est indépendant de tout exploitant nucléaire et n’est pas rémunéré pour cette analyse.

En janvier 2020, Spotify a mis en écoute un podcast en cinq épisodes intitulé « Le Nuage », réalisé par Aurore Meyer-Mahieu du studio Nouvelles Écoutes, avec Emmanuelle Devos dans le rôle principal [1]. La fiction est présentée de la façon suivante : « Le 25 août 2020, un accident se déclare dans l’une des plus vieilles centrales françaises, le Douvrey, près de Lyon. Julia Roch-Rivière, directrice de la centrale, va tout tenter pour protéger la population du nuage radioactif. Mais sur sa route, se dresse plus puissant qu’elle. […] Le Nuage esquisse une réponse à une question très simple : que se passerait-t-il en cas d’accident nucléaire en France ?  » [1]. Dans cette fiction, un accident nucléaire avec fusion du cœur est causé par une canicule qui déclenche une série de dysfonctionnements. D’importants rejets radioactifs en résultent et mettent en danger la population. Le pouvoir politique s’en mêle et cherche à étouffer l’information. La sortie de ce podcast a été relayée par la presse, en des termes plutôt élogieux, comme par exemple par Le Figaro [2] et Le Monde [3]. En effet, il serait censé documenter « avec une précision d’orfèvre l’enchaînement fatal d’un accident nucléaire sur notre territoire. À partir de scénarios tout ce qu’il y a de plus plausibles. Et pour cause, ils ont été envisagés par des experts de l’énergie » [2]. Selon l’un des producteurs, « c’est littéralement ce qui peut se passer » [3].

Une canicule peut-elle causer un accident nucléaire majeur en France ? Ce scénario de l’accident et de sa gestion est-il crédible ? Afin d’évaluer leur vraisemblance, cet article détaille les principaux éléments scénaristiques de l’intrigue, en les comparant à la réalité de la conception des réacteurs nucléaires et de la gestion de crise nucléaire actuelle en France. Cette comparaison n’utilise que des informations publiques, facilement accessibles et vérifiables, comme par exemple celles publiées dans deux ouvrages grand public sur la conception et la sûreté des réacteurs [4,5]. Cet article contient donc de nombreuses révélations sur l’intrigue du « Nuage » et, si vous voulez découvrir le podcast, il est conseillé de l’écouter avant de lire l’analyse qui suit.

L’analyse ne porte ici que sur les aspects techniques de l’accident et de sa gestion, car ils font appel à des notions de physique et à des connaissances sur les réacteurs nucléaires inconnues de la plupart des auditeurs. En revanche, il ne sera fait ici aucun commentaire sur la réalisation auditive et artistique de ce podcast, que chacun est libre d’apprécier selon ses propres goûts.

Épisode 1

« Une surchauffe du réacteur »

Dans le scénario du podcast, la présence d’algues dans le Rhône conduit à bloquer les prises d’eau qui assurent le refroidissement d’un des réacteurs. Ceci conduit à une « surchauffe anormale de la cuve » régulièrement répétée au cours de l’épisode.

L’arrivée d’algues colmatant les prises d’eau des réacteurs et causant des problèmes de refroidissement est un initiateur tout à fait pertinent. C’est d’ailleurs ce qui est arrivé à la centrale de Cruas en décembre 2003 et 2009 [6]. Cependant, cela ne peut pas directement conduire, comme présenté dans la série, à une « surchauffe de la cuve du réacteur ». En réalité, la température du circuit primaire (où se trouve le cœur du réacteur, dans lequel se produisent les réactions de fission nucléaire, voir schéma) est régulée par plusieurs automatismes. Ceux-ci assurent notamment le maintient de la température de l’eau à la sortie du cœur, point le plus chaud du circuit primaire, dans sa plage de fonctionnement (autour de 330°C [5]). Ainsi, en cas de baisse de la puissance évacuée par les circuits de refroidissement, la puissance du réacteur serait automatiquement réduite de façon à conserver la température de fonctionnement. Si le refroidissement se révélait malgré tout insuffisant, ce qui est le cas dans le scénario du podcast, des automatismes arrêteraient le réacteur. Les barres de commande chuteraient dans le cœur du réacteur, ce qui arrêterait la réaction en chaîne. La puissance produite par le cœur du réacteur diminuerait alors très fortement. Elle ne serait néanmoins pas nulle du fait de la puissance résiduelle 1, mais cette dernière est de l’ordre de quelques pourcents de ce que produit le réacteur à pleine puissance. Ainsi, les besoins en refroidissement se trouveraient très fortement diminués.

En comparaison, lors de l’événement de Cruas en 2009, l’arrivée des algues avait été progressive, bouchant d’abord une première prise d’eau. EDF avait alors arrêté le réacteur, avant même que la deuxième prise d’eau ne soit indisponible [6]. Ainsi il a suffi d’évacuer la puissance résiduelle (et non la puissance du réacteur en fonctionnement), ce qui était tout à fait faisable avec les stocks d’eau disponibles sur le site. Les prises d’eau ont ensuite été nettoyées et l’incident n’a eu aucune conséquence (voir encadré).

Trois circuits indépendants

Dans un réacteur nucléaire, des noyaux d’uranium remplacent le combustible fossile (charbon, pétrole) utilisé dans les centrales thermiques. […] La chaleur dégagée durant la réaction en chaîne est utilisée pour produire de la vapeur d’eau [et] c’est cette vapeur qui entraîne une turbine et son alternateur pour produire l’électricité.

Ce fonctionnement est basé sur trois circuits indépendants remplis d’eau qui opèrent des échanges thermiques.

  • Le circuit primaire (en jaune sur le schéma ci-dessous) est un circuit fermé qui assure la transmission de la chaleur dégagée dans le cœur du réacteur (où se situe le combustible et s’opère la réaction en chaîne) aux générateurs de vapeur qui transforment cette chaleur en vapeur.
  • Le circuit secondaire (en bleu) est un circuit fermé qui amène la vapeur produite dans les générateurs de vapeur à la turbine du groupe turbo-alternateur qui produit l’électricité. Ensuite, la vapeur est retransformée en eau dans le condenseur.
  • Le circuit de refroidissement (vert) alimente en eau froide le condenseur. Cette eau (la source froide) est prélevée dans un fleuve, une rivière ou la mer.
Principe de fonctionnement d’une centrale nucléaire sans aéroréfrigérant - Crédit image : IRSN

Selon le modèle de réacteur, l’eau peut être ensuite rejetée à la source à une température légèrement plus élevée (réacteur sans aéroréfrigérant) ou bien refroidie dans un aéroréfrigérant puis réinjectée dans le circuit de refroidissement (réacteur avec aéroréfrigérant).

L’incident de la centrale nucléaire de Cruas (2009)


Le scénario de l’incident :
1er décembre 2009

  • 19 h 10 – Encombrée d’algues, la voie A du circuit de refroidissement des systèmes importants pour la sûreté (IPS) du réacteur n° 4 de la centrale nucléaire de Cruas devient indisponible (point 1 sur le schéma).
  • 19 h 30 – Le réacteur est mis à l’arrêt par la chute des barres de contrôle (point 2).
  • 20 h 30 – La voie B se révèle aussi défaillante.
  • 23 h 30 – L’exploitant déclenche le plan d’urgence interne (PUI).

2 décembre 2009

  • 00 h 45 – Gréement (activation) du centre technique de crise (CTC). Le refroidissement de divers systèmes IPS de l’installation se fera grâce à l’utilisation de l’eau contenue dans de vastes réservoirs (point 3) comme la bâche PTR.
  • 05 h 30 – Nettoyées, les voies A et B peuvent être utilisées de nouveau.
  • 06 h 30 – Levée du PUI et désactivation du CTC.
Principe de refroidissement du réacteur n°4 de la centrale de Cruas lors des événements de décembre 2009 - Crédit image : IRSN

L’incident été classé 2 sur l’échelle INES car il n’a conduit à aucun rejet radioactif mais a conduit à l’indisponibilité de systèmes de sûreté.

Sources :
Incident de Cruas (France) - 2009 sur irsn.fr
L’échelle INES sur irsn.fr.

« On va utiliser le circuit de secours pour alimenter en eau les générateurs de vapeur »

Dans « Le Nuage », la directrice de la centrale arrive d’urgence dans la salle de commande, se fait expliquer la situation et prend alors la décision d’utiliser les circuits de secours pour alimenter en eau les générateurs de vapeur.

Premièrement, dans une centrale nucléaire, la totalité des actions de sûreté nécessitant une réponse rapide sont automatisées de façon redondante (de sorte que si un automate ne remplit pas sa fonction, un autre l’assure). En particulier, aucune action d’un opérateur humain n’est requise pour faire face à un début d’accident durant les vingt premières minutes. Ainsi l’arrêt du réacteur et l’alimentation de secours en eau des générateurs de vapeur (ASG) sont automatisés. Tout ceci aurait donc déjà eu lieu, sans nécessiter d’intervention humaine, bien avant l’arrivée de la directrice en salle de commande.

Deuxièmement, même si le déroulement de l’accident conduisait à ne pas démarrer automatiquement le système ASG (défaillance des automatismes ou scénario accidentel particulier), les personnels chargés de la conduite du réacteur, appelés opérateurs, suivraient alors les procédures de conduite en vigueur et effectueraient eux-mêmes ces actions de conduite « classiques », sans avoir à demander l’autorisation à qui que ce soit. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé à Cruas. Les procédures de conduite sont testées par EDF et validées par l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), elles ne nécessitent pas de nouvelle validation pour être appliquées. Ce serait plutôt si les opérateurs souhaitaient ne pas les appliquer qu’ils devraient avoir l’accord de l’ASN. Dans le scénario du podcast, le fait que ce soit la directrice qui explique les procédures de conduite aux opérateurs et que ceux-ci n’aient pas su quoi faire en attendant est totalement irréaliste.

Les acteurs de la sûreté nucléaire en France

En France, les principaux acteurs de la sûreté du nucléaire civil sont les exploitants des installations, l’autorité de sûreté nucléaire (ASN), l’organisme en charge de l’expertise technique (IRSN), les Commissions locales d’information (CLI) et le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire (HCTSIN). 

Les exploitants sont responsables de la sûreté de leurs installations nucléaires et « doivent justifier aux pouvoirs publics la pertinence des moyens techniques et organisationnels mis en œuvre »1. C’est vrai pour les installations de production électrique, mais aussi pour un médecin qui « est responsable de l’utilisation des rayonnements ionisants qu’il met en œuvre ».
 
L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), créée en 2006, est en charge, au nom de l’État, « du contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection » et ce, depuis la conception des installations jusqu’à leur démantèlement et la gestion des déchets radioactifs. Cela concerne bien entendu les installations liées à la production d’énergie, mais également « toutes les installations industrielles et de recherche ainsi que les installations hospitalières où sont utilisés les rayonnements ionisants ».

L’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) est l’organisme public d’expertise et de recherche sur les risques nucléaires et radiologiques.

Les Commissions locales d’information (CLI) regroupées au sein de l’Association nationale des comités et commissions locales d’information — ANCCLI — sont des structures d’information et de concertation avec le public.

Le Haut comité pour la transparence et l’information sur la sûreté nucléaire (HCTISN) créé en 2006 est une instance mise en place au niveau national ayant également une mission « d’information, de concertation et de débat sur les risques liés aux activités nucléaires et l’impact de ces activités sur la santé des personnes, l’environnement et la sécurité nucléaire ».


1 Toutes les citations sont extraites du site de l’IRSN : https://www.irsn.fr/FR/connaissance...

« Les alimentations électriques des pompes externes sont gravement endommagées »

Ensuite, dans le scénario, cette alimentation en eau des générateurs de vapeur est inopérante à cause d’un problème électrique.

Cette étape du scénario accidentel est vraiment extravagante. En effet, à aucun moment dans le scénario de la série il n’y a de perte d’alimentation électrique. Le réacteur continue donc à être alimenté en électricité par le réseau principal et le réseau auxiliaire [7]. Il n’y a donc aucune raison que les pompes du système ASG soient inopérantes. D’autant plus qu’il y a quatre pompes au total pour remplir ces fonctions, dont deux peuvent fonctionner sans alimentation électrique à partir de la vapeur produite par les générateurs de vapeur (on parle de turbopompe) [5]. Ces pompes ne peuvent pas non plus être endommagées par des algues (explication donnée dans le podcast) puisqu’elles se trouvent sur le circuit secondaire dont l’eau n’est jamais au contact avec celle de la rivière (au contraire du circuit tertiaire qui se refroidit avec elle). Le système ASG peut en revanche manquer d’eau s’il ne dispose d’aucun appoint supplémentaire. Mais compte tenu des réserves d’eau disponibles sur site 2, l’exploitant disposerait alors de temps pour les réapprovisionner, ou retrouver la source de refroidissement principale.

Diesels de secours

Pour résoudre ce problème d’alimentation électrique qui n’existe pas, les personnages cherchent à démarrer des générateurs électriques, dits « diesels » de secours. Mais ces derniers ne fonctionnent pas à cause de la chaleur.

En réalité, les générateurs diesels de secours ont été conçus de façon à pouvoir fonctionner en situation de canicule. Si des températures exceptionnelles peuvent diminuer leurs performances, l’IRSN estime néanmoins que cela ne remettrait pas en cause la sûreté des centrales, compte tenu notamment des dispositions prises pour anticiper ces canicules [8].

« Depuis Fukushima, on aurait dû prévoir des diesels d’ultime secours »

Cette réplique d’un des opérateurs de la centrale est particulièrement anachronique dans un scénario censé se dérouler en août 2020. En effet, des générateurs diesels d’ultime secours, dont l’installation fut décidée suite aux évaluations complémentaires de sûreté menées après l’accident de Fukushima, sont déjà construits ou en construction sur tous les réacteurs français et devraient, selon le planning actuel, être tous opérationnels pour fin 2020 [9]. Si certains réacteurs n’en seront effectivement pas encore équipés en août 2020, un opérateur ne pourrait pas se plaindre que « rien n’a été fait », alors que des travaux sont en cours sur son réacteur.

« Il nous faut des renforts pour arroser depuis l’extérieur l’enceinte du réacteur »

Dans le scénario du podcast, la directrice de la centrale prend cette initiative pour refroidir le réacteur.

Cette phrase est insensée dans ce contexte. À ce moment, les opérateurs cherchent à refroidir le cœur du réacteur qui est dans le circuit primaire, au centre de l’enceinte de confinement. L’enceinte de confinement est un énorme cylindre de béton d’environ quarante mètres de diamètre et d’un mètre d’épaisseur [5]. Le fait d’arroser l’enceinte ne peut donc pas avoir d’impact sur le refroidissement du cœur. Cette action serait absurde car totalement inefficace. C’est comme si, pour refroidir un plat dans votre four, vous jetiez un sceau d’eau sur votre toit, mais en beaucoup moins efficace. Sachant que bien sûr, vous pouvez également éteindre le four...

En réalité, les opérateurs utiliseraient les systèmes qui sont normalement à leur disposition pour la conduite du réacteur (alimentation en eau des générateurs de vapeur par exemple), et au besoin les systèmes de secours, permettant un refroidissement direct du cœur par le circuit primaire et secondaire, en suivant les procédures pour lesquels ils sont formés. La directrice figurée dans le podcast propose des actions qui ne correspondent donc à aucun besoin, témoignant qu’elle ne semble pas connaître les procédures de pilotage d’un réacteur ni la physique des échanges thermiques en son sein.

En revanche, il est déjà arrivé d’arroser une enceinte de confinement dans une situation de canicule, comme à Fessenheim en 2003. Mais l’objectif n’était alors absolument pas de refroidir le cœur du réacteur en situation accidentelle pour des raisons de sûreté, mais de refroidir l’air à l’intérieur de l’enceinte de confinement, afin de pouvoir continuer la production d’électricité. En effet, lorsque la température de l’intérieur de l’enceinte dépasse les plages de fonctionnement normales des matériels, les procédures impliquent l’arrêt du réacteur. Il y a ici une confusion entre une mesure prise pour pouvoir continuer l’exploitation normale du réacteur dans la plage de température de fonctionnement des matériels, et des mesures qui seraient prises pour refroidir le cœur du réacteur en situation accidentelle.

« J’ai besoin de votre accord pour activer le système de réfrigération d’urgence »

Dans la fiction « Le Nuage », la directrice appelle l’ASN (une personne seule) pour lui demander l’autorisation d’utiliser un système de sécurité.

Le nom de « système de réfrigération d’urgence » ne correspond à aucun des systèmes de sûreté d’un réacteur nucléaire, mais correspond probablement au système d’injection d’urgence dans le circuit primaire (appelé le RIS). Comme pour les autres systèmes exposés précédemment, le système d’injection primaire démarre automatiquement et peut aussi être mis en route par les opérateurs sans qu’ils aient besoin d’une validation du directeur de la centrale ou de l’ASN. En l’occurrence, l’ASN n’interviendrait pas sous la forme d’une personne seule au téléphone, mais au sein des cellules de crise nationales impliquant notamment EDF et l’IRSN.

« Le réacteur ne veut pas s’arrêter »

Dans la fiction, après avoir déclenché le Plan d’urgence interne (PUI), demandé le secours de la Force d’action rapide du nucléaire (FARN) et appelé l’ASN, ils se décident (enfin) à arrêter le réacteur. Or, même en insérant les barres de commande, le réacteur ne s’arrête pas et les réactions de fission continuent, produisant toujours une quantité importante de chaleur.

Tout d’abord, il est totalement invraisemblable d’arrêter le réacteur aussi tard. En réalité, et comme le montrent les événements de Cruas, le réacteur serait arrêté dès le début de la perte de source froide, que ce soit par des automatismes ou des opérateurs de conduite.

Ensuite, si les barres de commande s’insèrent dans le cœur, elles vont absorber les neutrons et provoquer l’arrêt de la réaction en chaîne et de la production de puissance par fission nucléaire. Le podcast n’indique pas pourquoi les barres, qui tombent dans le cœur sous l’action de leur propre poids, ne pourraient pas jouer leur rôle. Dans une situation hypothétique où le réacteur serait déjà endommagé, il est certes possible qu’elles ne puissent pas s’insérer suffisamment pour l’arrêter. Cette hypothèse est néanmoins prise en compte à la conception de tous les réacteurs nucléaires électrogènes. En particulier, il est requis dans les exigences internationales de disposer d’un deuxième moyen d’arrêter le réacteur (voir par exemple la réglementation américaine [17] ou française [18]). Sur les réacteurs à eau pressurisée (REP) français, il s’agit d’eau borée. En effet, le bore, présent dans l’eau de l’injection de sécurité, absorbe les neutrons et permet d’arrêter le réacteur même en cas d’absence de chute des barres de commande. Ce moyen d’arrêter le réacteur serait mis en œuvre soit automatiquement, soit par les opérateurs et éviterait l’accident. Il est totalement invraisemblable que les opérateurs de conduite ne connaissent pas ce moyen de contrôler la réactivité d’un cœur, puisqu’ils l’utilisent très régulièrement pour le pilotage du cœur en puissance, ainsi que dans les périodes d’arrêt pour rechargement du combustible [10].

Discussion avec la préfète

Dans la fiction, la directrice appelle la préfète pour l’informer de la situation. Dans l’épisode 1, elle lui dit qu’il n’y a aucun rejet pour le moment, mais ne sait pas ce qui va se passer pour la suite. Dans l’épisode 2, elle lui conseille une évacuation des populations.

