Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > La fin du "Citius" : l’évolution des records du monde annonce les limites de (...)

La fin du "Citius" : l’évolution des records du monde annonce les limites de la progression physiologique humaine

mercredi 26 mars 2008

Aussi surprenant que cela puisse paraître, les records du monde, au delà de leur signification à l’échelle de l’histoire du sport, sont aussi sources de controverse scientifique en ce qu’ils génèrent les indicateurs des limites physiologiques humaines.

L’équipe de l’IRMES, Institut de Recherche bioMédicale et d’Epidémiologie du Sport, dont l’Inserm est partenaire 1 vient d’analyser l’ensemble des 3263 records du monde homologués des 5 disciplines olympiques quantifiées (athlétisme, natation, cyclisme, patinage de vitesse, haltérophilie) établis entre 1896, année des premiers Jeux olympiques de l’ère moderne, et aujourd’hui.

Ils concluent qu’en 2027, la moitié des records du monde ne sera plus améliorable de façon significative.

Leurs résultats sont publiés dans la revue PLoS One datée du 6 février 2008.


Voir en ligne : Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)


1 Le Ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports (MSJS) en partenariat avec l’Université Paris Descartes, l’Assistance Publique - Hôpitaux de Paris (AP-HP), l’Institut national du sport et de l’éducation physique (INSEP) et le Centre National du Développement du Sport (CNDS), a créé l’Institut de Recherche bioMédicale et d’Epidémiologie du Sport (IRMES) en 2006.