Accueil / Notes de lecture / Embarquement pour Mars - 20 défis à relever

Embarquement pour Mars - 20 défis à relever

Publié en ligne le 14 janvier 2015
Note de lecture de Louis-Marie Houdebine

Aller sur la Lune ne fait plus rêver. Aller sur Mars oui, si l’on en croit les auteurs du livre Embarquement pour Mars et l’Association Planète Mars. Plusieurs centaines de personnes s’efforcent de préparer une telle aventure. Leur tâche est très concrète. Il s’agit de vaincre tous les obstacles techniques et de convaincre les différents partenaires de soutenir financièrement l’opération. L’exploration de la planète Mars nous apportera des connaissances sur le système solaire et sur cette planète morte qui contient de l’eau et qui a peut-être hébergé des organismes vivants. Selon les auteurs du livre, un tel projet est un véritable défi technologique dont nos sociétés désenchantées ont besoin. Les aventuriers en question voient même dans Mars un lieu leur permettant d’échapper, en le colonisant, à une catastrophe majeure. Ce dernier argument est moins convaincant que les premiers. La conquête de Mars serait techniquement et même symboliquement une aventure qui en appellerait d’autres, en particulier l’exploitation des astéroïdes proximaux de la Terre qui contiennent des minéraux dont les terriens risquent d’avoir un jour le plus grand besoin

Mars est loin : six mois de voyage pour y aller et autant pour le retour. L’atmosphère, composée essentiellement de dioxyde de carbone (CO2), est rare et chargée de poussière. Le livre décrit de manière relativement détaillée les différentes étapes de la conquête et les moyens à mettre en œuvre pour atteindre ce but : lanceurs spéciaux, systèmes de protection y compris contre les variations de température et les rayons cosmiques, source de nourriture pour des missions de dix-huit mois, démarche devant conduire à une autonomie, recyclage des déchets, culture de végétaux comestibles, production locale d’énergie et de carburants (le méthane, CH4, en particulier) à partir du dioxyde de carbone local et du dihydrogène (H2) provenant de la Terre. Les problèmes de cohabitation des astronautes sont également abordés.

Après avoir lu le livre, on est agréablement surpris de constater à quel point les expériences de longs séjours d’équipes dans différentes stations et en particulier la station spatiale internationale, ainsi que dans des souterrains, sont autant de jalons posés pour faire le grand saut vers Mars. Les auteurs n’hésitent pas à affirmer que les obstacles techniques ne sont pas tous franchis mais le seront dans les prochaines décennies. Selon eux, la question du voyage vers Mars n’est pas de savoir s’il aura lieu mais quand. Ils précisent toutefois que l’aventure sera réservée à des êtres d’exception, étant donnés les risques encourus et l’inconnu qui s’y rattache. Une difficulté qui n’est pas levée est celle du financement de l’opération : de l’ordre de soixante milliards de dollars répartis sur trente ans. Il est bien difficile de prévoir les réactions des gouvernements inévitablement concernés et de l’opinion publique. Le poids du rêve sera décisif et en compétition avec celui d’autres projets à finalité socio-économiques et considérés comme prioritaires.


Partager cet article