Accueil / Notes de lecture / 100 Questions sur l’Univers

100 Questions sur l’Univers

Publié en ligne le 28 mars 2015
Note de lecture de Christine Mourlevat-Brunschwig

Les livres aux cent questions ou autres chiffres ronds sont à la mode. Celui-ci ne déroge pas à la règle en apportant des réponses rapides à des questions… rapides ! D’où une certaine efficacité, même si parfois, le vocabulaire un peu spécialisé est souvent considéré comme implicitement connu.

L’ouvrage est découpé en cinq grands chapitres un peu fourre-tout : Astronomes, lumières et télescopes ; Soleil, planètes et système solaire ; Voie lactée, étoiles et trous noirs ; Galaxies, univers et big bang ; La vie dans l’univers. Le lecteur peut être rapidement saisi de vertige devant toutes ces questions un peu hétéroclites. Cela va de « Qu’est-ce qu’une constellation ? » à « Qu’est-ce que la théorie des cordes ? » ; de « D’où vient l’énergie du Soleil ? » à « Y a-t-il eu un avant le Big Bang ? » ; de « Y a-t-il beaucoup d’antimatière dans l’univers ? » à « Peut-on croire à la vie extraterrestre ? »... Le contenu est donc fatalement un peu trop réduit pour être véritablement passionnant, par exemple l’aventure de l’apparition de la vie en une page, c’est un peu frustrant !

Jean-Pierre Luminet, astrophysicien, écrivain et poète se devait de nous réserver quelques écrits hors du commun. On pourra certes noter quelques belles idées comme ces « hiéroglyphes du système solaire primitifs pouvant être déchiffrés par les sondes » ou « mille ans pour les étoiles sont comme un battement de cil pour nous ». Mais elles sont beaucoup trop rares et le livre, finalement un peu raide, est plutôt impersonnel. Peut-être cet exercice littéraire contraignant est-il peu inspirant ?

L’absence desséchante d’illustrations renforce encore cette déception. Comment, de nos jours, présenter l’astrophysique au grand public sans un minimum d’images ou de dessins ?

Et lorsqu’arrivera l’heure où sonnera la centième question : « Combien pourrait-il y avoir de civilisations avancées dans notre galaxie ? », le lecteur a presque envie d’être sourd pour ne pas entendre le énième retour de gong de la fameuse équation de Drake, leitmotiv trompeur de la littérature de vulgarisation en astronomie 1.

Avec trop de questions, sans doute, pour pas suffisamment de réponses, le livre remplit malgré tout son rôle purement informatif. La qualité des informations données reste bel et bien au rendez-vous. Une documentation rapide donc, de première nécessité, mais sérieuse.

1 Comme l’a montré Nicolas Gauvrit dans son article « Deux formules de l’espace », SPS n°299, janvier 2012


Partager cet article