Sense about science

« Je ne sais pas ce qu’il faut croire... » Comprendre les questions scientifiques

dossier "Comment s’établit la vérité scientifique ? Le difficile chemin vers la connaissance"

En bref

Les scientifiques ont mis en place un système pour évaluer la qualité de leurs travaux avant qu’ils ne soient publiés. Ce système consiste en une évaluation par les pairs (peer review en anglais) dans le cadre de publications à comité de lecture.

Une évaluation par les pairs signifie que d’autres spécialistes du domaine vérifient la validité, l’importance et l’originalité des travaux présentés, ainsi que la clarté de l’exposé.

Les éditeurs des journaux scientifiques s’appuient sur un important cercle d’experts capable d’examiner les articles avant de décider de leur publication.

De nombreuses affirmations que l’on peut lire dans les journaux, trouver sur Internet ou entendre à la télévision ou à la radio ne reposent sur aucune étude publiée dans une revue à comité de lecture.

Si certaines de ces études peuvent finalement se révéler valides, la plupart s’avèrent erronées ou incomplètes. Tel est le cas, par exemple, des nombreuses promesses de « remèdes miracles » ou de l’annonce de « nouveaux dangers » qui n’arrivent jamais à personne.

Une étude non publiée dans une revue à comité de lecture n’est utile à personne : les scientifiques ne peuvent pas reproduire l’expérience ni même en utiliser les résultats. Et, pour prendre des décisions concernant, par exemple, la sécurité et la santé, la société ne peut pas se baser sur des travaux qui ont une grande chance d’être erronés.

Sensationnelle ou attirante ? Peu importe. Face à l’affirmation d’un résultat scientifique ou médical, vous devez toujours demander :

S’agit-il d’une étude évaluée par les pairs ? Sinon, pourquoi ?

Si une étude a été évaluée par les pairs, vous pouvez chercher à en savoir plus : ce qu’en disent les autres scientifiques, la taille et la méthode de l’étude et si elle fait partie d’un ensemble de preuves qui tendent toutes vers les mêmes conclusions.

Comment comprendre les questions scientifiques ?

Journaux, radio, télévision, Internet : tous les jours, nous sommes bombardés d’informations médicales ou scientifiques. Comprendre tout cela peut s’avérer très difficile. Qu’est-ce qui doit être pris au sérieux ? Qu’est-ce qui ne sert qu’à faire peur ? On dit parfois que les scientifiques ne sont pas d’accord entre eux. Comment savoir ce qu’il faut croire ?

Pour décider des résultats qui peuvent être publiés dans les journaux spécialisés, les scientifiques ont mis en place un système appelé évaluation par les pairs (peer review en anglais). Ce système consiste à soumettre les résultats des recherches avant qu’ils ne soient rendus publics à l’examen indépendant d’autres experts du domaine (les pairs).

L’évaluation par les pairs peut vous aider à comprendre les questions scientifiques qui sont discutées. Elle vous indique que les travaux présentés ont été examinés par d’autres scientifiques et sont considérés comme valides, significatifs et originaux.

L’évaluation par les pairs signifie que des annonces faites dans des journaux scientifiques sont de nature très différente d’autres annonces ou affirmations, telles que celles faites par les politiciens, les éditorialistes, ou les groupes de pression. La science est donc bien plus qu’une simple opinion.

L’évaluation par les pairs

Lorsqu’un chercheur ou une équipe de chercheurs achèvent une phase importante de leur travail, il est habituel qu’ils écrivent un article présentant les résultats obtenus, la méthode utilisée et les conclusions qu’ils tirent. Ils soumettent alors leur texte à une revue scientifique pour publication.

Si l’éditeur de la revue estime que l’article relève bien de son journal, il l’envoie à d’autres experts du domaine en leur demandant de :

  • Commenter sa validité – les résultats de la recherche sont-ils crédibles, la méthodologie et le modèle sont-ils appropriés ?
  • Juger sa portée – s’agit-il d’une découverte importante ?
  • Déterminer son originalité – les résultats sont-ils nouveaux ? L’article référence-t-il correctement les travaux antérieurs d’autres scientifiques ?
  • Dire si, selon eux, l’article doit être publié dans la revue, amélioré, ou rejeté (le plus souvent pour être soumis à une autre revue).

Les revues qui mettent en œuvre ce processus sont désignées comme des revues « à comité de lecture ». Les scientifiques (pairs) qui évaluent les articles sont appelés les relecteurs.

Les scientifiques ne tirent jamais de conclusions définitives à partir d’un seul compte rendu ou d’un seul ensemble de résultats. Ils considèrent la contribution apportée dans le contexte d’autres travaux et de leur propre expérience. Habituellement, il faut plus d’une publication pour que des résultats soient considérés comme prouvés ou acceptés comme consensuels.

Le monde de la publication scientifique

Pour faire progresser la connaissance, les scientifiques doivent partager leurs découvertes avec leurs collègues. La principale façon de faire est de publier les résultats des recherches dans des revues scientifiques – des publications périodiques dont la vocation est le développement de la science en faisant connaître les nouvelles études.

Les éditeurs de revues reçoivent bien plus d’articles qu’ils ne peuvent en publier. Ils mettent donc en œuvre un processus de sélection en deux temps. Tout d’abord, ils vérifient que la publication est conforme à leur ligne éditoriale (certaines revues sont spécialisées dans la recherche fondamentale, d’autres sont spécialisées sur un domaine, etc.).

Ensuite, l’article est transmis pour évaluation par les pairs qui vont vérifier si les résultats présentés sont valides, significatifs et originaux.

Publier dans une revue fait partie intégrante du métier de chercheur.

Cela :

  • met en relation les chercheurs intéressés par les mêmes thématiques et les informe des derniers résultats – un article publié est lu par des scientifiques partout dans le monde.
  • permet d’archiver au fur et à mesure ce qui a été découvert, quand et par quels scientifiques, constituant ainsi une sorte de registre de la connaissance scientifique.
  • aide les scientifiques à promouvoir leurs travaux et gagner en reconnaissance auprès des sources de financement, des investisseurs et des institutions.
  • montre la qualité des travaux des chercheurs, évalués positivement par les pairs comme étant valides, significatifs et originaux.
Le saviez-vous ?

Il existe environ 21 000 journaux académiques et scientifiques à comité de lecture (qui mettent en œuvre l’évaluation par les pairs). La plupart sont des revues scientifiques, techniques ou médicales qui publient ainsi plus d’un million d’articles chaque année.

Le financement et l’accessibilité des revues scientifiques

La plupart des revues tirent leurs revenus des abonnements. Certaines bénéficient de subventions, des retombées de l’organisation de conférences ou de la publicité. Beaucoup sont accessibles sur Internet et de plus en plus mettent ce contenu en ligne en libre accès après un certain temps, en général un an.

Des modèles de financement alternatifs voient le jour, comme le paiement par les scientifiques eux-mêmes des coûts d’évaluation et de publication des articles, permettant une mise à disposition gratuite. Moins de 1% des articles sont publiés de cette façon.

Par ailleurs…

L’évaluation par les pairs des demandes de subvention

L’évaluation par les pairs est également utilisée dans le cadre des demandes de subventions pour des programmes de recherche. Les organismes financeurs, qu’ils soient publics, privés ou caritatifs, sollicitent l’avis d’experts avant d’accepter de financer une étude. Dans ce cas, ce qui est évalué, c’est le potentiel de l’étude à produire des résultats qui aident l’organisme à atteindre ses objectifs, en se fondant sur la meilleure science.

Comment savoir si des affirmations reposent

sur des études évaluées par les pairs ?

Cela peut être difficile !

Une référence complète ressemble souvent à quelque chose comme ceci :

Fellers J H and Fellers G M (1976) ; “Tool use in a social insect and its implications for competitive interactions”. Science, 192, 70-72.

… ou à ceci :

Hedenfalk I, Duggan D, Chen Y, et al. ; “Gene-expression profiles in hereditary breast cancer”. N Engl J Med, 2001 ; 344 : 539-48

Il est probable que vous entendrez parler de nouvelles études par les grands médias d’information où il y a peu de place, ou peu d’intérêt, à mettre les références complètes. Mais un bon journaliste, en général, précise si les résultats ont été publiés et mentionnera le nom du journal.

Il vous est possible, pour vous en assurer, de vous reporter à des articles plus détaillés, par exemple dans des revues de vulgarisation scientifique dont la plupart ont des éditions en ligne. Ceci peut aussi aider à savoir si les affirmations reportées reflètent bien les résultats réels de l’étude.

Plus nous demanderons si un papier a été évalué par les pairs, plus les journalistes et les commentateurs se sentiront obligés de préciser cette information.

Il n’existe pas de liste exhaustive de journaux à comité de lecture, mais il est possible de regarder ceux recensés par le service EurekAlert de l’Advancing science serving society (AAAS) : www.eurekalert.org/ D’autres sources d’information vous permettant d’évaluer le statut d’études sont présentées à la fin de ce petit guide.

Les scientifiques utilisent l’évaluation par les pairs.

Et alors ?

Quand des résultats d’études ont été évalués par les pairs et publiés dans une revue scientifique, cela indique qu’elles sont suffisamment valides, significatives et originales pour mériter l’attention des autres chercheurs. L’évaluation par les pairs est une frontière essentielle pour discerner ce qui est scientifique de ce qui n’est que conjecture et opinion. La plupart des chercheurs font la différence entre leurs découvertes évaluées par les pairs et leurs opinions plus générales.

Cela semble bien, mais après ? La publication d’un article évalué par les pairs n’est qu’une première étape : les découvertes, et les théories qui les accompagnent doivent être testées à nouveau et confrontées à d’autres travaux dans le même domaine. Les conclusions de certains articles seront contestées ou seront révisées sur la base de nouvelles études s’appuyant sur davantage de données collectées. À l’image des produits grand-public qui peuvent afficher un label qualité, la mention « évalué par les pairs » assure qu’une étude scientifique a été conduite et présentée selon des standards reconnus par l’ensemble des scientifiques.

Les défis de l’évaluation par les pairs

Pourquoi pas simplement une liste de points à vérifier ?

On ne peut pas évaluer un article de recherche comme on fait un contrôle technique d’une voiture ou que l’on corrige un exercice de math. Les nouvelles recherches ont souvent des caractéristiques propres qui n’entrent pas facilement dans des listes prédéfinies. Elles nécessitent un jugement expert sur leur validité, leur importance et leur originalité.

L’évaluation par les pairs détecte-t-elle les fraudes et les erreurs ?

L’évaluation par les pairs n’est pas un système de détection de fraudes. Les relecteurs peuvent probablement détecter des fautes, comme le plagiat ou la mauvaise présentation de données, car ils connaissent leur domaine de recherche. Ils savent quelles recherches ont déjà été effectuées, et le genre de résultats probables. Néanmoins, si quelqu’un fausse délibérément les données, il n’y a parfois aucune façon de le savoir jusqu’à ce que l’article soit publié et que d’autres personnes, dans la communauté scientifique, l’examinent minutieusement et, dans certains cas, tentent de reproduire les travaux.

La science non-conformiste est-elle rejetée par l’évaluation par les pairs ?

Parfois, les gens s’inquiètent que les nouvelles idées ne seront pas comprises pas les autres chercheurs (cela dit, c’est également une excuse donnée par des chercheurs ne voulant pas se soumettre à l’évaluation de leurs pairs). Il est vrai que des relecteurs peuvent être prudents sur des découvertes peu communes et d’importantes intuitions peuvent être négligées. Mais si quelqu’un a fait une découverte vraiment exceptionnelle, les autres scientifiques seront les premiers à le reconnaître, en distinguant ces travaux des affirmations erronées ou exagérées. Les éditeurs aiment les idées nouvelles et les publications scientifiques ont mis en lumière des milliers de découvertes importantes.

L’évaluation par les pairs ne freine-t-elle pas l’avancée de la connaissance ?

Dans notre monde de communications instantanées et d’informations en continu, la volonté délibérée de mettre en œuvre un processus comme celui de l’évaluation par les pairs peut paraître frustrante et d’une lenteur décourageante. La communication électronique améliore les choses, mais une bonne évaluation des recherches nécessite du temps. Parfois, des gens justifient la promotion de découvertes non publiées en disant qu’elles sont trop importantes pour qu’on attende. Bien que certains articles prennent des mois à être évalués et améliorés, dans le cas d’une percée majeure, le processus peut être achevé en quelques semaines. De plus, si les résultats sont très importants – par exemple quand ils concernent la santé publique – il est avant toute chose indispensable de les vérifier par l’évaluation par les pairs.

Remerciements. Sense about science tient à remercier les sponsors, les différentes organisations (en particulier le Cancer Research UK, l’Asthma UK, le Migraine Trust and Action Medical Research), les parlementaires, les fonctionnaires du gouvernement britannique, les institutions éducatives, les enseignants, étudiants, docteurs, pharmaciens, organismes scientifiques et tant d’autres pour leur aimable contribution, leur temps et leurs idées. Sense About Science est seul responsable du contenu de ce guide. Ce guide édité en anglais en 2006 a été traduit en 2015. Cette version française est due à Samuel Leuenberger, Tim Leydecker, Gaël Schaeffer, Jessica Hadley avec l’aide de l’Association française pour l’information scientifique (AFIS) et la revue Science et pseudo-sciences en accord avec Sense about science. Sense about science ne peut en aucun cas être responsable de l’exactitude et de l’intégrité de la traduction, ni pour les actions qui pourraient en résulter. Les seules publications de Sense about science agréées sont celles publiées en langue anglaise.

Pour aller plus loin.

  • Sense about science : pour en savoir plus sur l’évaluation par les pairs, vous pouvez visiter le site Internet Sense about science où une section lui est dédiée. Dans cette section, il est possible de télécharger gratuitement d’autres documents comme par exemple « Peer Review and the Acceptance of New Scientific Ideas (2004) », une version numérique de ce guide, des ressources éducatives additionnelles et des informations sur la « Peer Review Survey 2009 », la plus grande enquête sur l’évaluation par les pairs. Pour demander des copies supplémentaires de ce guide, merci d’envoyer un courriel à : publications@senseaboutscience.org www.senseaboutscience.org/pe....
  • Association of Medical Research Charities : L’AMRC possède une page Internet sur la revue par les pairs des demandes de financement de recherche : http://www.amrc.org.uk/publications/principles-peer-review
  • Committee on Publication Ethics : le comité d’éthique de la publication fournit des conseils pour les éditeurs ayant des difficultés à faire face à des problèmes liés à la recherche et l’éthique dans la publication scientifique : www.publicationethics.org.uk.
  • The National Electronic Library for Health : la bibliothèque nationale électronique pour la santé possède des archives “Faire les gros titres” (“Hitting the headlines”) où sont consignées les principales découvertes dans le domaine médical et leurs justifications scientifiques : www.library.nhs.uk.
  • The Science Media Centre : le centre des médias scientifiques a publié un guide aidant les scientifiques à se préparer pour une interview (“Peer review in a nuthsell”) : www.sciencemediacentre.org/peer_review.htm

Copyright under Creative Commons Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 2.0 UK : England & Wales. License. Publié par Sense About Science en février 2015. Utilisé avec la permission de Sense About Science. Afin d’obtenir la permission de traduire ou reproduire le document contacter enquiries@senseaboutscience.org. Blackwell Publishing. Elsevier.

Mis en ligne le 22 décembre 2016
2070 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !