60 questions étonnantes sur l’amitié - et les réponses qu’y apporte la science

Lolita Rubens. Mardaga, Coll. In psycho veritas, 2015, 144 pages, 14,90 €

Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n°317, juillet 2016

Cette collection récente se propose, comme le sous-titre l’indique, de faire le point sur ce que la psychologie scientifique peut dire sur des sujets variés, la musique, les parents... ou ici, l’amitié. Le schéma adopté, très commode pour la lecture, est de proposer à chaque fois une question et un petit résumé du problème soulevé sur la page de gauche puis, sur la page de droite, une réponse en trois parties : méthode, résultat, conclusion.

On peut ainsi papillonner et ne pas lire l’ouvrage dans l’ordre. Mais les questions sont aussi groupées par grands chapitres : l’influence de l’amitié sur le bonheur, qui sont nos amis, ce qui caractérise l’ami que vous êtes, l’amitié à l’ère d’Internet, etc.

Un des principaux intérêts du livre est de se pencher sur cette question, peut-être un peu négligée, de l’amitié. Y réfléchir grâce à ce livre s’avère bien intéressant : sont décrites les influences mutuelles, la façon dont, globalement, chacun se trouve marqué par ses amitiés. Il s’avèrerait, d’après les études sélectionnées par l’auteure, que si nos amis sont heureux, nous aurions plus de chances de l’être, s’ils sont intelligents ou ambitieux, nous aurions plus de chances de faire des études longues ; on apprend même qu’ils nous feraient vivre plus longtemps !

Maintes autres questions sont abordées, comme la dépression liée à la solitude, l’importance du « meilleur ami », la question des ami(e)s de notre partenaire, l’amitié (justement) entre hommes et femmes, ou l’amitié au sein même du couple. Le dernier chapitre est consacré à Internet, et donc, en grande partie, à cette nouvelle forme d’amitié : les « amis-facebook ». Un des intérêts de ce chapitre est de comparer nos relations réelles et virtuelles.

Les réponses apportées à toutes ces questions sont intéressantes, mais donnent l’impression de devoir tout de même être prises avec quelques pincettes : d’une part, un Nota bene final, propre à la collection, prévient le lecteur de faiblesses possibles dans les études choisies, et d’autre part, il est frappant de voir à quel point la grande majorité de ces études reposent sur des questionnaires. Elles ont sans doute leur intérêt, mais est-il toujours raisonnable de se baser sur des réponses que chacun peut faire à son idée ?

Par ailleurs, la contrepartie de ces « découvertes », c’est que le livre fourmille de différentes injonctions, souvent une manière amusante de terminer la conclusion, mais un peu crispantes à la longue… (« vous savez qui solliciter pour la prochaine fête des voisins », « il ne vous reste plus qu’à gâter vos amis ! », « si vous voulez être heureux, ne choisissez pas des amis d’un niveau socio-économique trop supérieur au vôtre », etc. ; presque à chaque question, nous voilà tenus d’adopter tel ou tel comportement… Et surtout, on a de fortes chances de constater que, le plus souvent, on ne le faisait pas !

Mais si l’on oublie ces conseils un peu trop directifs, on aura passé un bon moment, et on aura pu réfléchir à soi et à ses proches. Cette note est dédiée à tous mes amis !

Mis en ligne le 6 novembre 2016
1650 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !