L’environnement est l’un des thèmes fondamentaux de ce début du XXIe siècle. Il imprègne tous les débats, qu’ils soient politiques, scientifiques ou de société. Les éléments de ces débats font trop souvent appel à des arguments puisés dans l’idéologie ou l’affectivité. Nous mettons ici à la disposition de nos lecteurs des données résolument scientifiques et des éléments de réflexion en tenant compte.

DDT et lutte contre le paludisme : la réécriture de l’histoire

par Jean-Paul Krivine - SPS n° 308, avril 2014

Le paludisme est encore responsable, selon l’OMS, d’environ 600 000 décès chaque année. Plus de trois milliards de personnes continuent à être exposées au risque, principalement en Afrique et en Asie du Sud-est. La lutte contre ce fléau avait donné des résultats probants au lendemain de la première guerre mondiale, principalement grâce à l’application de DDT dans les habitations. Les succès ont été impressionnants1  : en une dizaine d’années, le nombre de cas au Sri Lanka est passé de 2,8 millions et 7 300 décès à 17 cas et aucun décès. Des résultats similaires sont obtenus en Inde, en Amérique du Sud, et certains pays ont entièrement éradiqué la maladie [1].

Utilisé à titre préventif en agriculture de façon extensive et sans contrôle, cet insecticide allait être victime de son succès et de son coût de production très faible. En 1972, le DDT est interdit aux États-Unis par l’Agence de l’environnement. Si sa persistance dans l’environnement est confirmée, son degré de toxicité est, quant à lui, bien plus controversé. De nombreuses associations environnementalistes vont alors mener campagne pour son interdiction généralisée dans le monde. Et elles vont de facto obtenir gain de cause avec, pour effet collatéral, une reprise de l’épidémie de paludisme touchant des millions de personnes dans des pays qui pouvaient espérer une éradication. En 2006, l’Organisation Mondiale de la Santé va de nouveau recommander l’usage du DDT [2], constatant que « de nombreux tests et travaux de recherche ont montré que la pulvérisation de DDT à l’intérieur des habitations dans le cadre de programmes bien gérés n’est dangereuse ni pour l’homme ni pour la faune et la flore »2. Depuis, l’Afrique du Sud estime être en passe d’éradiquer le paludisme d’ici 2018 grâce à la réintroduction du DDT3.

Une « légende de néoconservateurs » et une « fable sans fondement » ?

Cette histoire est contestée par certaines associations écologistes, et à leur suite, par le journaliste du Monde Stéphane Foucart4 qui parle à ce propos d’une « légende forgée et diffusée par les milieux néoconservateurs américains » et d’une « fable dépourvue de tout fondement ». Pour lui, la réalité est que « le DDT a progressivement perdu du terrain dans la lutte anti-vectorielle depuis les années 1970 pour la principale raison de l’apparition, dans certaines régions, de résistances des anophèles à cet insecticide »5 reprenant ainsi à son compte les affirmations de Greenpeace [3].

Le DDT aurait-il donc disparu de l’arsenal de lutte contre le paludisme, uniquement victime de son inefficacité croissante due à l’apparition de générations de moustiques résistantes à l’insecticide ?

Les succès du DDT

Mais avant, il importe de revenir sur l’efficacité de l’usage du DDT dans les campagnes anti-paludisme. En 1979, un rapport du Comité d’experts de l’OMS sur le paludisme fait le bilan de la lutte contre l’épidémie [4]. Il rappelle les succès rencontrés jusqu’au début des années 1970 : la campagne d’éradication a permis à 727 millions de personnes de ne plus être dans des zones à risque (53 % de l’ensemble de la population exposée). Les éléments qui ont contribué à ces avancées sont, certes, multiples : amélioration des conditions sanitaires, prise en charge de la maladie, amélioration de conditions socio-économiques. Mais le traitement des vecteurs de propagation (moustiques anophèles), et principalement par le DDT, est en bonne place. En 1979, le DDT représentait encore 77 % du tonnage des insecticides utilisés contre les vecteurs de la maladie. Il était aussi reconnu comme le moins dangereux à manipuler, le plus persistant dans les maisons où il était pulvérisé, limitant ainsi le nombre d’épandages, et surtout, de loin, le moins onéreux à fabriquer, permettant un large accès aux pays les plus démunis [5].

Les difficultés de la campagne d’éradication

Douze contraintes dans la lutte contre le paludisme selon l’OMS (1979)

1. Une augmentation des coûts des matériels et équipements.
2. Une mauvaise organisation des services administratifs pour mettre en œuvre les campagnes anti-paludisme.
3. Un manque de personnels qualifiés et la difficulté à attirer et garder les personnes expérimentées.
4. Le caractère rudimentaire des infrastructures sanitaires dans les pays en voie de développement et la trop faible implication sur le sujet des structures de santé des zones rurales.
5. Des facteurs de comportement humain tels que le nomadisme, le refus d’utilisation de spray dans les logements, l’accroissement de certains contacts humains qui favorise la maladie, etc.
6. La difficulté à accéder à certaines régions infestées, pour des raisons naturelles ou pour des raisons de sécurité.
7. Le développement incontrôlé de l’irrigation, de la déforestation, l’installation dans des zones infestées, l’accroissement de la fécondité de vecteurs anophèles liés aux nouvelles constructions.
8. La mauvaise connaissance des rapports coûts/efficacité des différentes mesures disponibles selon les conditions locales.
9. La résistance de nombreux vecteurs aux insecticides qui peuvent être utilisés sans danger dans les habitations.
10. Le comportement de vecteurs qui les conduisent à éviter le contact avec les insecticides déposés sur les murs.
11. La résistance de certains parasites aux traitements antipaludéens.
12. Un support d’étude insuffisant.

Lancée par l’OMS en 1955, le « Global Malaria Eradication Program » rencontre, à la fin des années 1970, un certain nombre de difficultés. Les progrès de la lutte contre le paludisme stagnent dans certains pays et des résurgences de la maladie sont observées dans d’autres, parfois à des niveaux endémiques. Sur les 143 pays ou régions où le paludisme était originellement endémique, l’agence internationale constate que, pour 37 d’entre eux, l’éradication complète est effective, pour 16 autres, le risque est minimum, et dans d’importantes régions des 90 restants, le risque varie de modéré à élevé.

En 1969, l’objectif d’arriver à une éradication complète est remis en cause par l’agence internationale. Dressant le constat de ce qui ne fonctionne pas, les experts de l’OMS identifient douze causes principales (voir encadré).

Les résistances aux insecticides et leurs conséquences

Les résistances aux insecticides sont une cause parmi d’autres des difficultés rencontrées. Mais examinons la question de façon plus précise.

En 1976, le comité d’experts de l’OMS sur les insecticides fait le point sur la question [6]. Il estime la proportion des populations vivant en zone impaludée et impactée par un problème de résistance à 29 % pour les régions Amérique, Europe, bassin méditerranéen et Sud-est asiatique (256 millions). Dit autrement, pour 71 % des populations exposées, les résistances ne posent pas encore de problème. Le comité estime ne pas disposer d’assez de données pour l’Afrique.

Si la réalité des résistances est bien confirmée pour certaines espèces et dans certaines régions, le rapport souligne que les données recueillies ne peuvent pas être directement transposées en termes d’impact sur le contrôle des vecteurs des maladies (page 26).

Mais des moustiques résistants ne signifient pas une inefficacité de l’insecticide. Dès 1970, l’OMS a reconnu un effet irritant et répulsif au DDT qui permet de conserver une réelle efficacité, même vis-à-vis de moustiques résistants [7]. Cette propriété a depuis largement été confirmée (voir par exemple [8]). Rappelons que l’usage du DDT dans la lutte contre le paludisme ne consiste pas en un épandage massif, mais au contraire en une pulvérisation ciblée à l’intérieur des logements, pour protéger les lieux d’habitation, particulièrement pendant la nuit6. Cet effet répulsif et irritant s’applique bien dans ces conditions. Le mode d’action du DDT n’est pas que son effet toxique.

Le rapport de l’OMS de 1976 procède alors à l’analyse région par région, et, en conclusion (page 32), indique que, bien que le succès des programmes dépendent largement de la susceptibilité ou de la résistance des moustiques, dans les régions où les programmes d’éradication sont toujours en cours, il importe de maintenir un « haut niveau de pression en insecticide », ajoutant que « les plans anti-paludisme qui visent à une large et significative suppression de la transmission, dépendent aujourd’hui lourdement de l’usage des insecticides, d’une façon ou d’une autre ».

Les différents niveaux d’objectifs de l’OMS

L’Organisation Mondiale de la Santé distingue quatre niveaux d’objectifs dans la lutte contre le paludisme.
- Contrôle : réduction de la charge de la maladie à un niveau tel qu’il ne représente plus un problème de santé publique.
- Élimination : réduction à zéro de l’incidence de l’infection causée par les parasites humains du paludisme, dans une région géographique définie, et comme résultats d’efforts délibérés. Ceci implique des mesures en continu pour prévenir une réapparition de la transmission.
- Certification « malaria-free » : statut accordé par l’OMS après confirmation que la chaîne de transmission via les moustiques anophèles est bien rompue sur l’ensemble du pays, et ce depuis au moins trois années consécutives.
- Éradication : disparition permanente à l’échelle de la planète de l’incidence de l’infection causée par une espèce donnée de parasite.
Source : « The World malaria report », 2012.

La résistance aux insecticides est donc bien identifiée par les experts de l’OMS comme une cause, parmi d’autres, des difficultés rencontrées dans la lutte contre le paludisme. C’est même l’une des menaces principales mises en avant par l’OMS pour l’avenir du programme d’éradication (page 63). Mais le programme d’éradication n’est qu’un des objectifs possibles dans la lutte contre la maladie, l’objectif ultime (voir encadré).

Peut-on ainsi affirmer, comme le fait Stéphane Foucart, que les résistances de moustiques anophèles sont la raison qui aurait conduit à l’abandon progressif du DDT ? Reportons-nous de nouveau aux documents.

Le rapport de l’OMS de 1979, déjà cité, ne recommande pas l’abandon des insecticides. Il appelle au contraire à essayer d’optimiser leur usage, à renforcer la recherche pour de nouvelles molécules et à surveiller de façon précise les zones où les résistances se développent.

Pour autant, si des résistances sont identifiées, si leur développement fait courir, à terme, un risque au programme d’éradication du paludisme, nous n’en sommes pas encore à une situation d’inefficacité qui justifierait un arrêt du recours au DDT7. L’OMS, dans le même document de 2006, le confirme a posteriori : « malgré des décennies d’application intensive et généralisée, des niveaux significatifs de résistance ont été limités à certaines espèces de vecteurs et à certaines régions géographiques. Mais depuis que l’utilisation du DDT est réservé à des actions sanitaires, les populations de vecteurs ne sont plus exposées au DDT pour des raisons autres, ce qui réduit encore les candidats à une sélection et au développement de résistances ».

La distinction entre éradication et contrôle de la maladie est importante. Si les résistances des moustiques anophèles ont, un temps, compromis l’objectif d’éradication, celui du contrôle de la maladie est toujours resté.

Les résistances observées viennent des pratiques agricoles

Les résistances observées proviennent d’un usage intensif des insecticides en agriculture, principalement dans les plantations de coton, à des fins préventives et sans réel contrôle. Elles ne viennent pas de l’utilisation de ces mêmes molécules dans la lutte contre le paludisme.

D’ailleurs, en 2006, lors de la réintroduction du DDT dans l’arsenal de lutte contre la transmission de la maladie, l’OMS précisera cette interaction avec les pratiques agricoles1 : « la résistance aux insecticides développée par les vecteurs du paludisme ont généralement résulté de l’utilisation des mêmes produits pour la protection des cultures. Dans certains endroits, les produits pulvérisés sur les cultures ont contaminé des sites de reproduction des vecteurs du paludisme. Cette exposition directe a conduit au développement de résistances dans différentes parties du monde ». À titre d’illustration, aux États-Unis, 1100 kg de DDT permettaient de traiter 100 hectares de plantation de coton en quatre semaines. Avec cette même quantité, il serait possible de traiter pendant un an toutes les habitations du nord de l’Ouganda2.

Ainsi, l’interdiction du DDT en agriculture aura paradoxalement été une bonne nouvelle pour le maintien de son efficacité dans la lutte contre le paludisme.

1 « The use of DDT in malaria vector control », Document de positionnement de l’OMS, 2011
http://whqlibdoc.who.int/hq/2011/WH...
2 “Uganda without DDT spraying malaria will kill more”, Robert Leitch, International Health Care, mai 2008, cité par Leo Battino, Paludisme et DDT, chronique d’une tragédie occultée. L’Harmattan 2010.

Ainsi, au moment des grandes campagnes écologistes, les résistances sont loin d’être généralisées. Elles ne peuvent donc pas être la cause de l’abandon du DDT dans la lutte contre la propagation de la maladie. D’autant plus, nous l’avons vu, que le mode d’action du DDT n’est pas lié qu’à ses propriétés toxiques envers les moustiques, action toxique, mais également à son action répulsive et irritante. Une étude publiée dans The Lancet [10] en 2000 confirme que les résistances « ne sont pas une barrière à la poursuite de l’utilisation du DDT pour le contrôle du paludisme [...] Les résistances sont lentement apparues dans les années 1960 comme conséquence de l’usage intensif du DDT en agriculture, principalement dans les plantations de coton. La répartition actuelle des résistances au DDT couvre des régions limitées à l’ouest de l’Afrique (anophèle Gambia), en Asie du Sud-ouest (Iran, Pakistan, Inde et Sri Lanka pour l’anophèle culicifacies), la Grèce (anophèle sacharovi), Égypte (anophèle pharoensis), Amérique centrale (anophèle albimanus), et une petite zone en Colombie, en Amérique du sud (anophèle darlingi) ».

D’ailleurs, dans ces périodes, l’OMS et les agences en charge de la lutte contre le paludisme interviendront régulièrement pour faire en sorte que le DDT bénéficie d’une clause d’exception dans le cadre des accords de limitation d’utilisation de polluants organiques persistants pour un usage sanitaire. Ainsi, en 1998, le protocole de Stockholm accorda une dérogation à l’usage du DDT dans la lutte contre le paludisme [11], dérogation confirmée dans la déclaration de Johannesburg en 2000 [12], et ce, malgré l’opposition des associations écologistes [13]. Pourquoi les agences sanitaires se seraient-elles mobilisées pour défendre un produit qui aurait perdu son efficacité ?

Ainsi, si le DDT a progressivement disparu de facto de l’arsenal de la lutte anti-paludisme, ce n’est pas principalement, comme l’affirment Stéphane Foucart et Greenpeace, du fait de son inefficacité liée à l’apparition de résistances. Cette thèse ne correspond pas à la réalité. Alors, pour quelle autre raison ?

« Les marchands de doute »

Stéphane Foucart s’appuie largement sur le livre de Noami Oreskes et Erik Conway, Les marchands de doute (2010 pour la version originale en anglais, 2012, Le Pommier, pour la traduction française). Mais cet ouvrage, malheureusement, n’apporte que peu de références pertinentes, se contentant d’affirmations, d’opinions, et de la reproduction de propos de protagonistes. Et lorsqu’il cite le rapport de l’OMS de 1976, il le fait de façon partielle avec cet extrait (page 379) : « Il est maintenant admis que le développement de résistances constitue probablement le plus gros obstacle dans la lutte contre les maladies à transmission vectorielle, et aussi la raison principale de l’échec de l’éradication de la malaria dans de nombreux pays ».

Notons tout d’abord une erreur du traducteur français qui renforce cette présentation biaisée : le rapport parle, non pas d’« échec de l’éradication », mais d’une raison qui « empêche une éradication réussie » (« responsible for preventing successful malaria eradication »). La première formulation semble signifier une inefficacité constatée du DDT, alors que la seconde fait référence à la distinction établie par l’OMS entre l’objectif d’éradication (disparition totale) et celui de contrôle de la maladie. L’objectif d’éradication a été abandonné par l’OMS en 1969, et la résistance aux insecticides est une des causes avancées qui « empêche » (to prevent) cette éradication. Mais le contrôle de la maladie, avec l’usage du DDT, est, lui, bien réaffirmé. C’est d’ailleurs implicitement précisé dans la phrase suivante du rapport de l’OMS, qui évoque, à propos du DDT, un « matériel, bon marché et efficace dans de nombreuses régions » et mentionne également le rôle joué par « une certaine anxiété en ce qui concerne une contamination environnementale » dans sa moindre utilisation.

Les campagnes pour le bannissement du DDT

Quel rôle ont donc joué les campagnes écologistes dans le bannissement du DDT dans la lutte contre le paludisme ? Aucun, comme l’assure Stéphane Foucart, évoquant « une accumulation d’affirmations vagues et sans fondement, qui circulent sur Internet sans jamais être appuyées par une documentation sérieuse » ? N’auraient-elles visé que les utilisations agricoles de l’insecticide, comme l’affirme a posteriori Greenpeace [3] ?

Certes, le DDT n’a jamais été formellement proscrit dans la lutte contre le paludisme. La décision de 1972 de l’agence américaine de protection environnementale (EPA) ne concerne que le territoire des États-Unis [14].

Pour autant, les campagnes des écologistes ont pesé de façon décisive. Les craintes pour la santé et l’environnement véhiculées par celles-ci ont été une des principales raisons de la disparition progressive du DDT dans la lutte contre le paludisme, jusqu’à ce que l’OMS révise sa position en 2006. C’est d’ailleurs l’OMS elle-même qui confirme ce rôle. Elle le fait dans l’exposé des motifs qui l’ont conduit à sa décision de réintroduction de l’usage du DDT dans la lutte contre le paludisme [2] : « L’OMS a activement encouragé le recours à cette méthode prophylactique jusqu’au début des années 80 quand, ayant de plus en plus de raisons de s’inquiéter des effets du DDT sur la santé et l’environnement, elle lui a préféré d’autres moyens de prévention ». De façon encore plus explicite, l’agence détaille les raisons du déclin du DDT dans un dossier spécifique consacré à la réintroduction de la pulvérisation de l’insecticide comme moyen de lutte contre la transmission de la maladie [15] : « Malgré son utilisation initialement très répandue et sa contribution aux succès des efforts d’éradication du paludisme, l’utilisation de la pulvérisation à l’intérieur des maisons a décliné. Ceci est en partie dû à un manque d’engagement et de financement des gouvernements pour assurer les efforts sur le long terme, à des soucis quant au développement de résistances et aux conditions d’acceptation des communautés. Cependant, un autre facteur important a été la réprobation générale envers l’utilisation du DDT, due à des peurs quant à ses effets nocifs sur l’environnement et la santé, peurs qui sont injustifiées si le DDT est utilisé correctement lors des pulvérisations ».

Cette « réprobation générale due à des peurs quant aux effets nocifs » de l’insecticide, mise en avant par l’OMS, n’aurait eu aucun lien avec les campagnes des écologistes ?

Par ailleurs, aucune des actions militantes contre le DDT n’a fait de distinction entre ce qui serait un bon usage (la lutte contre le paludisme) et ce qui en serait un mauvais (l’agriculture) [16]. La campagne de Greenpeace en Inde, au début des années 2000, par exemple, visant à obtenir la fermeture de la principale usine du pays produisant du DDT [17], ne s’intéressait pas à la finalité du produit. En 1995, c’est bien une campagne des mouvements environnementalistes d’Afrique du Sud qui a convaincu le gouvernement de proscrire le DDT (alors qu’en Afrique du Sud, aucun signe de résistance au DDT n’avait été détecté). En environ quatre ans, la morbidité du paludisme a été multiplié par quatre [18].

L’usage du DDT contre les moustiques anophèles était même souvent explicitement condamné par les militants écologistes. Ainsi Michael McCloskey, le directeur du Sierra Club (la plus ancienne organisation environnementaliste américaine) déclare en 1971 : « le Sierra Club souhaite le bannissement des pesticides, même dans les pays où le DDT a permis de maîtriser le paludisme »8. Au début des années 2000, ceci est toujours la position du WWF [19].

Ni Greenpeace ni Stéphane Foucart ne produisent le moindre document d’époque d’une quelconque association environnementaliste qui ferait cette distinction. Le DDT devait être systématiquement proscrit. Ainsi, alors que plus de 120 organisations gouvernementales, intergouvernementales et non gouvernementales sont réunies du 4 au 9 décembre 2000 à Johannesburg pour mettre la dernière main au traité international visant à limiter la production et l’utilisation des polluants organiques persistants, dont le DDT fait partie, c’est contre la résistance des associations environnementalistes qui plaidaient pour une interdiction totale à partir de 2007 que la décision finale contient une exception sanitaire [13]. C’est pour obtenir cette décision qu’une très large campagne sera initiée, mobilisant à travers une lettre ouverte intitulée « Kill Malarial Mosquitos Now » des scientifiques et des personnalités de renom, preuve que les choses n’allaient pas de soi9.

Par ailleurs, les sources de financements vont se détourner des programmes d’aide aux pays du tiers-monde qui incluent un usage du DDT. L’Agence américaine d’aide au développement international (US-AID, l’une des principales sources de financement de campagnes antipaludéennes dans les pays pauvres) se justifie en prétendant que le DDT est moins efficace et moins économique que des solutions alternatives10, une affirmation en contradiction avec tous les diagnostics d’experts (voir par exemple [20]). Et elle met comme condition à une éventuelle utilisation du DDT, si malgré tout il était proposé, la réalisation d’une étude d’impact environnemental. Étude impossible à mettre en œuvre en pratique. Une aide de la Banque mondiale à l’Inde d’un montant de 165 millions de dollars pour la lutte contre le paludisme est assortie d’une clause spécifique bannissant l’usage du DDT [21]. Au Mozambique, le DDT cesse d’être utilisé car 80 % des fonds dédiés à la santé proviennent de donneurs étrangers qui ont exigé le bannissement du l’insecticide (rapporté par le British Medical Journal [22]). De facto, les programmes d’aide bannissent le DDT, quoi qu’en disent Stéphane Foucart et Greenpeace.

Et les conséquences ne se font pas attendre : le lien de causalité entre arrêt du DDT et recrudescence du paludisme est partout vérifié [24]. En Amérique du Sud, seul l’Équateur qui a maintenu la pulvérisation du DDT voit sa courbe d’infection baisser [23]. Et si l’Afrique du Sud peut aujourd’hui envisager une éradication pour 2018, c’est bien, comme l’annoncent les autorités sanitaires du pays, grâce à la réintroduction de la pulvérisation du DDT à l’intérieur des maisons.

En conclusion

Certaines associations écologistes ne veulent pas le reconnaître. Certains journalistes comme Stéphane Foucart voudraient le nier. Mais la réalité est là : les campagnes anti-DDT ont conduit à la disparition progressive du DDT dans la lutte contre le paludisme, avec des conséquences sanitaires majeures (des millions de victimes). Même si le DDT n’était pas la solution universelle et définitive, en se privant des pulvérisations dans les maisons des zones impaludées, on s’est privé d’un moyen réel et efficace.

Ce n’est ni une fable, ni une légende, mais une triste vérité. Et toujours présente : plusieurs associations écologistes continuent en effet de militer pour le bannissement du DDT dans la lutte contre les moustiques anophèles (par exemple Biovision11), alors qu’il permet aux pays qui ont réintroduit son usage d’espérer réduire ou éradiquer le fléau.

The excellent powder. DDT’s political and scientific history Donald Roberts et Richard Tren, Dog Ear Publishing, 2010

Le livre de référence, malheureusement non traduit en français, qui expose en 400 pages une analyse détaillée de l’histoire du DDT et de son utilisation dans la lutte contre le paludisme. Il décrit, références à l’appui, les impacts de la campagne pour le bannissement de l’insecticide, les positions, parfois très complaisantes, des agences sanitaires, en particulier celles de l’OMS.

Références

[1] Balancing risks on the backs of the poor. Amir Attaran and al. Nature Medicine – July 2000 – Volume 6 Number 7 – pp 729 – 731
[2] Communiqué de presse de l’OMS, 2006. « Lutte antipaludique  : l’OMS estime que l’utilisation de DDT à l’intérieur des habitations est sans danger pour la santé ». www.who.int/mediacentre/news...
[3] « Greenpeace, DDT and malaria ». http://www.greenpeace.org.uk/about/...
[4] 17e rapport du comité d’experts de l’OMS sur la malaria (1979). http://apps.who.int/iris/bitstream/...
[5] “Should DDT continue to be recommended for malaria vector control ?”. C. F. CURTIS. Medical and Veterinary Entomology, April 1994
[6] 22e rapport du comité d’experts de l’OMS sur les insecticides (1976).
http://whqlibdoc.who.int/trs/WHO_TRS_585.pdf
[7] “Insecticide resistance and vector control”, 17e rapport du comité d’experts de l’OMS, 1970.
http://whqlibdoc.who.int/trs/WHO_TR...
[8] “Insecticide resistance issues in vector-borne disease control”, Roberts DR, Andre RG. Am J Trop Med Hyg. 1994 ;50(6 Suppl) :21-34.
[10] D R Roberts ; S Manguin ; J Mouchet, “DDT house spraying and re-emerging malaria”. Lancet 2000 Vol : 356 :330-332. DOI : 10.1016/S0140-6736(00)02516-2
[11] « Convention de Stockholm sur les polluants organiques persistants » (1998). http://www.pops.int/documents/convt...
[12] « L’utilisation du DDT dans la lutte contre le paludisme », (OMS 2000).
http://www.who.int/inf-pr-2000/fr/n...
[13] « Le succès de notre campagne contre le bannissement du DDT dans la lutte contre le paludisme », Malaria Foundation International, 2000. http://www.malaria.org/DDTpage.html
[14] « DDT - A Brief History and Status », Environmental Protection Agency, United States. http://www.epa.gov/pesticides/facts...
[15] « Indoor residual spraying », Global Malaria Program. OMS 2006. http://whqlibdoc.who.int/hq/2006/WH...
[16] “A Case of the DDTs : The war against the war against malaria, Roger Bate, Center for International Development, Harvard University”, 2001 http://www.cid.harvard.edu/cidinthe...
[17] “Greenpeace calls on Indian Authorities to Phase Out and Substitute DDT Immediately” Communiqué de presse, 2003. www.greenpeace.org/india/en/...
[18] “Should the use of DDT be revived for malaria vector control ? », Chris F. Curtis. Biomédica 2002 ;22 :455-61
[19] « Resolving the DDT dilemma. Protecting Biodiversity and Human Health ». WWF. http://awsassets.panda.org/download...
[20] Sadasivaiah S, Tozan Y, Breman JG. « Dichlorodiphenyltrichloroethane (DDT) for Indoor Residual Spraying in Africa : How Can It Be Used for Malaria Control ?” In : Breman JG, Alilio MS, White NJ, editors. « Defining and Defeating the Intolerable Burden of Malaria III : Progress and Perspectives”, Supplement to Volume 77(6) of American Journal of Tropical Medicine and Hygiene. Northbrook (IL) : American Society of Tropical Medicine and Hygiene ; 2007 Dec. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/N...
[21] Cité par J. Gordon Edwards. “DDT : A Case Study in Scientific Fraud”, Journal of American Physicians and Surgeons, Volume 9 Number 3 2004.
[22] “Malaria Epidemic Expected in Mozambique” British Medical Journal, 2000 March 11 ; 320(7236) : 669. , http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/art...
[23] Roberts DR, Laughlin LL, Hsheih P, Legters LJ., “DDT, global strategies, and a malaria control crisis in South America”. Emerg Infect Dis. 1997 Jul-Sep ;3(3) :295-302.
[24] “Malaria resurgence : a systematic review and assessment of its causes”, Justin M Cohen, David L Smith, Chris Cotter, Abigail Ward, Gavin Yamey, Oliver J Sabot and Bruno Moonen. Malaria Journal 2012, 11:122 doi:10.1186/1475-2875-11-122.

Mis à jour le 2 mars 2014

1 Désinformation, paludisme et DDT, Jean Brissonnet, SPS n° 260, décembre 2003.

2 Les textes en anglais ont été traduits par nos soins.

3 Dépêche AFP du 9 octobre 2013.

4 Stéphane Foucart s’appuie largement sur le livre de Noami Oreskes et Erik Conway, Les marchands de doute (2010 pour la version originale en anglais, 2012, Le Pommier, pour la traduction française). Voir encadré.

5 Stéphane Foucart, « Haro sur les écolos ». http://mediateur.blog.lemonde.fr/20...

6 En effet, le paludisme est exclusivement transmis par les piqûres de moustiques anophèles qui piquent principalement la nuit pour les espèces importantes (il existe une vingtaine d’espèces différentes de moustiques anophèles).

7 Les résistances aux insecticides restent encore aujourd’hui un problème réel justifiant la mise en place d’un plan d’action spécifique par l’OMS [9].

8 Cité par J. Gordon Edwards, ancien membre de l’association Sierra Club. www.mitosyfraudes.org/Ingles...

9 http://www.fightingmalaria.org/pdfs....

10 http://pdf.usaid.gov/pdf_docs/PDACH...

11 www.biovision.ch/fileadmin/p...
http://www.biovision.ch/fileadmin/p...

Mis en ligne le 24 février 2014
10105 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !