Lincoln-Kennedy : coïncidences... et différences !

par Jean-Pierre Thomas - SPS n° 251, mars 2002

On trouve souvent via Internet et le courrier électronique des fichiers ou messages appelés « forward » (textuellement : « en avant ») de nature diverse et variée, dont l’origine est rarement identifiable, et que les internautes se diffusent les uns les autres en une chaîne sans fin (de l’un à l’autre, le message est poussé « en avant »), ce qui fait que souvent il arrive de les recevoir plusieurs fois à quelques jours ou quelques semaines d’intervalle. C’est une libre circulation de l’information, de bonne ou de moins bonne qualité, distrayante ou pas, mais cela n’a rien de choquant.

Alors pourquoi en parler ?

Parce que récemment, nous avons reçu un fichier de ce genre, contenant à propos de deux présidents américains devenus quasiment légendaires des affirmations récurrentes qui laissent entendre incidemment que le hasard ne serait pas seul responsable de tels destins.

Les présidents Lincoln et Kennedy : des coïncidences troublantes ?

Lincoln et Kennedy, puisque c’est d’eux qu’il s’agit, ont d’ailleurs souvent fait l’objet de comparaisons. Leur disparition tragique (partagée d’ailleurs par deux autres présidents américains également assassinés, les républicains James A. Garfield le lundi 19 septembre 1881 et William McKinley en septembre 1901) et le fait que Lincoln représentait une figure historique pour Kennedy, ne sont sans doute pas étrangers à ce rapprochement, d’autant que les deux personnages se suivent directement dans l’ordre alphabétique des présidents américains.

JPEG - 4.6 ko
Abraham Lincoln et John F. Kennedy : deux présidents américains aux coïncidences troublantes.

Notre ami Jacques Poustis a commenté dans Science et pseudo-sciences n° 248 ce que lui inspirait ce type de rapprochement, mais aussi peu enclin par nature que lui à accréditer sans réserve la thèse sous-tendue par le texte qu’il dénonçait, nous avons pour notre part poussé un peu plus loin notre interrogation et, pour en démystifier les affirma tions, sommes remonté aux sources de la réalité historique des faits allégués afin de jauger exactement la situation. En voici le résultat, qui montre une fois de plus qu’il faut souvent dépasser l’apparence des choses et ne pas se contenter d’affirmations péremptoires sans les vérifier un tant soit peu.

Signalons d’ailleurs que quelques-unes des affirmations de ce texte (pas forcément les plus inexactes) se retrouvent dans certaines pages que nous avons consultées à cette occasion sur Internet. Qui inspire qui ? Ce mystère-là, nous ne l’avons pas encore éclairci.

La version que nous avons reçue est d’origine probablement américaine, puisqu’il est signalé en tête « Traduction en français par PL » (sans que ces initiales soient plus clairement explicitées). Ce mystérieux PL affirme que « les informations qui suivent sont véridiques et vérifiables ». Elles sont reproduites dans l’encadré ci-après.

Le texte circulant sur internet

Abraham Lincoln fut élu au congrès en 1846. John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946.

Abraham Lincoln fut élu président en 1860. John F. Kennedy fut élu président en 1960.

Les noms Lincoln et Kennedy sont composés de 7 lettres.

Les deux furent très attachés à la défense des droits civils.

Les épouses des deux présidents perdirent leur enfant alors qu’elles vivaient à la Maison Blanche.

Les deux présidents furent tués d’une balle dans la tête. Les deux présidents perdirent la vie un vendredi.

La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy. La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln.

Les deux présidents furent assassinés par des « sudistes ». Les deux présidents eurent pour successeur un « sudiste ».

Le nom de chacun de leurs successeurs comportait 7 lettres, les deux s’appe laient Johnson.

Andrew Johnson, qui succéda à Lincoln, est né en 1808. Lyndon Johnson, qui succéda à Kennedy, est né en 1908.

John Wilkes Booth, qui assassina Lincoln, est né en 1839. Lee Harvey Oswald, qui assassina Kennedy, est né en 1939.

Les deux assassins étaient connus par leurs trois noms. Le total respectif des lettres de leurs trois noms comporte 15 lettres.

Lincoln mourut dans un théâtre appelé « Kennedy ». Kennedy mourut dans une voiture appelée « Lincoln ».

John Wilkes Booth tenta de s’échapper depuis un théâtre et fut arrêté dans un immeuble. Lee Harvey Oswald tenta de s’échapper depuis un immeuble et fut arrêté dans un théâtre.

Booth et Oswald furent assassinés avant leur procès...

Et maintenant le plus surprenant...

Une semaine avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroe, Maryland. Une semaine avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe.

Tout ceci n’est que pure coïncidence... ? N’est-il pas possible que notre monde soit guidé par des forces qu’en réalité nous ne connaissons pas... ? La vérité et la réalité sont probablement... dans l’obscurité...

En fait, ces affirmations ont commencé à apparaître peu après la mort de Kennedy en 1963. Leur nombre s’est progressivement accru pour arriver au contenu du « forward » susdit, mais on le retrouve ici ou là avec quelques variantes. Dans certains cas, il est affirmé que les deux présidents auraient été dissuadés de se rendre au lieu de leur assassinat peu de temps auparavant. Outre le défaut de preuve matérielle de ces affirmations, il faut noter que les menaces de mort formulées à l’encontre de tout dirigeant poli-tique sont souvent légion, particulièrement dans les périodes conflictuelles, comme ce fut le cas pour Lincoln en pleine guerre de Sécession, ou pour Kennedy, à un moindre degré, avec la guerre du Vietnam ou l’émancipation des noirs. Pour Lincoln, on ne recense pas moins de quatre-vingts lettres avérées de menace de mort ou d’enlèvement reçues pendant sa présidence ! Lincoln connut aussi une autre tentative d’assassinat dont il ne fut pas averti au préalable. Enfin on oublie toutes les menaces variées qui ne sont (heureusement) pas suivies d’effet dans la réalité.

« Abraham Lincoln fut élu président en 1860. John F. Kennedy fut élu président en 1960 »

Ce qui converge :

Les dates de l’élection (1806 et 1960) ; Ils sont tous deux élus à la majorité relative (39,79 % pour AL, mais 49,71 % pour JFK).

Ce qui diverge :

La date de l’élection : le vendredi 6 novembre (AL) et le mardi 8 novembre (JFK) ; Leurs âges : 51 ans (Al) et 43 ans (JFK) ;

Leurs partis politiques : Républicain (AL) et Démocrate (JFK) ;

Leur rang de succession parmi les présidents américains : Seizième (AL) et trente-cinquième (JFK), sans relation claire entre ces deux nombres ;

Leur date de prise de pouvoir : le lundi 4 mars 1861 (AL) et le vendredi 20 janvier 1961 (JFK) ;

AL sera réélu le mardi 8 novembre 1864 et se succèdera à lui-même le samedi 4 mars 1865, alors que JFK ne sera pas réélu puisque assassiné en cours de mandat ; JFK est le premier président américain de confession catholique, ce qui n’est évidemment pas le cas d’AL.

Comparatif des coïncidences revendiquées

Nos lecteurs savent que l’esprit critique n’est pas de dénigrer pour le plai sir ou de rejeter a priori, mais d’essayer d’user de lucidité pour se faire sa propre opinion sur une question. Plus les allégations paraissent extraordinaires, plus la circonspection sceptique est de mise et plus la vérification des faits doit être rigoureuse. Ces informations « véridiques » selon PL, comme il le dit lui-même, sont aussi « vérifiables ». Nous avons pris notre courage à deux mains et mené l’investigation jusqu’au bout pour ceux de nos lecteurs qui n’en auraient ni le temps, ni le courage, en précisant l’essentiel de nos sources, au contraire de ces annonces « extraordinaires » qui ne citent jamais les leurs.

Pour simplifier nous abrégerons les noms des présidents en AL pour Lincoln et JFK pour Kennedy.

« Abraham Lincoln fut élu au congrès en 1846. John F. Kennedy fut élu au congrès en 1946 »

Ce qui converge :

Les dates de l’élection (1846 et 1946).

Ce qui diverge :

Le poste auquel ils sont élus : AL est élu sénateur (Il n’occupe réellement son siège qu’en décembre 1847). JFK est élu à la chambre des représentants et ne sera élu sénateur qu‘en 1952 ;

AL ne sera pas réélu ; JFK sera réélu plusieurs fois.

« Les noms Lincoln et Kennedy sont composés de 7 lettres »

Ce qui converge :

Le nombre de lettres de leurs noms (sept).

Ce qui diverge :

Le nombre de lettres de leurs prénoms : sept pour AL et quatre ou quatorze pour JFK si l’on prend un seul ou les deux prénoms.

« Les deux furent très attachés à la défense des droits civils »

Ce qui converge :

AL défend l’abolition de l’esclavage et JFK défend l’émancipation des noirs. Admettons sans trop de sévérité la convergence, car « la défense des droits civils » est à vrai dire un fourre-tout dans lequel on peut intégrer beaucoup de choses ;

L’aboutissement de cette lutte : le 13e amendement de la Constitution qui abolit l’esclavage est ratifié le lundi 18 décembre 1865, huit mois après la mort d’AL, alors que le Civil Rights Act reconnaissant les droits civiques aux noirs est voté en juillet 1964, huit mois après la mort de JFK. Aucun des deux présidents n’aura vu le résultat de sa lutte de son vivant, survenu dans un même délai après leur décès. Notons que leur engagement dans ces causes reste très lié à la contrainte politique conjoncturelle.

« Les deux présidents furent tués d’une balle dans la tête. Les deux présidents perdirent la vie un vendredi »

Ce qui converge :

Meurtres par balles dans la tête pour AL, une dans la tête et une au travers du cou pour JFK. Les deux présidents étant assis à l’instant de leur meurtre, le meilleur moyen de les tuer était de viser la tête ; Le jour des attentats, un vendredi.

Ce qui diverge :

Les distances de tir : à bout portant (AL) et à plus de 50 m (JFK) ; Les armes utilisées : pistolet (AL) et fusil (JFK) ;

Les dates : Attentat le 14 avril 1865, en soirée, mais mort le lendemain (AL), et le 22 novembre 1963 vers 12 h 30 (JFK) ;

Le jour du décès : le lendemain de l’attentat, un samedi (AL) et le jour même (JFK) ;

Le lieu de l’attentat : À l’intérieur du Théâtre Ford (et non Kennedy) de Washington, au 3e acte de la pièce « Notre cousin américain » (AL) et à l’extérieur, dans une voiture de marque Lincoln (JFK). Aucune relation entre les deux, sauf que la marque automobile Lincoln appartient au groupe Ford, et que Ford est aussi le nom d’un ancien président américain ;

L’âge des présidents : 56 ans et 2 mois (AL) et 46 ans et 5 mois (JFK).

« Les épouses des deux présidents perdirent leur enfant alors qu’elles vivaient à la Maison Blanche »

Ce qui converge :

Chaque président perd un fils durant son mandat.

Ce qui diverge :

Les prénoms des enfants décédés : William Wallace (AL) et Patrick (JFK) ; Les dates de décès : jeudi 20 février 1862 (AL) et vendredi 9 août 1963 (JFK) sans relation de jours, mois ou années ;

L’âge des enfants décédés : 11 ans et 2 mois (AL) et 2 jours (JFK) ; La cause du décès des enfants : typhoïde (AL) et prématurité (JFK) ;

Le nombre des enfants présidentiels et leurs sexes : 4 fils pour AL et 3 enfants (2 fils, une fille) pour JFK ;

La naissance d’un enfant durant son mandat pour le seul JFK.

Signalons aussi qu’au contraire de Kennedy, Lincoln perdra un autre de ses enfants. Avant sa présidence, son fils Edward Baker, né le mardi 10 mars 1846, décède le vendredi 1er février 1850.

A propos des meurtriers (John Wilkes Booth - JWB - pour AL et Lee Harvey Oswald - LHO - pour JFK).

Ce qui converge :

Les deux meurtriers étaient connus par deux prénoms, comme de nom breux Américains, en raison des homonymies fréquentes dans ce pays ; Le nombre de lettre de l’ensemble des noms et prénoms des personnages : quinze ;

Leurs origines « sudistes » : LWB était sudiste (au sens de « sécession niste ») et né dans le Maryland (état non sécessionniste). LHO était un pro-communiste avéré, né en Louisiane (état sécessionniste). Notons qu’il est ici fait la confusion abusive entre « sudiste », au sens politique sous AL (ce qui n’a plus de sens sous JFK) et « né dans le sud des USA ».

Ce qui diverge :

Pas de rapprochement si l’on s’en tient au nombre de lettres des seuls noms (comme pour les présidents) ou prénoms : 5 + (4 + 6) (JWB) et 6 + (3 + 6) (LHO) ;

Les dates de naissance : vendredi 10 mai 1838 (et non 1839) (JWB) et jeudi 18 octobre 1939 (LHO) ;

Leur âge : 26 ans 11 mois 16 jours (LWB) et 24 ans 1 mois 6 jours (LHO) ; Les statuts matrimoniaux : Célibataire (JWB) et marié avec deux enfants (LHO) ;

Les circonstances du décès des meurtriers où rien ne correspond (ni la façon d’être arrêté ou de mourir, ni le nombre de jours après l’attentat, ni les dates) : JWB est tué lors de son arrestation, vivant, le mercredi 26 avril 1865, 12 jours après l’attentat, de dos, d’une balle dans le cou, mais survit trois heures à sa blessure mortelle, tandis que LHO est tué d’une balle dans l’abdomen, de face, lors d’un transfert de prison, par Jack Ruby, le dimanche 24 novembre 1963, deux jours après l’attentat, et ne survit de quelques minutes ;

La tentative de fuite : depuis le théâtre Ford, où il tira sur AL (JWB) et depuis le Texas School Book Depository, un entrepôt où il travaillait (LHO) ;

Le lieu d’arrestation : dans une grange (et non un « immeuble ») (JWB) et au Texas Theater, un cinéma (et non un théâtre, malgré son nom).

Si l’on ne s’en tient pas aux approximations, il n’y a pas convergence entre un théâtre et un cinéma d’une part, une grange et un entrepôt d’autre part.

« La secrétaire de Lincoln s’appelait Kennedy. La secrétaire de Kennedy s’appelait Lincoln »

Ce qui converge : rien.

Ce qui diverge :

Les seuls secrétaires d’AL historiquement connus se nommaient John G. Nicolay et John Hay, et non Kennedy, contre Evelyn Lincoln, effectivement secrétaire de JFK.

« Le nom de chacun de leurs successeurs comportait 7 lettres, les deux s’appelaient Johnson »

Les successeurs étaient : Andrew Johnson (AJ) pour AL et Lyndon Baynes Johnson (LBJ) pour JFK.

Ce qui converge :

Le nom : Johnson (« fils de John »), nom très répandu aux États-Unis ; Les années de naissance 1808 et 1908 ;

Le jour de naissance : un jeudi ;

Les lieux de naissance : Raleigh en Caroline du Nord (dernier état sécessionniste) pour AJ, mais le personnage était un anti-sécessionniste affirmé, puisque vice-président d’AL ; le Texas (état sécessionniste) pour LBJ, avec la même remarque que pour les meurtriers « sudistes ».

Ce qui diverge :

Les dates de naissance : 29 décembre (successeur d’AL) et 27 août (successeur de JFK) ;

Leurs partis politiques, comme pour les présidents : Républicain (AJ) et Démocrate (LBJ) ;

AJ ne sera pas réélu en fin de mandat au contraire de LBJ, réélu le mardi 3 novembre 1964 ;

Leur décès, sans convergence de jours, mois ou années : le samedi 31 juillet 1875 (AJ) et le lundi 22 janvier 1973 (LBJ) ;

Leurs âges : 66 ans, 7 mois et 2 jours (AJ) et 64 ans, 4 mois et 26 jours (LBJ).

« Une semaine avant d’être assassiné, Lincoln était en vacances à Monroe, Maryland. Une semaine avant d’être assassiné, Kennedy était en vacances avec Marilyn Monroe »

AL aurait été en vacances à Monroe, dans le Maryland. Nous n’avons pu vérifier cette assertion. Notons qu’il n’est pas répertorié de ville dénommée Monroe dans le Maryland dans les atlas que nous avons consultés, parmi une douzaine de cités homonymes aux États-Unis.

JFK aurait été en vacances avec Marylin Monroe, ce qui est faux et impossible, celle-ci étant décédée le dimanche 5 août 1962, soit plus de quinze mois auparavant !

Cette comparaison infondée semble d’origine récente dans ce comparatif pré sidentiel. En version anglaise, il est dit que les deux présidents étaient « in Monroe » (« dans Monroe »), allusion graveleuse aux relations de Kennedy avec la célèbre actrice.

Mariages (non évoqués) de Lincoln et de Kennedy

Ce qui converge :

Le jour de naissance de leurs épouses : un dimanche.

Ce qui diverge :

Leurs dates de mariage, sans correspondance en jours, mois ou années : le vendredi 4 novembre 1842 (AL) et le samedi 12 septembre 1953 (JFK) ; Leurs âges à leur mariage : 33 ans, 8 mois et 23 jours (AL) et 36 ans, 3 mois et 14 jours (JFK) ;

Leurs épouses : Mary Todd (MT) pour AL, et Jacqueline Lee Bouvier (JLB) pour JFK, qui ne correspondent ni en ce qui concerne leurs prénoms, ni en ce qui concerne le nombre de lettres de leur noms et/ou prénoms ; Les dates de naissance des épouses, en jours, mois ou années : 13 décembre 1818 (MT) et 28 juillet 1929 (JLB) ;

Les dates de décès des épouses, en jours, mois ou années : le dimanche 16 juillet 1882 (MT) et le jeudi 19 mai 1994 (JLB) ;

Les âges des épouses : 63 ans, 7 mois et 3 jours (MT) et 64 ans, 9 mois et 21 jours (JLB).

Autres caractéristiques des présidents non signalées

Ce qui converge :

Leurs lieux de naissance, dans des états non sécessionnistes (!) : Brook line, Massachussets (AL) Et Hardin County, Kentucky (JFK) ; Le même nombre de frères que de sœurs, pour chacun : un frère (décédé enfant) et une sœur (AL) et quatre frères et quatre sœurs (JFK).

Ce qui diverge :

Leur première élection : 1834 (député de l’assemblée de l’Illinois) pour AL et 1946 (représentant du Massachussets au Congrès) pour JFK ; AL ne sera pas réélu après ce mandat, alors que JFK sera réélu à plusieurs reprises ;

Leurs dates de naissance, qui ne correspondent ni pour les jours, mois ou années : dimanche 12 février 1809 (AL) et mardi 29 mai 1917 (JFK) ; Une fratrie différente : trois enfants pour les parents d’AL, neuf pour ceux de JFK.

Quel bilan tirer de l’analyse de ces comparaisons ?

Seize convergences sont annoncées. En réalité, nous en dénombrons au maximum dix, en étant compréhensif... (ainsi, celle sur l’assassin et le successeur « sudistes »). Six coïncidences sont en réalité fausses ou inexactes (les propositions 6, 7, 11, 13, 14 et 16 de notre premier encadré). Ajoutons que nos propres investigations nous ont permis de mettre en évidence de vraies coïncidences que les auteurs du texte étudié n’ont même pas relevées ! Notons cependant que ces vraies coïncidences non relevées paraissent quand même bien peu sensationnelles (épouses présidentielles nées toutes deux un dimanche, présidents élus tous deux à la majorité relative, ils avaient chacun autant de frères que de sœurs et sont nés dans des états non sécessionnistes). Mais notre étude a également mis en évidence 46 points de divergences sur les sujets évoqués en termes de « coïncidences ».

« Tout ceci n’est que pure coïncidence... ? N’est-il pas possible que notre monde soit guidé par des forces qu’en réalité nous ne connaissons pas... ? » est-il suggéré en fin de « forward ».

Ne serait-ce pas plutôt la façon subjective et partielle, voire erronée, de présenter les événements (le nom du théâtre de l’attentat contre Lincoln, les vacances « Monroe » une semaine avant leur assassinat, le lieu d’arrestation des meurtriers, le nom des secrétaires...), pour les faire coûte que coûte rentrer (plus ou moins consciemment, d’ailleurs) dans un schéma explicatif préétabli, qui puisse donner cette illusion ? Nous savons bien que quand on veut trouver des mystères... Comme les promesses électorales, ils n’existent sans doute que pour ceux qui veulent y croire. Rappelons que notre ami Jean-Pierre Adam, membre de notre comité de parrainage, a retrouvé, par boutade, rien moins que la distance Terre-Lune, le nombre p, et la for-mule chimique de la naphtaline dans les dimensions d’une guérite de marchande de billets de loterie de l’Avenue Wagram à Paris !1. Tout est dans tout, c’est bien connu, quand on veut bien se donner la peine de faire rentrer tout dans n’importe quoi d’autre. Et tant qu’on y est, il est tentant « d’améliorer » le score, pour ne pas avoir à reconnaître la vanité d’une recherche infructueuse et s’auto-satisfaire (sans que cela soit toujours conscient, répétons-le), en rendant encore plus stupéfiant l’extraordinaire.

Si les forces chargées de régir certains destins auxquelles il est fait allusion existent, elles semblent en tout cas chichement douées pour créer de véritables coïncidences d’une précision d’horlogerie suisse capables de vraiment nous ébahir... Elles laissent même la place à bien des approximations plus ou moins douteuses et tirées par les cheveux, voire à de complètes divergences.

« La vérité et la réalité sont probablement... dans l’obscurité... ». Ce qui reste sans doute vrai pour ceux qui ne cherchent pas trop à recourir à la lumière de la raison critique.... Et se contentent d’informations approximatives, superficielles, sélectives, incomplètes, voire infondées. Quant aux informations « véridiques et vérifiables », sans parler de l’objectivité ou de l’impartialité des critères de leur sélection, nos lecteurs restent juges de leur véracité au vu de ce qu’ils viennent de lire.

Mise au point « pinailleuse » ?

Cette petite mise au point paraîtra sans doute quelque peu ennuyeuse, « pinailleuse » ou mesquine à ceux qui ont mis à jour ces « coïncidences », mais toute tentative critique qui brise un rêve ou démystifie des illusions n’est jamais perçue favorablement et ne pourra jamais convaincre ceux qui veulent croire coûte que coûte. Isaac Asimov, écrivain scientifique, et auteur de science-fiction, nous rappelle que « se contenter de croire vous évite la pénible nécessité de penser ». Henri Broch, professeur de Physique et de zététique à l’université de Nice Sophia-Antipolis ajouterait « esprit (critique), es-tu là ? ».

Références
Sources bibliographiques :

Articles Lincoln (Abraham) et Kennedy (John Fitzgerald) in Encyclopaedia Univer salis

Quid 1993, Robert Laffont

Chroniques de l’humanité, Éditions Chronique, 1986

Les grands procès, Larousse, 1995

Sources informatiques :<

http://www.snopes2.com/spoons/fracture/linckenn.htm (très en rapport avec le sujet du présent article, ce site nous a aimablement été signalé par Paul-Éric Blan rue, président du Cercle Zététique, que nous remercions pour cette information) http://www.ipl.org

http://www.ibiblio.org/lia/president/pressites/PresidentS-list2.html

http://www.nps.gov

http://www.cs.umb.edu/jfklibrary

www.whitehouse.gov

http://odur.let.rug.nl (ce site très fourni offrant de nombreux liens fort utiles à la recherche que nous avons menée)

Merci aussi à notre ami Jacques Poustis pour sa relecture vigilante et ses suggestions pertinentes.

En marge du présent article, signalons aussi l’excellente page Internet du Cercle Zététique (rédigée par notre ami Paul-Eric Blanrue) consacrée à l’assassinat du président Kennedy, très bien documentée, et qui éclaircit bien des allégations infondées sur cet événement historique :
http://www.zetetique.ldh.org/kennedy.html

1 In Le passé recomposé. Chroniques d’archéologie fantasque, Le Seuil, collection Science Ouverte, 1988.

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !