« Marche et jeûne »

Au 20 h de France 2

par Fabrice Neyret

Jeudi 27 décembre 2007, dans le cadre du journal télévisé de 20 h sur France 2, était présentée pendant plus de trois minutes une activité de « marche et jeûne », s’inscrivant dans une démarche de « naturopathie » : pendant cinq jours la nourriture des randonneurs se limite à l’absorption d’eau et de jus de fruits. On nous montre un groupe de femmes ravies (les clients sont surtout des femmes), en pleine marche ou lors de pauses, de séances de yoga, ou du repas final.

Proposé par un jeune naturopathe, Wilfried Verissima (épaulé pour le yoga par son frère Rodolphe), ce stage itinérant, nous précise la voix off, n’a « aucune prétention médicale » mais concerne le « bien être » et permet « d’éliminer les toxines et de purger l’organisme » (ce qui ressemble fort à une prétention médicale).

Le seul point contesté à la fin du sujet est le prix : 500 euros, hébergement et repas non compris. Deux petite réserves : une femme se dit déçue de n’avoir perdu « que deux kilos » (ce qui semble pourtant beaucoup, et surtout, qui n’était pas censé être le but du stage), et il est précisé à la fin qu’il faut quand même faire attention : « un jeûne mal préparé (?) peut être très dangereux ».

Dans le traitement de ce sujet, on se retrouve dans le classique schéma journalistique de posture de neutralité en forme de simulacre consistant à juxtaposer du pour et du contre (de préférence via des témoignages plutôt que par une analyse). Au final, cette neutralité est bien superficielle, ne serait-ce que par la manière plutôt bienveillante dont le sujet est traité. La critique et les réserves pèsent fort peu dans la balance (aucun contradicteur n’est entendu sur ce qu’on peut penser de ce type de méthode qui fait pourtant des dégâts depuis les pseudo-médecines jusqu’aux dérives sectaires). La contradiction flagrante entre le « sans prétention médicale » et l’« élimination des toxines » n’est pas relevée (en fait cela m’évoque un peu les précautions oratoires faciles de type « je ne suis pas raciste mais… »).

Enfin, mais peut-être devrait-ce être le premier sujet d’interrogation, pourquoi diable et par quel processus le comité de rédaction de France 2 a-t-il été amené à penser qu’il était primordial de nous parler de ce sujet là ?

Qu’en restera-t-il dans l’esprit du téléspectateur ? Sans doute quelque chose ressemblant à « globalement c’est bien et c’est sympa, peut-être un peu cher. Mais attention à passer par de bons praticiens ». Bref, globalement incitatif, avec l’esprit critique en dessous du service minimum. Hélas ! ce n’est pas la première fois qu’une chaîne de télévision, même publique, et jusque dans son journal du soir, fait la part belle à des sujets caressant les pseudo-sciences ou les pseudo-médecines. Comment arriver ensuite à faire contrepoids ?

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !