Courrier des lecteurs : juillet à septembre 2017

Science et pseudo-sciences n°322 - octobre / décembre 2017

Erratum

Dans votre recension du livre sur Marie Curie (SPS 321, p. 102), vous mentionnez que Marie Curie a reçu deux fois le prix Nobel, pour sa découverte de la radioactivité et pour celle du radium. Marie Curie n’a pas découvert la radioactivité, c’est Henri Becquerel qui l’a fait. […] Son second prix Nobel lui a été attribué pour les découvertes du radium et du polonium. Ce dernier élément est sans doute pour elle le plus important puisqu’elle lui a donné le nom de sa patrie, défunte à cette époque. […] Voici quelques précisions sur l’histoire (bien connue) de Marie Curie. Ceci dit, j’apprécie beaucoup votre revue à ces bémols près.

Professeur honoraire Jean-Pierre Gaspard

Nous aurions dû effectivement être plus précis. Comme le rappellent les déclarations du comité Nobel, le premier prix a été attribué en 1903 conjointement à Henri Becquerel (pour sa découverte de la radioactivité naturelle), Marie Curie et Pierre Curie (pour leurs contributions à la découverte) ; le second, en 1911, a récompensé Marie Curie seule, pour sa découverte non seulement du radium mais aussi du polonium.


L’épidémie de pseudo-sciences, pas qu’en Russie

Le dossier sur l’épidémie de pseudosciences en Russie (SPS 320) m’a beaucoup intéressé et je l’ai apprécié. Mais il me semble que le tableau pour la France, et probablement pour le reste du Monde, n’est pas beaucoup plus encourageant. Je vois malheureusement partout, et on entend partout, dans les médias et dans la vie, les tenants de toutes les fausses sciences, de toutes les croyances injustifiées […].

Gérard Dussarrat

Vous avez, malheureusement, raison : les pseudo-sciences ne sont pas propres à un pays donné. Nous dénonçons souvent, dans notre revue, ce qui se passe en France. Nous avons également réalisé des dossiers, par exemple, sur le créationnisme aux États-Unis. Les formes que peuvent prendre ces vagues d’obscurantisme sont aussi influencées par des caractéristiques économiques, culturelles ou politiques locales. D’où les dossiers spécifiques que nous faisons de temps à autre.


Fausse campagne de vaccination

La critique du livre de Philippe Sansonetti, Vaccins, Pourquoi ils sont indispensables (SPS 321) est tout à fait utile et raisonnable. Un manque cependant. S’il est juste de parler (et c’est une litote !) « du manque de discernement chez les talibans qui assassinent les personnels chargés de la vaccination au Pakistan », on pourrait quand même rappeler que pour la localisation de Ben Laden, en 2010, la CIA a utilisé un médecin pakistanais, Shakil Afridi, pour organiser une fausse campagne de vaccination à Abbottabad, dans le but de confirmer la présence d’Oussama Ben Laden. À l’époque, plusieurs organisations de secours médicales avaient protesté, comparant ce procédé à celui de l’utilisation de faux camions de la Croix Rouge.

Hubert Krivine
Mis en ligne le 16 avril 2018
646 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !