Accueil / Notes de lecture / Causes Toujours ! Les pièges de la causalité

Causes Toujours ! Les pièges de la causalité

Publié en ligne le 3 novembre 2013
Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n° 306, octobre 2013

Alors même que cet ouvrage s’ouvre sur une très intéressante comparaison entre les enfants de trois ans, entamant leur âge des « pourquoi », avec les adultes – qui continuent, eux-aussi, à s’interroger toute leur vie durant –, on est frappé d’emblée par la subtilité des raisonnements des auteurs. Ceux-ci nous prennent pour des adultes intelligents, et ce respect du lecteur ne faiblira pas.

Isabelle Drouet, qui enseigne la philosophie à la Sorbonne et Nicolas Gauvrit, maître de conférences en mathématiques, psychologue, docteur en sciences cognitives 1, offrent en effet un petit bijou où l’on apprend quelque chose à chaque page ! Ils éclairent ainsi le lecteur sur un sujet des plus passionnants : comment identifier de façon fiable une relation de cause à effet ?

On commence par cerner la notion de cause elle-même, qui n’est pas sans poser de nombreux problèmes philosophiques, puis on évoque les « pièges de la causalité » du sous-titre. Les causes que l’on ne voit pas, les erreurs d’attribution 2, les causes masquées par d’autres, les causes hallucinatoires, etc. Les exemples sont toujours éclairants, pertinents et permettent d’étudier chaque hypothèse avec suffisamment de précision pour être assez complet pour un livre de 70 pages. Les différents pièges sont bien exposés, les difficultés clairement mises en évidence, et la phrase finale, mettant à l’honneur le doute, montre bien l’ampleur de la tâche. Il n’est jamais facile de déterminer les causes de quoi que ce soit. Je vais tout de même m’y risquer : le talent des auteurs est bien la cause de la qualité de cet ouvrage qui devrait rejoindre toutes les bibliothèques ; oui, même la vôtre !

1 Membre de notre Comité de Rédaction.

2 Voir l’article « Psychologie des attributions causales » de Jacques Van Rillaer, SPS n° 305, juillet 2013.

Publié dans le n° 306 de la revue


Partager cet article