Afis Science - Association française pour l’information scientifique

Science et pseudo-sciences

Accueil > Archives > À quelle vitesse réagit une cellule stressée ?

À quelle vitesse réagit une cellule stressée ?

vendredi 23 mai 2008

Soumise à un stress, telle la modification de son environnement, une cellule réagit plus ou moins rapidement pour assurer sa survie.

Chez la levure, cela passe par une succession de réactions connues, mais dont la dynamique n’avait jamais été étudiée. C’est désormais chose faite grâce au chercheur CNRS Pascal Hersen 1 et à ses collègues américains de l’Université de Harvard 2.

Après avoir mis au point un dispositif de mesures simple et innovant, les scientifiques ont confirmé l’hypothèse selon laquelle au-delà d’une certaine fréquence de stimulation, la cellule de levure ne répond plus à un stress osmotique 3. Les chercheurs sont dorénavant capables de mesurer la vitesse de réaction pour ce stress, et surtout, de modifier celle-ci en supprimant certains gènes.

Ces travaux ouvrent de nouvelles perspectives en ingénierie du vivant.

L’idée est de construire des cellules aux fonctions biologiques novatrices et dont la dynamique est contrôlée. Ils sont publiés en ligne sur le site de la revue PNAS.


Voir en ligne : Centre national de la recherche scientifique (CNRS)


1 Unité Matière et systèmes complexes (MSC, CNRS / Université Paris 7

2 Il s’agit de l’équipe dirigée par Sharad Ramanathan au Center for Systems Biology (Harvard University).

3 Le stress osmotique résulte d’une différence de concentrations en soluté (le sel par exemple), de part et d’autre de la membrane cellulaire, l’osmose désignant le phénomène de retour à l’équilibre par diffusion d’eau à travers cette membrane.