Les baleines ont-elles le mal de mer ? - L’histoire surprenante des habitants de la mer

Caroline Lepage. Les éditions de l’Opportun, 2012, 190 pages, 15 €

Note de lecture de Martin Brunschwig - SPS n°302, octobre 2012

Nous avons déjà rendu compte à plusieurs reprises de ces ouvrages ludiques et à la mode, rédigés sous forme de questions (parfois un peu saugrenues, mais c’est aussi le jeu) qui ont pris le parti de nous instruire en nous amusant. Le concept est maintenant bien rodé, et Caroline Lepage, justement une habituée1. Elle a aussi traduit certains livres du même genre.]], en connaît parfaitement toutes les ficelles, qui sont en gros de ne jamais être pontifiant, tout en transmettant beaucoup de connaissances.

Dans ce dernier ouvrage, est-ce l’effet d’une forme d’accoutumance de ma part, ou ce ton léger est-il exagérément primesautier ?... Toujours est-il que l’auteur abuse un peu cette fois-ci, m’a-t-il semblé, des formules décontractées ou amicales, surjouant quelque peu l’aspect ludique, cherchant à mettre le lecteur en confiance, comme s’il ne fallait surtout pas paraître trop sérieux. Pourtant, la longue liste de sources (et un index final) montrent bien que ce livre est parfaitement documenté.

Cela étant dit, l’ouvrage est naturellement aussi instructif que plaisant, et on va de surprise en surprise : un harpon datant de la fin du 19e siècle retrouvé dans le corps d’une baleine tuée en 2007 (ce qui en dit long sur la longévité de ces gigantesques mammifères) ; une baleine « égarée » dans la Tamise ; l’étoile de mer, qui sort son estomac de son corps pour le mettre sur sa proie, commencer à digérer, et le réintégrer quand la taille du tout sera redevenue plus raisonnable ; ou encore ce scoop : les dauphins se doteraient de petits noms ! On en apprend vraiment à chaque page.

Le choix de l’auteure de se cantonner au domaine maritime pourrait être une limite, mais la mer est encore si riche en plantes et animaux divers que tout danger de monotonie est écarté, et Caroline Lepage en explore vraiment tous les recoins2 ! Elle en profite au passage pour égratigner ici ou là quelques légendes pseudo-scientifiques (comme le cartilage de requin, qui ne peut rien contre le cancer…), ou réviser bien des idées reçues (comme cette « bonne odeur d’iode », alors que l’iode ne sent rien…), ce qui ne manquera pas de réjouir nos lecteurs !

1 Voir la présentation de son précédent ouvrage sur notre site : Pourquoi les mouches aiment-elles les crottes ?.

2 Elle anime d’ailleurs un site Internet consacré en grande partie à ce sujet

Mis en ligne le 1er mars 2013
825 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !