Accueil / Regards sur la science / Du plus ancien insecte au plus ancien tétrapode

Du plus ancien insecte au plus ancien tétrapode

Publié en ligne le 29 septembre 2012 -
par Alain Blieck

Les plus anciens restes d’insectes fossiles datent du Dévonien inférieur, vers – 400 millions d’années (Ma) [1]. La découverte récente du plus ancien insecte complet dans le Dévonien supérieur de Strud, en Belgique, vers – 365 Ma [2], est venue confirmer le fait que des insectes vrais existaient déjà au Dévonien d’une part, et permet de commencer à combler le manque d’enregistrement fossile que l’on connaissait entre – 385 et – 325 Ma d’autre part [2, 3]. L’insecte de Strud a été récolté dans une série de couches de grès appelée Formation du Bois-des-Mouches (ça ne s’invente pas !) [2], juste au dessus du niveau qui avait fourni une mandibule attribuée à l’un des plus anciens tétrapodes connus (les tétrapodes sont des animaux vertébrés à deux paires de membres marcheurs — les hommes étant des tétrapodes adaptés à une marche bipède), ressemblant beaucoup au genre Ichthyostega du Dévonien supérieur du Groenland oriental [4]. Or, tout comme pour les insectes, l’origine des tétrapodes a été reculée dans le temps jusqu’au Dévonien inférieur, voire à la période précédente, le Silurien [5].

Quelques événements globaux ayant affecté l’évolution de la vie sur Terre. La période du Dévonien inférieur (en grisé) correspond à un épisode majeur de cette évolution. <i>Strudiella</i> et <i>Ichthyostega</i> ? proviennent du gisement de Strud en Wallonie (Province de Namur, Belgique) [5]

Il existe désormais plusieurs sites fossilifères à tétrapodes, datés du Dévonien moyen et supérieur [6]. Mais il existe une piste fossile encore plus ancienne, interprétable comme une piste de tétrapode, datée de la limite entre le Silurien et le Dévonien vers – 416 Ma. Ceci ferait remonter l’origine des tétrapodes au moins au Dévonien inférieur et constitue une autre étape importante de la terrestrialisation : ces premiers tétrapodes étaient encore aquatiques et deviendront terrestres au cours du Carbonifère, vers – 345 Ma [5, 6]. Le Dévonien inférieur, entre – 416 et – 400 Ma, semble donc être l’une des périodes les plus importantes de diversification de la vie sur Terre. Cette période a connu une série d’événements globaux tels que : un haut niveau d’oxygène atmosphérique et donc océanique qui serait corrélé à une augmentation importante (a) du volume corporel et du nombre d’espèces d’invertébrés marins, (b) de la diversité des coraux autotrophes, et (c) de la diversité des arthropodes terrestres (dont celle des insectes — voir ci-dessus), ainsi qu’à l’apparition et la première expansion des tétrapodes [5]. Cette « grande biodiversification éodévonienne 1 » serait l’un des épisodes majeurs de l’évolution de la vie sur Terre, comme le sont l’ « explosion cambrienne », la « grande biodiversification de l’Ordovicien », les périodes d’extinction en masse, etc. Comme pour tous les autres événements globaux, cet événement biologique éodévonien est à mettre en relation avec l’évolution de la Terre : c’est en effet au Dévonien inférieur que les deux masses continentales principales de l’époque, le Continent des Vieux Grès Rouges au nord et le Gondwana au sud, commencent à entrer en contact sous l’effet de la tectonique des plaques (dérive des continents due à l’expansion des fonds océaniques...) [7]. Cette phase tectonique qualifiée soit d’acadienne, soit de calédonienne tardive soit d’hercynienne précoce (éohercynienne) a entraîné la fermeture à l’ouest de l’océan rhéique, la diminution de la longueur des zones marines côtières et le début d’une remontée du niveau océanique global, favorisant le développement de nouvelles niches écologiques sur les plateaux continentaux inondés (la zone néritique) ...

Références
[1] Engel M. S. & Grimaldi D. A. 2004 : Nature, 427 (6975) : 627–630.
[2] Garrouste R., Clément G., Nel P., Engel M.S., Grandcolas P., D’Haese C., Lagebro L., Denayer J., Gueriau P., Lafaite P., Olive S., Prestianni C. & Nel A . 2012 : A complete insect from the Late Devonian period. Nature, 488 (7409) : 82-85.
[3] Shear W.A. 2012 : An insect to fill the gap. Nature, 488 (7409) : 34-35.
[4] Clément G., Ahlberg P.E., Blieck A., Blom, H. Clack J.A., Poty E., Thorez J. & Janvier P. 2004 : Devonian tetrapod from western Europe. Nature, 427 (6973) : 412-413.
[5] George D. & Blieck A. 2011 : Rise of the Earliest Tetrapods : An Early Devonian Origin from Marine Environment. PloS ONE, 6 (7) : e22136 ; doi:10.1371/journal.pone.0022136 - doi de la figure : doi:10.1371/journal.pone.0022136.g001
[6] Niedzwiedzki G., Szrek P., Narkiewicz K., Narkiewicz M. & Ahlberg P.E. 2010 : Tetrapod trackways from the early Middle Devonian period of Poland. Nature, 463 : 43–48.
[7] Scotese C.R. 2002 : PALEOMAP Project : Plate tectonic maps and continental drift animations. World Wide Web address : http://www.scotese.com (updated 2003).

1 Du Dévonien inférieur.


Partager cet article