Accueil / Notes de lecture / Comprendre et communiquer la science

Comprendre et communiquer la science

Publié en ligne le 8 février 2021
Comprendre et communiquer la science

Jean Crête, Louis M. Imbeau et Mathieu Ouimet
Hermann, Presses de l’Université Laval, 2020 (3e éd. revue et augmentée), 186 pages, 23 €

« Pour comprendre une activité humaine complexe, il faut connaître la langue et l’approche des personnes qui poursuivent cette activité » nous affirment les auteurs, et c’est bien l’objet de cet ouvrage que de nous aider à appréhender ce que nous disent les experts de chacune des disciplines scientifiques (qu’elles relèvent des sciences naturelles ou des sciences sociales). Il a été élaboré dans le cadre d’un cours d’initiation au travail intellectuel donné à l’Université Laval pour former à ce langage le chercheur débutant.

Le livre est divisé en deux grandes parties. La première expose la méthode scientifique et certaines des étapes qui la composent permettant aux scientifiques de passer de la « réalité au savoir », comme le schématisent les auteurs dans un des graphiques. Ils résument les démarches scientifiques en quatre étapes : la modélisation qui permet de réduire la complexité des phénomènes objets de la recherche scientifique, la définition des concepts et des hypothèses qui vont permettre de valider (ou non) le modèle théorique, l’observation et la mesure qui conduiront à l’obtention des données qui serviront ensuite à la dernière étape, la vérification. Ainsi, à partir d’un problème et d’un modèle théorique, le scientifique est guidé vers l’observation empirique systématique qui permet de confirmer ou d’infirmer ses hypothèses. Cette approche ajoute de la connaissance à celle préexistante et crée ainsi du « savoir ». Cette première partie du livre est très dense mais suffisamment didactique pour que le lecteur non initié puisse comprendre les spécificités de la méthode scientifique. Elle met bien en évidence que la démonstration scientifique ne prouve rien de manière définitive mais permet de rendre une hypothèse plus ou moins valide. La tâche du scientifique y est décrite comme relativement ingrate car les résultats qu’il obtient sont vulnérables à toute approche ultérieure.

La seconde partie du livre intéressera encore plus directement les jeunes chercheurs car elle traite des règles de la communication scientifique. La science étant cumulative, les travaux d’un chercheur doivent se confronter à ceux de ses prédécesseurs, pour les confirmer, les réfuter ou les affiner. La communication scientifique à destination des pairs est donc un élément primordial de la recherche scientifique. Cette partie traite de la lecture et de l’évaluation des écrits scientifiques, de la présentation des travaux écrits et des différentes formes que ceux-ci peuvent prendre (thèse, article scientifique, rapport de recherche…), enfin de la préparation et de la communication orale. On lira cette deuxième partie comme une méthode d’aide à la rédaction d’un article ou à la préparation d’une communication orale. Elle sera particulièrement utile au chercheur débutant qui y trouvera les outils lui permettant une lecture critique des écrits scientifiques. Celui-ci y trouvera également un exposé clair des moyens d’informer et de convaincre son auditoire.

En résumé, ce livre s’adresse principalement en particulier aux jeunes chercheurs désireux de mieux tirer bénéfice de ses lectures et souhaitant mieux communiquer ses résultats, l’accent étant mis aussi bien sur la communication écrite qu’orale. Une abondante bibliographie complète l’ouvrage.