Le directeur de thèse d’Elizabeth Teissier nommé administrateur du CNRS

COMMUNIQUE DE L’ASSOCIATION FRANCAISE POUR L’INFORMATION SCIENTIFIQUE

le directeur de thèse d’Elizabeth Teissier nommé administrateur du CNRS

Le 24 février 2004, répondant aux dizaines de milliers de chercheurs qui, avec leurs syndicats et le collectif « sauvons la recherche », se mobilisaient « contre une destruction programmée de l’appareil de recherche français », Patrick Devedjian gratifiait la communauté scientifique d’une réponse tonitruante : « Chez nous, les intellectuels ont l’habitude de signer des pétitions, aux Etats-Unis, ils ont des prix Nobel. ».

Avec une telle détermination et de telles ambitions affichées, c’est donc un message fort qui pouvait être légitimement attendu de l’actuel gouvernement des amis de Patrick Devedjian avec les choix de personnalités nommées dans le cadre du renouvellement du conseil d’administration du centre national de la recherche scientifique (CNRS).

C’est donc avec un étonnement d’autant plus grand que les citoyens et les citoyennes de notre pays, et parmi eux la communauté scientifique, ont pu découvrir dans la liste des personnalités nommées par le décret du 5 octobre 2005* le Professeur Michel MAFFESOLI, sociologue de la « postmodernité », choisi « en raison de [sa] compétence scientifique et technologique ».

Il ne nous appartient pas d’émettre une interrogation et a fortiori un jugement sur les compétences démontrées par le Professeur Michel MAFFESOLI ès qualité de sociologue. Mais nous sommes fondés à nous interroger, comme chaque citoyen et chaque citoyenne de notre pays, tout comme la communauté scientifique nationale et internationale, sur l’interprétation qu’il convient de donner au choix gouvernemental de nommer comme administrateur du CNRS celui dont une célébrité fort peu scientifique s’est construite ès qualité de directeur de thèse de la « thèse de sociologie » présentée en 2001 par Madame Elizabeth TEISSIER (Germaine HANSELMANN selon l’état civil) sous le titre « La situation épistémologique de l’astrologie a travers l’ambivalence fascination/rejet dans les sociétés postmodernes ».

Ce qui avait fait légitimement scandale à l’époque, ce n’était pas, bien sûr, que l’astrologue de Télé 7 Jours soutienne une thèse à l’Université, mais que ce qui a été présenté comme un travail de sociologie par le Professeur Michel MAFFESOLI se révèle, à la lecture, n’être qu’un « plaidoyer vibrant pour l’astrologie ». En effet, bien loin des sciences sociales, la « thèse de sociologie » met en avant les « preuves irréfutables en faveur de l’influence planétaire » et, comme l’indique la présentation de sa publication pour le grand public (L’homme d’aujourd’hui et les astres, Editions Plon 2001) « constate, puis démontre brillamment » la pérennité de l’astrologie es qualité de science ...

Cette « non-thèse de sociologie » était alors analysée en détail par un collectif pluridisciplinaire** alors que de leur côté les chercheurs en sciences sociales et l’association des sociologues enseignants du supérieur, dénonçant l’imposture et le dévoiement de leur discipline, soulignaient que « la soutenance de thèse de Mme Teissier, ses dérives médiatiques et surtout l’usage qu’elle en fait, en remettant en cause les principes scientifiques, le sérieux et l’utilité sociale de notre discipline, portent un préjudice grave à l’université, à la sociologie française et à l’ensemble de notre profession ».

Cependant, comme le soulignait à l’époque le Professeur Bernard LAHIRE (sociologue, Ecole Normale Supérieure), « Que les choses soient claires : Elizabeth TEISSIER ne peut être tenue pour responsable de ce qui s’est passé à la Sorbonne et elle n’aurait pas même eu l’idée de frapper à la porte de notre discipline pour trouver un lieu de légitimation de ses propres intérêts d’astrologue si celle-ci n’était pas le refuge d’enseignants-chercheurs dépourvus de rigueur et parfois très explicitement anti-rationalistes. ». Et c’est ce qui donne tout le relief à cette nomination gouvernementale : est-ce donc cette « compétence »-là que le ministre a voulu récompenser en nommant le directeur de thèse de la conseillère astrale du Président MITTERAND au conseil d’administration du CNRS ?

Comme le disaient le collectif « Sauvons la Recherche » et les syndicats des personnels de la recherche scientifique en 2004, « il n’y a pas de recherche digne de ce nom sans des organismes de recherche et des universités puissantes, capables de réagir à la conjoncture scientifique internationale ». Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS), service public essentiel de la recherche dans notre pays, tient une place centrale dans ce dispositif. La nomination au conseil d’administration du CNRS, par le gouvernement, de celui par qui, sous couvert de « postmodernité », l’astrologie a repris pied à la Sorbonne, alors que Colbert l’en avait sortie en 1666..., ne peut qu’affaiblir cette institution essentielle pour la renommée et la qualité de la recherche dans notre pays.

L’Association Française pour l’Information Scientifique (AFIS) fait sienne la protestation des chercheurs et enseignants en Sciences sociales, soucieux de la crédibilité scientifique de leur discipline, et, avec eux, nous affirmons que « ce qui peut passer pour une provocation contre l’ensemble de la communauté scientifique peut être encore rectifié. C’est pourquoi nous demandons au Ministre d’abroger le décret renouvelant la composition du Conseil d’administration du CNRS et de proposer une autre composition qui soit à la fois respectueuse de l’exigence de parité et de la nécessité de la crédibilité scientifique du Conseil d’administration ». ***

le conseil d’administration de l’Association Française pour l’Information Scientifique,

le 7 novembre 2005,

par son vice-président, Michel NAUD


(*) décret du 5 octobre 2005

(**) Analyse de la thèse de Madame Elizabeth Teissier soutenue le 7 avril 2001 à l’Université Paris et intitulée : Situation épistémologique de l’astrologie à travers l’ambivalence fascination/rejet dans les sociétés postmodernes

- La non thèse de sociologie d’Elizabeth Teissier

Bernard Lahire, Sociologue, Professeur à l’ENS Lettres et Sciences Humaines

avec la collaboration de

Philippe Cibois, Sociologue, Professeur à l’Université de Versailles St-Quentin

Dominique Desjeux, Anthropologue, Professeur à l’Université Paris V

- Une non-thèse qui cache mal une vraie thèse : un plaidoyer pro-astrologique

Jean Audouze, Astrophysicien, Directeur du Palais de la découverte

Henri Broch, Physicien, Professeur à l’Université de Nice Sophia-Antipolis

Jean-Paul Krivine, Rédacteur en chef de la revue Science et pseudo-sciences.

Jean-Claude Pecker, Astrophysicien, Professeur honoraire au Collège de France, membre de l’Institut

Denis Savoie, Historien des sciences, Palais de la Découverte

- Remarques philosophiques conclusives

Jacques Bouveresse, Philosophe, Professeur au Collège de France

(***) Appel à signatures : Un conseil d’administration du CNRS doublement inacceptable !

« La composition annoncée du nouveau conseil d’administration du CNRS pose au moins deux problèmes : l’un regarde la parité homme/femme : une seule femme parmi les 21 membres. L’autre concerne la crédibilité scientifique,avec la nomination comme représentant des disciplines « Homme et Société » de Michel Maffesoli, un universitaire bien connu pour ses prises de position anti-rationalistes et anti-scientifiques. ... »

Premiers signataires : Christian Baudelot (PR, ENS Ulm) - Stéphane Beaud (PR, Université de Nantes) - Philippe Coulangeon (CR CNRS, membre de la section 36 du Comité national du CNRS) - François de Singly (PR, Université Paris-V) - Christine Détrez (MCF, ENS-LSH) - Jean-Louis Fabiani (Directeur d’études EHESS, Berlin Institute for Advanced Study) - Eric Fassin (professeur agrégé, Ecole normale supérieure, LSS et GTMS) - Yves Grafmeyer (PR, Univesité Lyon-2) - Annick Kieffer (IR CNRS, LASMAS) - Bernard Lahire (PR, ENS-LSH) - Emmanuel Lazega (PR, Université de Lille) - Catherine Marry (DR CNRS) - Pierre-Michel Menger (DR CNRS, Directeur d’études EHESS) - Gérard Mauger (DR CNRS, CSE) - Pierre Mercklé (MCF, ENS-LSH) - Louis Pinto (DR CNRS) - Claude Poliak (CR CNRS, CSE) - Alain Trautmann (Directeur de recherches au CNRS) - Loïc Wacquant (Professeur, University of California-Berkeley, CSE-Paris) - Florence Weber (PR, ENS Ulm)

Mis en ligne le 9 novembre 2005
4010 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !