Le mystère résolu de la perte de vos chaussettes

par Brigitte Axelrad - Science et pseudo-sciences n°319, janvier 2017

D’après une étude britannique, financée par Samsung pour le lancement de sa nouvelle machine à laver, et conduite par le statisticien Geoff Ellis et le psychologue Simon Moore, un Anglais perd en moyenne 1,3 chaussette par mois, 15 chaussettes par an, et autour de 1 264 chaussettes pendant toute sa vie. C’est ainsi qu’au Royaume-Uni, environ 84 millions de chaussettes disparaissent chaque année, ce qui représente un coût de 2 528 £ dans la vie d’une personne et une perte totale de plus de 2 milliards de livres par an pour l’ensemble des Britanniques [1]. Le calcul n’a pas été fait en France, mais il y a fort à parier que les chiffres ne seraient pas très différents.

Après avoir éliminé les explications farfelues, telles que des disparitions surnaturelles ou leur aspiration dans les trous noirs, les chercheurs ont constaté que, la plupart du temps, on se débarrasse de ses chaussettes quand elles sont dépareillées. Parfois on en retrouve une derrière un radiateur ou sous un meuble, mais c’est trop tard. La première a disparu…

Les chercheurs se sont alors penchés sur le lavage en machine lui-même.

Le lavage en machine

L’enquête a été menée sur 2 000 adultes. Elle révèle que les hommes sont moins soigneux que les femmes et perdent plus de chaussettes pendant le lavage à la machine.

Il y a quelque temps, la chaîne allemande Das Erste avait enquêté sur ces mystérieuses disparitions et avait montré, vidéo à l’appui, que les chaussettes disparaissent entre le joint de la machine à laver et le tambour [2].

Ce mystère éclairci, les chercheurs britanniques se sont alors demandé si le comportement de l’utilisateur du lave-linge n’était pas en partie responsable de cette perte des chaussettes, au cours du lavage. Ils ont alors mis au point une formule qui permet de calculer la probabilité de perdre ses chaussettes, d’anticiper les pertes et si le calcul est bon, de les éviter [3].

La formule calculant l’index de perte de chaussettes

Soit la formule :

(L (p x f)) + (C (t x s)) – (P x A)

L représente le volume de linge à laver, calculé en multipliant le nombre de personnes dans le foyer (p) par le nombre de machines lancées dans la semaine (f). C représente la complexité du lavage, calculée en multipliant le nombre de lessives de différents types de linge (de couleurs sombres ou claires) effectuées dans la semaine (t) par le nombre de chaussettes lavées dans la semaine (s). P renvoie à l’attitude psychologique vis-à-vis de la lessive, calculée sur une échelle de 1 à 5 ; 1 signifie « attitude négative » et 5, « attitude positive ». A, c’est l’attention portée à l’opération, mesurée par la somme totale de toutes les précautions prises au moment de lancer chaque machine (vérifier les poches, dérouler les manches, mettre les vêtements à l’endroit ou défaire les paires de chaussettes).

D’après cette formule, plus chacun de ces paramètres sera élevé et plus la possibilité de perdre une chaussette au cours d’une lessive sera forte !

Et inversement…

Des tendances psychologiques fortes...

Les chercheurs ont identifié quatre facteurs qui interviennent généralement dans le comportement des personnes impliquées dans la lessive :

  • Le transfert de responsabilité : ceux qui font la lessive supposent souvent que quelqu’un d’autre prendra le relais, ce qui contribue à y laisser une chaussette.
  • La sensibilisation visuelle ou heuristique : quand nous sortons le linge propre de la machine, nous ne regardons que dans les endroits les plus évidents et nous utilisons des raccourcis de résolution de problèmes pour gagner du temps et économiser nos efforts. De ce fait, nous abandonnons très vite tout espoir de retrouver la chaussette manquante et la considérons perdue pour toujours.
  • Le biais de confirmation : nous avons tendance à croire que quelque chose est vrai si nous voulons que ce soit vrai. Si nous ne voulons pas voir des chaussettes dépareillées, nous nous persuadons qu’il n’y a pas de chaussettes dépareillées.
  • Les comportements dits d’omission : ces comportements interviennent dans beaucoup de situations de la vie quotidienne. Par exemple, quand quelqu’un voit une chaussette sur le sol, il ne la ramasse pas ou il la met n’importe où, dans un endroit sombre ou inaccessible. Il arrive qu’il la cache là où personne ne pourra la voir pour éviter de retrouver plus tard la paire et surtout le regret de s’être déjà débarrassé de la première.

Pour résoudre ce problème de perte de chaussettes, Samsung, qui était le commanditaire de l’étude, a décidé d’ajouter dans sa nouvelle machine un compartiment spécialement réservé aux chaussettes, au milieu du tambour.

La morale de l’histoire, c’est qu’il est plus facile de perfectionner une machine que de modifier le comportement humain !

Vous aurez sans doute perçu l’humour très anglais de cette histoire britannique que les journaux anglais, allemands et français se sont fait un plaisir de raconter.

Références

[1] Alana Moorhead, “Ever wondered why our socks go missing after we’ve washed them ? Researchers have now revealed the answer”, The Sun, 25 Avril 2016.
[2] « Le mystère des chaussettes qui disparaissent enfin résolu », Vidéo de la chaîne allemande Das Erste. 20 Minutes, 23 février 2016. Sur le site www.20minutes.fr
[3] “Sock horror ! Scientists finally develop a formula to solve the mystery of why clothes go missing in the wash”, Sarah Griffiths pour Mailonline, 25 avril 2016. Sur le site www.dailymail.co.uk

Mis en ligne le 11 juin 2017
2032 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !