Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > Des éléments nouveaux pour comprendre la maladie de Parkinson

Des éléments nouveaux pour comprendre la maladie de Parkinson

vendredi 4 janvier 2008

Les chercheurs soupçonnent déjà depuis quelques années que l’accumulation de fer pourrait jouer un rôle dans des maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson. La
répartition précise du fer à l’intérieur des neurones n’avait pourtant jamais été observée jusqu’à présent par manque de techniques adaptées.

C’est désormais chose faite, grâce à une équipe de chercheurs du CNRS, de l’ESRF 1, de l’Université de Séville et de l’Inserm qui ont
étudié la distribution du fer, in vitro, sur un modèle de neurone produisant de la dopamine, un neurotransmetteur en cause dans la maladie de Parkinson.

Les résultats observés suggèrent qu’en conséquence d’un stockage défectueux, les composés Fer-dopamine seraient hautement toxiques pour les neurones.

Ces travaux, réalisés grâce à une technique d’imagerie très fine développée au sein du synchrotron européen de Grenoble, sont publiés dans la revue PLoS One.


Voir en ligne : Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM)


1 installation européenne de rayonnement synchrotron (ESRF) à Grenoble.