Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > Une nouvelle lumière sur l’énergie sombre

Une nouvelle lumière sur l’énergie sombre

mercredi 13 février 2008

L’accélération de l’expansion de l’Univers est un phénomène pour l’instant inexpliqué.

Ce mystère pourrait être levé grâce à une nouvelle méthode mise au point par une équipe internationale de chercheurs, dont plusieurs appartiennent à des laboratoires associés au CNRS 1.

Pour cela, les scientifiques ont, pour la première fois, mesuré la position et la vitesse de plus de 10 000 galaxies dans l’Univers lointain 2. Cette campagne d’observation a été menée via l’instrument VIMOS 3, dont le responsable est Olivier Le Fèvre, directeur du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (LAM, CNRS / Université de Provence / Observatoire astronomique Marseille Provence). Non seulement cette méthode inédite apporte des informations précieuses sur la nature de l’énergie noire, mais elle ouvre aussi de nouvelles perspectives sur l’identification de l’origine de l’accélération cosmique.

Elle fait l’objet d’une publication dans Nature le 31 janvier.


Voir en ligne : Centre national de la recherche scientifique (CNRS)


1 Il s’agit du Laboratoire d’astrophysique de Marseille (CNRS / Université de Provence / Observatoire astronomique Marseille Provence), du Centre de physique théorique, (CNRS / Université de Provence / Université de la Méditerranée / Université de Toulon), de l’Institut d’astrophysique de Paris (CNRS / Université Paris 6/ Observatoire des sciences de l’univers) et du Laboratoire d’astrophysique de Toulouse et de Tarbes (CNRS / Université Toulouse 3 / Observatoire Midi-Pyrénées).

2 Ici, l’Univers lointain correspond à des galaxies observées à une époque où l’Univers était âgé de 7 milliards d’années (soit la moitié de l’âge de l’Univers).

3 Le LAM a été le coordinateur du consortium d’instituts européens qui a construit le VIsible Multi-Object Spectrograph (VIMOS) pour le très grand télescope VLT de l’ESO (Observatoire européen austral).