En réalité, le préfet serait également conseillé par la cellule de crise de l’IRSN et d’EDF. Ces cellules de crise sont connectées au site nucléaire et reçoivent les paramètres du réacteur accidenté en temps réel. À l’aide des informations reçues et de leur connaissance précise de l’installation, les cellules de crise diagnostiquent la situation et utilisent des simulations numériques pour pronostiquer l’évolution la plus plausible de l’accident, ainsi que les rejets radioactifs futurs. Des cartographies de risque de contamination du territoire sont alors établies en fonction des conditions météorologiques en cours et prévues, en moins d’une heure après le début de l’accident, et réactualisées à chaque évolution notable de la situation. Ces cartographies permettent en définitive d’indiquer au préfet l’étendue des zones à évacuer avant qu’il y ait des rejets réels. La décision d’évacuer ou non serait alors prise en fonction des résultats, comparés à des niveaux de référence définis à l’avance 3.

Dans tous les cas, ce ne serait pas la directrice de la centrale qui conseillerait seule la préfète en fonction de son ressenti, mais des équipes de spécialistes.

L’intervention dans le bâtiment réacteur

Dans la fiction, pour rétablir le refroidissement secondaire 4, la directrice envoie une équipe, dans laquelle se trouve son mari, dans le bâtiment réacteur. Malheureusement, à cause d’une rupture d’un tube de générateur de vapeur, plusieurs intervenants sont fortement irradiés et contaminés.

En réalité, les équipements liés au refroidissement secondaire ne se trouvent pas dans le bâtiment réacteur. Il est donc absurde d’y envoyer une équipe pour rétablir le refroidissement.

Épisode 2

Gestion de l’eau

Dans l’épisode 2, les personnages refroidissent le réacteur par les générateurs de vapeur (refroidissement secondaire), et injectent aussi de l’eau dans le circuit primaire (refroidissement primaire) mais les réservoirs sont vides et ils manquent d’eau.

Alors que 24 heures après, d’importants moyens semblent être déployés, il est surprenant que les opérateurs ne parviennent pas à réalimenter ces réservoirs par manque d’eau. D’autant plus que dans le même temps, ils arrosent l’enceinte de confinement par l’extérieur avec de l’eau, ce qui est, rappelons-le, totalement inutile. De plus, même en situation de canicule, il resterait de l’eau accessible dans le fleuve ou la nappe phréatique.

Gestion de la pression du circuit primaire.

« Il faut relâcher en urgence de la vapeur pour éviter que la paroi de la cuve du réacteur ne rompe sous la pression »
Le cœur entre en fusion par manque de refroidissement. La pression du circuit primaire augmente brutalement. La directrice décide alors avec les opérateurs de relâcher de la vapeur dans l’enceinte de confinement pour dépressuriser le circuit primaire, mais pour cela elle doit « en référer au siège et à l’ASN ».

En fonctionnement normal, la pression du circuit primaire est régulée par des automatismes qui pilotent le « pressuriseur » (grand volume d’eau et de vapeur qui fait partie du circuit primaire et fixe sa pression). En situation accidentelle, cette pression serait automatiquement limitée par les soupapes primaires, réglées de façon à ce qu’elle ne dépasse pas 160 bars environ [5]. La vapeur serait alors rejetée, sans intervention humaine, dans l’enceinte de confinement.

En situation d’accident grave, c’est-à-dire dès que la fusion du cœur a commencé, comme cela est supposé se produire dans la fiction, un des principaux enjeux de sûreté est d’éviter la « fusion en pression », c’est-à-dire la fusion du cœur alors que le circuit primaire est encore significativement pressurisé. Pour cela, les règles de conduite prévoient d’ouvrir, dès le passage en accident grave, les soupapes primaires de façon à dépressuriser le circuit primaire. Il s’agit « d’actions réflexes », effectuées par les opérateurs, sur la base des règles de conduite qui ne nécessitent la validation ni du siège d’EDF, ni de l’ASN.

Épisode 3

Fusion du cœur et rejets radioactifs

Dans le troisième épisode, le cœur du réacteur fond, et forme un corium (magma métallique et minéral constitué d’éléments fondus du cœur d’un réacteur nucléaire) qui se relocalise dans le bas de la cuve du réacteur. La température induite par le corium conduit à des ruptures des tubes de générateur de vapeur. La directrice déclare alors que « si cela casse, il y aura des rejets massifs de radioactivité dans l’air ».

Lors d’un accident nucléaire, la stratégie de mitigation consiste à maintenir la radioactivité à l’intérieur de l’enceinte de confinement, une enceinte étanche de béton de presque un mètre d’épaisseur, ce qui limite drastiquement les rejets radioactifs à l’atmosphère.

Comme annoncé dans la fiction, en cas de fusion du cœur, il est possible que les tubes des générateurs de vapeur, s’ils ne sont plus refroidis par l’eau des générateurs de vapeur côté secondaire, se cassent. De plus, cette rupture pourrait conduire à un contournement de l’enceinte de confinement, c’est-à-dire que la radioactivité pourrait sortir de l’enceinte par les tuyauteries du circuit secondaire et être rejetée dans l’environnement, au lieu de rester confinée. Mais, pour des raisons de fonctionnement et de sûreté, ces tuyauteries disposent également de plusieurs vannes permettant de les fermer. Ainsi, plutôt que d’annoncer dans cet épisode une catastrophe imminente, il suffirait que les opérateurs ferment les vannes dites d’isolement vapeur, ou s’assurent que les soupapes du circuit secondaire sont bien fermées pour éviter des rejets massifs dans l’environnement et ainsi mitiger les conséquences de l’accident.

Néanmoins, dans une situation plus réaliste de fusion du cœur où l’enceinte est étanche (ou « isolée », dans le jargon technique, ce qui signifie que les fuites sont très limitées, même en cas de rupture des tubes des générateurs de vapeur), l’exploitant peut être, à terme, contraint d’effectuer des rejets volontaires à travers un filtre à sable appelé « dispositif U5 » afin de préserver cette enceinte d’une surpression interne (dans l’enceinte et non dans le circuit primaire). Dans cette situation, les rejets radioactifs seraient significatifs et pourraient, selon les conditions météorologiques, nécessiter la prise de pastilles d’iode et l’évacuation d’une partie de la population, dans le cadre du Plan particulier d’intervention (PPI) [11]. Néanmoins, grâce à la filtration, les rejets seraient fortement réduits par rapport à une situation incontrôlée et de tels rejets seraient anticipés, permettant l’évacuation ou le confinement des populations. Par ailleurs, sur demande de l’ASN, EDF implémente actuellement de nouveaux systèmes de sûreté pour permettre d’évacuer de l’enceinte la puissance résiduelle du cœur sans avoir à effectuer de rejets par le dispositif U5.

Épisodes 4 et 5

Gestion du risque et conséquences radiologiques

Dans l’épisode 4, la directrice de la centrale explique à un journaliste que la stratégie du gouvernement pour gérer un accident nucléaire consiste à « augmenter les niveaux de doses de radioactivité admissibles pour lespopulations […] de 1 à 50 mSv/an », expliquant qu’il s’agit de valeurs « extrêmement hautes ». Cela consisterait donc à les exposer à des doses dangereuses pour limiter les conséquences en termes d’évacuation. La présentation sous-entend également qu’il y a un risque au-delà de 1 mSv.

Ce passage révèle une totale incompréhension des enjeux radiologiques en situation d’accident nucléaire.

En fonctionnement normal, la valeur de dose acceptable pour les populations est de 1 mSv/an. Volontairement très faible, elle est fixée de façon à pousser les exploitants nucléaires à avoir des rejets très faibles en fonctionnement normal et à garantir l’absence d’impact sanitaire de l’exploitation normale avec des marges importantes. Elle ne correspond nullement à un seuil où des effets pourraient être observés. En l’occurrence, cette valeur peut être comparée à la radioactivité naturelle moyenne en France (3 mSv/an), ou dans certaines régions de l’Inde (26 mSv/an au Kerala [12]), valeurs qui n’ont pas d’effet sanitaire connu. Elle est aussi inférieure à la valeur de 100 mSv en dessous de laquelle aucun effet à long terme sur la santé n’a été démontré [13]. Et elle est également très inférieure aux doses d’apparition des premiers effets sanitaires à court terme (rougeurs, dégradation de cellules, à 1 000 mSv) et aux doses mortelles (10 000 mSv) [14].

La valeur annoncée de 50 mSv (en 24 h et non 50 mSv/an comme annoncé dans la fiction) est une valeur repère permettant de décider de la nécessité d’évacuer ou non. Provenant de textes internationaux (Agence internationale de l’énergie atomique, AIEA) [22], elle est inférieure au seuil à partir duquel il est démontré une augmentation du risque de cancer. Néanmoins, même en supposant qu’il y ait un effet réel, mais qui n’est pas prouvé (hypothèse d’une relation linéaire sans seuil), le risque de surcroît de cancer associé serait comparable à celui induit par le fait de fumer quelques centaines de paquets de cigarettes, ce que peuvent consommer certains fumeurs en quelques mois [21]. Il est tout à fait compréhensible qu’en situation accidentelle, lorsque l’évacuation peut avoir des conséquences graves sur la vie des populations, le seuil utilisé pour décider d’une évacuation soit proportionné à l’enjeu sanitaire, et ne soit pas issu d’une référence pour le fonctionnement normal des réacteurs.

La pertinence d’une analyse bénéfice-risque de l’évacuation est pleinement justifiée par le retour d’expérience de Fukushima, où il a été montré que l’évacuation constituait un traumatisme majeur pour les populations et conduisait à une mortalité accrue, que ce soit par suicide ou à cause de maladies liées à la dégradation des conditions de vie. Ainsi, à Fukushima, les conditions sanitaires de certaines populations ont été plus dégradées par l’évacuation qu’elles ne l’auraient été par une exposition à des doses limitées de radioactivité (de l’ordre de quelques dizaines de mSv) si elles étaient restées dans leurs villages [15].

Mensonge d’État

Tout au long de la fiction, le gouvernement cherche à cacher l’information et l’Autorité de sûreté nucléaire n’est pas écoutée et ne communique aucune information sur la situation.

Une grande partie du scénario repose sur l’idée d’un complot de l’État et des services publics pour cacher l’accident et préserver l’industrie nucléaire. Ceci est en totale contradiction avec le fait que l’ASN et son appui technique l’IRSN sont aujourd’hui indépendants des pouvoirs publics et assureraient en situation de crise une communication transparente vers la population, sur la base de leurs analyses indépendantes effectuées par des spécialistes. De plus, elles effectuent déjà des communications de ce type, indépendamment du gouvernement, comme par exemple lorsque l’ASN a fait arrêter la production des quatre réacteurs de Tricastin en septembre 2017 [19], ou lors de la découverte des anomalies de soudure de l’EPR de Flamanville [20]. Ces deux exemples sont particulièrement illustratifs car ils étaient lourds de conséquences pour l’industrie nucléaire, et l’ASN a néanmoins imposé l’arrêt des réacteurs dans un cas, la réparation des soudures dans l’autre, de façon transparente.

Explosion hydrogène ?

Après la fusion du cœur, il est fait mention d’un risque d’explosion, qui a finalement lieu à la fin de l’épisode 4. Cette dernière conduit à des rejets radioactifs importants.

Dans le podcast, aucune explication n’est donnée sur l’origine de l’explosion. Néanmoins, il est probable que les scénaristes avaient en tête les explosions d’hydrogène de Fukushima, qui ont endommagé les bâtiments des réacteurs. En effet, lors de la fusion d’un cœur de réacteur nucléaire, l’oxydation des gaines de combustible en zirconium peut produire une quantité importante d’hydrogène, un gaz inflammable qui, en présence d’oxygène, peut conduire à un mélange explosif.

Sur les réacteurs français, une fusion du cœur peut également générer une quantité importante d’hydrogène. Néanmoins, pour éviter ce risque d’explosion, l’ASN a demandé en 2001 à EDF d’installer des recombineurs passifs d’hydrogène sur ses réacteurs, ce qui a été fait [11]. Ces recombineurs permettent de faire réagir l’hydrogène et l’oxygène de l’air avant d’atteindre la composition du mélange explosif. Lorsque la concentration en oxygène ou en hydrogène devient suffisamment faible à l’intérieur de l’enceinte, le risque d’explosion est écarté. Ces recombineurs ne nécessitent aucune action humaine, ni aucune alimentation en eau ou en électricité pour fonctionner. Il s’agit là d’un système de sûreté supplémentaire qui n’est pas pris en compte dans le scénario du podcast.

Conclusion

En conclusion, « Le Nuage » est ce qui s’appelle en rhétorique un épouvantail ou « un homme de paille » : les scénaristes ont inventé un nucléaire qui n’existe pas, où les réacteurs sont très vulnérables aux agressions, où les opérateurs humains sont incompétents et non préparés, où l’Autorité de sûreté nucléaire n’est pas indépendante, où la crise est gérée par quelques personnes sans outil d’aide à la décision, dans l’opacité et le secret. Le scénario de cette fiction n’est pas vraisemblable. Il contient néanmoins quelques éléments intéressants pour qui n’est pas familier des risques d’accidents nucléaires, tels que la prise de pastille d’iode, les mesures de confinement, le déroulement de la fusion d’un cœur, mais ils sont noyés dans des affirmations extravagantes et sans fondements. L’objectif de cet article étant de mettre en évidence les principales erreurs factuelles du scénario, il serait beaucoup trop long de toutes les énumérer.

C’est la liberté de la fiction d’inventer tous les scénarios possibles, sans obligation de vraisemblance. Et si « Le Nuage » avait voulu présenter un réacteur nucléaire en centre-ville, sans Autorité de sûreté, sans confinement ni aucun système de sûreté, piloté par des enfants, il en aurait eu la totale liberté. Ce qui est problématique, en revanche, c’est de présenter cette fiction comme « plausible » [2] et « documentée » [16] : les auditeurs qui ne se sont pas déjà documentés sur la réalité des risques et des parades associés aux centrales nucléaires sont ainsi poussés à confondre réalité et fantasme anti-nucléaire. Cela brouille la perception des risques.

La fiction s’annonce comme « une réponse à une question très simple : que se passerait-t-il en cas d’accident nucléaire en France ? » [1] et revendique un récit « basé sur des scénarios d’experts du nucléaire » [3]. Ces « experts » ne sont d’ailleurs pas identifiés et les réalisateurs n’ont pas donné d’éléments permettant d’évaluer leurs compétences. Compétences dont il est permis de douter puisque le scénario ignore les bases mêmes de la sûreté des réacteurs nucléaires.

Les enjeux énergétiques et de sûreté nucléaire méritent une information rigoureuse et transparente, comme la fournissent par exemple l’ASN et l’IRSN, de façon pédagogique, sur leurs sites Internet, pour que chacun puisse se forger une opinion sur la base de risques réels. Pour arguer d’un manque de sûreté des réacteurs, il serait bon de connaître un minimum les dispositifs de sûreté qui existent déjà.

Il aurait été beaucoup plus intéressant et informatif pour les auditeurs, de se fonder sur des scénarios crédibles, tels que ceux étudiés par EDF, l’ASN et l’IRSN, par exemple, pour se préparer à la survenue d’un accident grave. Le résultat aurait été plus instructif, mais moins sensationnaliste. La série Tchernobyl [23] illustre a contrario la possibilité de concevoir un scénario sur le nucléaire civil, avec une mise en scène cinématographique grand public, qui fait preuve de beaucoup plus de réalisme et de rigueur scientifique, même s’il contient quelques exagérations. Dans tous les cas, nul besoin d’inventer des extravagances pour parler de sûreté nucléaire, au contraire.

Références


1 | Le site du producteur du podcast Le Nuage.
2 | Aubel F, « Le podcast de la semaine : Le Nuage, nucléaire et vapeurs d’enfer », Le Figaro, 6 février 2020 sur lefigaro.fr
3 | El Mokhtari M, « Nouvelles Écoutes se lance dans la fiction avec le podcast “Le Nuage” », Le Monde, 30 janvier 2020 sur lemonde.fr
4 | Tarride B, Physique, fonctionnement et sûreté des REP – Maîtrise des situations accidentelles du système réacteur, INSTN, Collection EDP Sciences, 2013.
5 | Coppolani P et al., La chaudière des réacteurs à eau sous pression, INSTN, Collection EDP Sciences, 2004.
6 | IRSN, « Comment l’IRSN a géré l’incident de la centrale nucléaire de Cruas (2009) ». Sur irsn.fr.
7 | IRSN, « Les centrales nucléaires. Les alimentations électriques sur une centrale nucléaire française ». Sur irsn.fr.
8 | IRSN, « Effets de la canicule sur la production et la sûreté des centrales nucléaires », note d’information, 27 juin 2019. Sur irsn.fr
9 | ASN, « L’ASN modifie les échéances de mise en service des groupes électrogènes d’ultime secours des réacteurs d’EDF », note d’information, 27 février 2019. Sur asn.fr
10 | Kerkar N et Paulin P, Exploitation des cœurs REP, INSTN, EDP Sciences, 2008.
11 Jacquemin D, Les accidents de fusion du cœur des réacteurs nucléaires de puissance – État des connaissances, IRSN, EDP Sciences, 2013.
12 | « Quelle est en France la moyenne de la radioactivité de l’air ? » sur irsn.fr
13 | IRSN, « Quelle est la dose de radioactivité dangereuse pour la santé ? ». Sur irsn.fr
14 | IRSN, « Les conséquences des rayonnements ionisants au niveau de l’organisme ». Sur irsn.fr
15 | Ingremeau JJ, « Conséquences sanitaires de l’accident nucléaire de Fukushima », SPS n° 330, octobre 2019.
16 | Le compte Twitter du producteur du podcast.
https://mobile.twitter.com/synfissi...
17 | The U.S. Nuclear Regulatory Commission (NRC), “Part 50 – Domestic licensing of production and utilization facilities”. Sur nrc.gov
18 | Guide de l’ASN n° 22, « Conception des réacteurs à eau sous pression ». Sur asn.fr
19 | ASN, « Tenue insuffisante au séisme d’une partie de la digue du canal de Donzère-Mondragon : l’ASN impose la mise à l’arrêt provisoire de la centrale nucléaire du Tricastin », communiqué de presse du 28 septembre 2017. Sur asn.fr
20 | ASN, « Le collège de l’ASN a auditionné EDF et Framatome sur le projet de réacteur EPR de Flamanville », note d’information du 23 février 2018. Sur asn.fr
21 | Nifenecker H, « Radioactivité et Tabac », sur le site sfp.in2p3.fr
22 | IAEA Safety Standards Guide N° GS-G-2.1 : Arrangements for Preparedness for a Nuclear or Radiological Emergency.
23 | Série Chernobyl, HBO, 2019.

1 Puissance produite par la désintégration des produits de fission encore présents dans le cœur.

2 La seule bâche du système ASG fait plus de 1 200 m3 sur les réacteurs de 1 300 MWe [4].

3 Il existe également des critères accidentels dits « réflexes », pour lesquels le préfet déclenche systématiquement l’évacuation des populations, sur un rayon de cinq kilomètres, dès le début de l’accident, sans attendre les pronostics d’évolution. Par exemple si un accident débute par une rupture sur le circuit de refroidissement primaire et que toutes les pompes d’injection de secours sont défaillantes, l’évacuation sera mise immédiatement en œuvre.

4 Les noms utilisés dans le podcast ne correspondant à aucun nom réel des systèmes d’un réacteur, il est difficile d’être sûr du circuit concerné. Néanmoins dans cette situation, le rétablissement du refroidissement secondaire par l’ASG serait vraisemblablement une des priorités.