Un OGM pouvant sauver des vies serait-il politiquement incorrect ?

Communiqué de l’Association Française pour l’Information Scientifique

Le 14 novembre 2013

Un OGM pouvant sauver des vies serait-il politiquement incorrect ? On peut légitimement se poser la question. La controverse sur les OGM n’est plus une controverse scientifique, mais bien un enjeu politique et social. Et, pour certains, la réalité des faits compte moins que l’instrumentalisation d’une controverse artificielle. La polémique autour du riz doré (« Golden Rice ») en est une parfaite illustration, avec, malheureusement, des conséquences sanitaires potentiellement importantes.

Le riz doré est un riz génétiquement modifié pour fournir aux consommateurs la vitamine A qu’ils ne trouvent pas en quantité suffisante dans leur alimentation. Chaque année, des centaines de milliers de personnes deviennent aveugles par carence de vitamine A et certaines meurent de manière indirecte de cette carence. Les populations concernées sont principalement les populations pauvres, et particulièrement les enfants, de certains pays d’Asie (dont Inde, Bangladesh, Chine, Vietnam, Indonésie).

Initiées en 1993, les recherches sur le riz doré sont en passe de devenir une réalité. Il a été démontré qu’environ 150 g de riz doré cuit (50 g de riz sec) apportent plus de la moitié de la vitamine A qu’un enfant doit ingérer quotidiennement [1]. Le riz doré est validé en ce qui concerne les risques alimentaires [2]. Il est libre de propriété industrielle [3] et il doit être mis prochainement à la disposition des agriculteurs et des consommateurs. D’ultimes essais en champ sont en cours pour confirmer que le riz doré ne pose pas de problème particulier en termes d’impacts environnementaux.

Or, ce sont de tels champs de riz doré qui ont été arrachés récemment aux Philippines par un groupe appelé « Sikwal-Gmo » qui proclame vouloir combattre les multinationales de l’agroalimentaire, estimant que les OGM sont des poisons et ne sont pas une solution pour leur pays (l’un de ceux touché par la carence de vitamine A). Cette association ne fait que relayer la position de Greenpeace International qui, encore récemment (octobre 2013), a réaffirmé son opposition résolue à la mise au point du riz doré [4]. Les champs détruits étaient des parcelles expérimentales visant à finaliser l’évaluation.

Le principe même d’une évaluation scientifique ferait-il peur aux opposants ?

Cet acte de vandalisme a été très largement désapprouvé par la communauté scientifique internationale, mais aussi par des citoyens du monde entier qui ont massivement signé une pétition en protestation [5,6]. La presse étrangère a commenté cet événement de portée internationale. On peut regretter que les médias français, dans leur grande majorité, n’aient pas rendu compte de ces éléments d’une façon aussi précise que ce qu’ont fait bon nombre de leurs confrères étrangers.

Ainsi, le riz doré, un OGM qui pourrait s’avérer utile aux populations les plus démunies, qui pourrait sauver des dizaines de milliers de vies humaines, particulièrement des enfants, et qui est libre de droits de propriété industrielle est rejeté par ses détracteurs parce que... c’est un OGM. Idéologie et science ne font décidément pas bon ménage.

Références
[1] Par exemple : G. Tang et al., “b-Carotene in Golden Rice is as good as b -carotene in oil at providing vitamin A to children”, Am J Clin Nutr, 2012 ;96, p 658–64.
[2] http://www.goldenrice.org/Content2-...
[3] I. Potrykus , “Golden rice and beyond”, Plant Physiol. 2001, Vol. 125(3), p 1157-61.
[4] http://www.greenpeace.org/internati...
[5] http://www.change.org/petitions/glo...
[6] Alberts et al., “Standing up for GMOs“, Science, 20 September 2013 : Vol. 341 no. 6152, p. 1320 DOI:10.1126/science.1245017

Mis en ligne le 15 novembre 2013
4297 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !