Les activités humaines, principal déterminant du bilan de carbone des forêts de l’hémisphère Nord

Les chercheurs de l’INRA de Bordeaux, en association avec des laboratoires du projet européen CARBOAGE1 et leurs homologues américains du réseau Fluxnet ont montré que la fixation de carbone par les forêts dépend des activités humaines via deux grands mécanismes : l’effet direct de l’exploitation des forêts et l’effet indirect des dépôts d’azote atmosphériques provenant de la pollution automobile et industrielle.

Il convient donc de tenir compte de ces effets dans l’établissement des bilans de fixation et de rejet de gaz carbonique par les forêts et leur prédiction.

Ces résultats font l’objet d’une publication dans la revue Nature du 14 juin 2007.

Voir en ligne: Institut national de recherche agronomique (INRA)

1 CARBOAGE (5ième PCRD) et sa suite, le projet CARBOEUROPE développé dans le cadre du 6ème PCRD, ont pour but de quantifier les échanges de gaz carbonique en Europe et de déterminer leurs effets à l’échelle du continent. Le projet CARBOEUROPE implique 69 instituts de recherche de 15 pays européens ainsi que le Brésil et la Russie.

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !