Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > Une première : l’évolution des gaz à effet de serre sur 800 000 (...)

Une première : l’évolution des gaz à effet de serre sur 800 000 ans

jeudi 22 mai 2008

Pour prédire l’évolution future des gaz à effet de serre, retracer leur évolution passée, de plus en plus loin dans le temps, est un enjeu majeur.

C’est en analysant de la glace antarctique extraite dans le cadre du forage glaciaire EPICA 1, que les chercheurs français du LGGE-OSUG 2 et du LSCE-IPSL 3, épaulés par plusieurs partenaires internationaux 4, sont parvenus à repousser ces limites temporelles.

Ils ont pour la première fois reconstitué sur 800 000 ans l’évolution des teneurs en dioxyde de carbone et méthane, les deux principaux gaz à effet de serre après la vapeur d’eau.

Avec cet enregistrement, les scientifiques disposent de données de référence grâce auxquelles ils espèrent mieux prévoir le climat à venir de notre planète.

Ces résultats font l’objet de deux articles dans la revue Nature du 15 mai 2008.


Voir en ligne : Centre national de la recherche scientifique (CNRS)


1 Coordonné par la Fondation européenne pour la science (ESF) et la communauté européenne, le projet EPICA ou "European Project for Ice Coring in Antarctica" a obtenu le soutien financier de l’Union européenne et des 10 pays européens participants au forage (Belgique, Danemark, France, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse et Royaume-Uni). Les chercheurs français sont notamment soutenus par l’Agence nationale de la recherche (ANR), l’Institut national des sciences de l’univers (INSU-CNRS) et le CEA. La logistique sur le terrain à Dôme C a été assurée par l’Institut polaire français Paul-Emile Victor (IPEV), en partenariat avec le Programme national italien de recherche antarctique. EPICA a reçu le Prix Descartes pour la recherche en mars 2008.

2 Laboratoire de glaciologie et géophysique de l’environnement, CNRS / Université Joseph Fourier

3 Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, CNRS / CEA / Université Versailles Saint Quentin

4 l’Institut de Physique et le Centre Oeschger sur la recherche climatique de l’Université de Berne (Suisse), entre autres.