Peut-on encore manger et respirer sans risque ?

306 - octobre 2013

Manger et respirer serait-il devenu un risque majeur ? Il ne se passe pas un jour sans qu’un journal ne se fasse l’écho d’une « alerte » sur une « catastrophe sanitaire annoncée ». Si l’on se réfère à une liste de cent produits « à éviter » établie par 60 millions de consommateurs1, les toxiques seraient partout : cosmétiques, parfums, produits ménagers, sodas, plats cuisinés, soupes, céréales, barres chocolatées, etc. Et cette liste de produits dangereux n’est donnée qu’« à titre d’exemple », selon le magazine, indiquant qu’en réalité « il y en a bien d’autres ». « Pesticides : les Français en ont plein le sang » s’inquiète de son côté le magazine L’Express2. Quant aux agences sanitaires, elles seraient dépassées : « aujourd’hui, il y a du poison partout, qui rentre dans la nourriture, et on essaie simplement de faire en sorte que les gens ne tombent pas raides morts tout de suite ! »3. Aux bases mêmes de la toxicologie, le principe que « le poison, c’est la dose » serait désormais « scientifiquement caduque »4.

OGM, ondes électromagnétiques, pesticides, tabac, alcool, obésité, aspartame, cabines de bronzage... Certaines peurs médiatisées ne le seraient-elles pas sans véritables raisons ? À l’inverse, certains risques avérés ne seraient-ils pas sous-estimés ? Finalement, ne négligerions-nous pas les vrais dangers au profit de controverses aux enjeux plus idéologiques que sanitaires ou environnementaux, le tout sur fond de « naturel », bon par essence, opposé au « chimique » (sous entendu, l’industriel), suspect par principe ? D’un autre côté, le « principe de précaution », invoqué pour des périls très hypothétiques et que la science n’arrive pas, pour l’instant, à établir, n’est-il pas un luxe réservé à des sociétés où les besoins primaires sont abondamment satisfaits pour une majorité de personnes ? Ce numéro de Science et pseudo-sciences entend apporter un éclairage scientifique sur une partie de ce débat aux enjeux clés pour notre société.

Science et pseudo-sciences

1 « Chassez les molécules toxiques », 60 millions de consommateurs, septembre 2013.

2 Voir l’analyse : Les Français et les pesticides - Désinformation « Express ».

3 « Il y a du poison partout dans la nourriture », interview de la réalisatrice Marie-Monique Robin dans Télérama du 28 janvier 2011.

4 « La seconde mort de l’alchimiste Paracelse », Stéphane Foucart, Le Monde Science et techno du 11 avril 2013.

Mis en ligne le 15 octobre 2013
4058 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !