Accueil / Regards sur la science / Faut-il réduire le nombre des conférences scientifiques ?

Faut-il réduire le nombre des conférences scientifiques ?

Publié en ligne le 8 juillet 2012 -
par Kamil Fadel

Dans l’éditorial du 28 mars du Journal of American Medical Association, John Ioannidis, directeur du centre de recherche de prévention de Stanford, s’interroge sur l’intérêt d’organiser des conférences et congrès. Ses propos portent plus spécifiquement sur les manifestations médicales - sa spécialité - mais ils peuvent se généraliser dans une grande mesure aux domaines scientifiques. Bien sûr, Ioannidis n’ignore pas l’intérêt de telles rencontres dont il dresse d’ailleurs une courte liste de points positifs. Mais il se demande si les méfaits ne l’emporteraient pas sur les bienfaits ? En effet, Ioannidis commence par le transport des participants, estimant que le "coût écologique" de leur voyage en avion pour assister à une conférence internationale de taille moyenne est de l’ordre de 10 000 tonnes de carbone. Avant Ioannidis, d’autres ont soulevé dans le passé le problème relatif au gâchis de papier : les livrets, les résumés, les comptes rendus, les programmes… dont la plupart partent vite à la poubelle.

Tout cela est d’autant plus déplorable selon Ioannidis que les interventions ne sont pas suffisamment bien filtrées par un processus préalable de sélection, si bien que la qualité et la pertinence des propos de la plupart des intervenants laissent à désirer. En un mot c’est un « tout ça pour ça ? » que lance Ioannidis, estimant qu’il serait temps de réduire le nombre des congrès et conférences et les remplacer par des vidéoconférences grâce à Internet.


Partager cet article