Tu mourras moins bête* - Science un jour, science toujours ! Tome 3

Marion Montaigne. Delcourt, 2014, 255 pages, prix 19,90 € (broché) ou 13,99 € (numérique)

Note de lecture de Kévin Moris - SPS n° 316, avril 2016

*Mais tu mourras quand même !
(quatrième de couverture)

Cet ouvrage est le troisième tome des aventures de la prof Moustache. Et il est dans la lignée des précédents1. Chaque séquence est à nouveau introduite par une carte postale posant une question naïve traitant d’un sujet scientifique.

On trouvera des questions sur la physiologie humaine : C’est quoi les règles qu’ont les femmes ? Comment perdre son gras ? Pourquoi ça fait mal un coup dans les bijoux de familles ? Comment ça marche la gueule de bois ?

Mais aussi des questions sur la biologie animale, avec la description du système digestif d’un poney, du comportement sexuel original de différentes espèces (limace-banane, poisson-clown, phoque crabier, drosophile...), du rôle allergisant des acariens, etc.

Certaines questions sont plus spécifiques : Les robots de demain auront-ils notre peau ? À qui appartient l’espace ? La cryogénie après la mort, comment ça marche ?

Pour chacun de ces sujets, les explications scientifiques sont mises en scène par M. Montaigne toujours avec le même talent. L’ouvrage participe aussi à l’information contre certaines idées reçues ou croyances. Par exemple, on comprend que les expériences de mort imminente ne prouvent pas du tout l’existence d’un au-delà, pourquoi ce n’est pas utile de mettre du papier sur la lunette des WC pour se protéger, que l’homosexualité n’est pas « contre-nature » puisque au moins 1500 espèces animales ont des pratiques homosexuelles, ou encore que l’on ne peut pas manger des araignées en dormant !

Les illustrations et l’humour sont toujours aussi trash et M. Montaigne s’appuie encore sur des caricatures de personnages médiatiques (politiques, chanteurs, acteurs...). Les illustrations ne servent pas que l’humour, elles servent à mieux expliquer certains concepts scientifiques : par exemple, un ovaire est symbolisé par une poule qui pond un œuf (p. 131).

Si vous avez aimé les deux premiers tomes, vous aurez le même plaisir – et rirez toujours autant – à lire celui-là !

Mis en ligne le 5 mai 2016
1245 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !