Les textes publiés dans cette rubrique ne reflètent pas nécessairement la ligne éditoriale des publications de l’Afis mais visent à informer plus complètement nos lecteurs en leur proposant divers éclairages sur des questions particulièrement controversées.
Libre opinion

Centrale nucléaire : pourquoi vouloir tuer la poule aux œufs d’or ?

par Michel Gay

Le programme électronucléaire français continue de susciter, de la part de ses adversaires, une vigoureuse opposition : les accidents de Tchernobyl (1986) puis de Fukushima (2011) sont devenus les références incontournables des opposants au nucléaire civil, tandis que le moindre incident est exploité sans commune mesure avec la réalité.

Pourtant, l’émergence de la problématique du changement climatique et le choix d’une meilleure maîtrise des émissions de gaz à effet de serre ont ajouté une légitimité nouvelle, "écologique", à l’électricité en général et à la production nucléaire de cette énergie en particulier.

Il y a quelques décennies, on nous promettait l’âge d’or de l’électricité avec l’électronucléaire, une source d’énergie presque inépuisable. L’uranium viendrait relayer juste à temps le charbon, le gaz et le pétrole, dont les ressources connues risquaient d’être taries en une ou deux décennies. Fruit des grandes découvertes de la physique contemporaine, l’électricité d’origine nucléaire bénéficiait du prestige attaché aux conquêtes de la science et de la technique. Elle jalonnait une nouvelle victoire de l’intelligence humaine dans la compréhension et l’utilisation des lois de la nature. En France, elle s’auréolait du charisme de Frédéric Joliot-Curie, prix Nobel, combattant de la Résistance, militant de la paix.

Aujourd’hui, pour une large part de l’opinion, surtout parmi les jeunes, les belles couleurs de ce tableau idyllique se sont inversées. L’énergie nucléaire est ressentie comme synonyme de pollution radioactive avec le risque de catastrophes majeures qui y est associé. Ses déchets s’accumuleraient sans qu’on sache s’en débarrasser, faisant peser une lourde menace sur les générations futures. Désormais le développement des centrales nucléaires inquiète, à des degrés divers, une partie de la population.

Les sociologues et les historiens qui entreprendront d’expliquer cette mutation de l’image nucléaire auront à en considérer, outre la rapidité, le caractère ouvertement passionnel. Dans les débats télévisés ou les reportages organisés de temps à autre sur le nucléaire, les données scientifiques ou techniques ne sont mentionnées que pour la forme, quand elles ne sont pas tronquées ou fausses, et cachent à peine le conflit affectif.

Il en résulte un dialogue de sourds où les positions sont figées à l’avance. L’affrontement ne fait que renforcer davantage des opinions déjà établies. Ces échanges biaisés suscitent souvent des arguments de piètre qualité. Les reportages jouent sur l’émotion et s’apparentent les plus souvent à une propagande contre le nucléaire et en faveur des énergies renouvelables.

Naguère célébrés comme des bienfaiteurs, les techniciens de l’électronucléaire se voient soupçonnés des pires intentions. S’ils ne parlent pas de leurs projets, c’est qu’ils veulent cacher la vérité. S’ils les exposent dans des publications accessibles à tous, c’est qu’ils cherchent à tromper le public. Les techniciens du nucléaire s’entendent souvent demander - pouvez-vous nous garantir que telle installation ne présente aucun risque ? Le risque zéro n’existe pas. Rechercher cet objectif, c’est se condamner à l’inaction et à l’immobilisme. Sortir de chez soi et traverser la rue, c’est accepter le risque d’être renversé par une voiture. L’appréciation d’un risque est liée d’une part à la probabilité d’un accident, d’autre part à la gravité des conséquences possibles. Telle est la simple vérité. Pourquoi la plupart des comportements à l’égard du nucléaire sont-ils à ce point marqués d’irrationalité ?

On invoque souvent, comme cause première de ces attitudes, le péché originel de l’atome : Hiroshima. Mais ce lever de rideau du massacre nucléaire est antérieur à l’euphorie et au chœur de louanges quasi-unanimes qui accueillit les premiers réacteurs producteurs d’énergie. Le doute et la contestation ne se sont développés qu’ensuite. Et pour le gros des bataillons antinucléaires, la dernière guerre mondiale appartient à une histoire qu’ils n’ont pas eux-mêmes vécue. Sans doute utilisent-ils parfois dans leur propagande le champignon de Bikini, pour suggérer l’éventuelle explosion catastrophique d’une centrale. Mais il reste un thème accessoire. Tchernobyl et Fukushima fournissent aujourd’hui de biens meilleurs arguments pour alimenter la contestation antinucléaire. Il est d’ailleurs remarquable que les mouvements antinucléaires concentrent leur agressivité sur les centrales productrices d’énergie, donc de richesses matérielles et sociales. Saper la production d’électricité qui est un des principaux moteurs de la production matérielle et le cœur du confort des sociétés modernes industrielles semble être aussi une motivation des mouvements altermondialistes et anticapitalistes. Pour de nombreux jeunes militants "verts", la lutte contre le programme nucléaire est devenue un des aspects de leur lutte pour un changement de société. Nous appellerons ces écologistes anti-nucléaires les "verts" par simplicité de langage. Et surtout aussi pour les différencier des personnes qui s’estiment aussi être "écologistes" tout simplement parce qu’elles aiment la nature et certains principes qui se rattachent à l’écologie, sans pour autant être opposées à la production d’énergie électrique d’origine nucléaire.

L’écologie est devenue un chapeau très large qui recouvre un fourre-tout. Le courant multiforme qui s’est approprié le mot "écologie", s’alimente de toutes les frustrations et de toutes les souffrances nées des maladies de notre système social. Mais en même temps il subit la problématique propre à ce système : pour ou contre la technique, pour ou contre la science. D’où la facilité avec laquelle, dans une ambiance de malaise, il entre en résonance avec les lieux communs du sous-développement culturel scientifique. « Les deux tiers de la chaleur produite par une centrale nucléaire partent dans la nature" », alors que ça n’a quasiment aucun effet sur la nature et que les centrales nucléaires n’émettent pas de CO2. « Ils nous empoisonnent avec leur industrie chimique ou nucléaire », …etc. Ces résonances sont amplifiées par les medias prêts à accompagner toute idéologie contestataire ou à exploiter le « catastrophisme » qui capte l’audience et augmente les parts de marché. Cela est vrai pour l’offensive lancée contre les centrales nucléaires à tous les niveaux, jusqu’au Sénat par le groupe écologiste.

Certains, notamment parmi les "verts", cherchent à provoquer un référendum car ils y voient la condition d’un choix démocratique par la "connaissance". Mais cette connaissance, même superficielle, demande des mois d’apprentissage pour commencer à comprendre. Qui a le temps de le faire ? A moins de se passionner pour le sujet pendant ses vacances ou d’avoir beaucoup de temps libre, en étant à la retraite par exemple, cette acquisition des connaissances restera un vœu pieu pour la grande majorité du public.

Il y a une autre voie parfaitement démocratique. On l’oublie un peu mais elle consiste à faire confiance aux élus de la République dont le rôle est aussi de prendre des décisions au nom du peuple et de la Nation. C’est un choix technique et social qui peut être assumé par des hommes politiques, comme l’ont fait Charles De Gaulle et Pierre Messmer, à l’époque.

Essayons donc d’y voir clair en situant les perspectives de l’électronucléaire par rapport à ce qu’on appelle les « énergies nouvelles ou renouvelables ».

Ces énergies « renouvelables » sont présentées comme une planche de salut contre le nucléaire. Sommairement, elles relèvent de quatre têtes de chapitres - le vent (énergie éolienne), la mer (marées ou vagues), la chaleur souterraine (géothermie) et le rayonnement solaire et ses dérivés (biomasse). Le vent et les vagues ne sont d’ailleurs aussi que des formes de l’énergie solaire, qui est le moteur des mouvements de l’atmosphère. Une caractéristique commune à toutes ces énergies est qu’elles sont connues et utilisées depuis des siècles. Et parfois pratiquement abandonnées au profit de ces sources vraiment nouvelles que furent, en leur temps, la houille et le pétrole. Ce qui est ici nouveau, ce ne sont pas les sources d’énergie, mais les techniques qui permettent de les utiliser mieux qu’autrefois.

Le rayonnement solaire alimente toute vie terrestre. Le charbon, le pétrole, le bois sont du soleil en conserve. L’agriculture n’est qu’un moyen de capter cette énergie. Le mot nouveau est donc mal venu, s’il veut qualifier la nature des sources en cause. Le constater n’est pas une vaine querelle de vocabulaire. Par ses connotations il rejoint une volonté de refus, de rupture, de changement, d’espoir en un avenir différent, née de la crise présente de nos sociétés, et que le courant dit écologique, spécialement dans sa composante antinucléaire, tend à capitaliser. Outre sa coloration révolutionnaire qui devrait nous engager dans "une transition énergétique", le caractère de nouveauté sous-tend une argumentation : s’il existe des énergies disponibles non encore exploitées, elles s’offrent comme une alternative à l’énergie nucléaire, cette invention diabolique, ce mal absolu qu’il faudrait éradiquer.

De toutes les qualités que l’on prête un peu vite à ces sources énergétiques dites renouvelables, la plus fallacieuse est la gratuité. Le soleil, le vent, l’eau chaude profonde, les marées, tout cela nous serait offert généreusement par la nature, voire par "Mère Nature". Nous n’aurions qu’à puiser dans le trésor. Eh oui ! Encore faut-il capter cette énergie, ce qui ne peut se faire sans un matériel approprié, lequel n’est pas gratuit : éoliennes, foreuses, batteries de miroirs paraboliques, panneau photovoltaïques …etc. Et lui donner une forme appropriée, c’est-à-dire, dans presque tous les cas, en faire du courant électrique.

Parler d’énergie gratuite n’a pas de sens. Le charbon et le pétrole sont tout aussi gratuits, puisqu’ils existent sans qu’on ait à les fabriquer ; c’est l’extraction, le transport, la transformation des produits, les taxes, etc,…, pour aboutir à des kWh "utiles" qui, en aucun cas, ne sont donnés en cadeau. Cette mise au point, ne vise aucunement à exclure de nos perspectives ces sources d’énergie qui ne sont ni nouvelles, ni toujours douces, et à coup sûr jamais gratuites, mais seulement à débarrasser le débat des nuées dont l’obscurcit une mystique néo-rousseauiste.

Certains "verts", au regard candide, proposent de faire baisser drastiquement la consommation mondiale au niveau où elle se trouvait il y a plusieurs décennies, moyennant quoi il y aurait moins de problèmes. Il faut une superbe indifférence à la démographie, à l’économie politique, à la sociologie, pour ignorer qu’un tel retour en arrière, à supposer qu’il soit accepté, entraînerait, outre une chute brutale du niveau de vie, une augmentation rapide de l’effectif des sans-emploi, avec les dramatiques effets sociaux et humains qu’on peut à peine imaginer. L’efficacité énergétique et les économies d’énergies sont souhaitables et utiles mais elles ne peuvent que limiter la progression de la hausse de la consommation énergétique.

Renoncer à la civilisation industrielle ou l’entraver pour retourner vers la nature ? Ce sont des voies que suggèrent quelques "verts" qui cultivent le fantasme d’un âge d’or préindustriel. Mais cet âge n’a jamais existé. Même l’Europe du « grand » siècle était celle des famines et des épidémies. Que dire aujourd’hui de ces pays du tiers-monde où des millions d’humains crèvent de faim et de maladies et qui, pourtant, font de l’« écologie » sans le savoir !

On est en face d’un problème politique qu’on n’affronte pas efficacement en se complaisant dans l’idéologie et l’irrationnel. Parmi les causes qui peuvent concourir à une nouvelle déflagration mondiale figurent assurément, d’une part la compétition sauvage pour les sources d’approvisionnement en matériaux énergétiques, d’autre part le déséquilibre croissant entre les nations industrielles et celles qui s’enfoncent dans la misère et la famine. Il n’est pas permis d’envisager l’avenir énergétique sans prendre ces faits en considération. Les croisades antinucléaires les ignorent.

Qu’en est-il du "grave" problème de l’élimination des déchets radioactifs ? L’élimination des déchets à haute activité fait l’objet de plusieurs propositions de solutions qui ne mettront aucunement en danger les générations futures. Pour le moment, il n’y a pas d’urgence à trancher et le stockage provisoire actuel peut durer encore plusieurs dizaines d’années. L’idéal serait leur destruction. Cette idée n’est pas chimérique. Certains éléments à longue période peuvent, par irradiation être transformés en éléments à vie brève, qui ne laissent au bout de peu de temps qu’une « cendre » non radioactive. On entrevoit déjà que certains types de réacteurs - en particulier les surgénérateurs - pourraient jouer ce rôle d’incinérateurs de déchets radioactifs.

Dans l’immédiat, on recourt à des modes provisoires de stockage qui ne grèvent aucune des solutions envisageables dans l’avenir. Tel est le cas pour les combustibles usés retirés du réacteur après trois ou quatre ans d’usage. En moyenne, on extrait chaque année 20 tonnes de combustibles usés par réacteur nucléaire dont une tonne seulement représente les déchets de combustion (produits de fission et actinides) hautement radioactifs.

Les combustibles usés sont plongés d’abord dans une piscine où, en quelques années, ils perdent 98 % de leur radioactivité par désintégration des éléments à période courte. Puis les déchets sont séparés et ils sont incorporés à une pâte de verre qu’on coule dans des fûts d’acier. Ceux-ci sont entreposés dans des fosses bétonnées d’où la chaleur engendrée par la radioactivité est évacuée par convection ou ventilation. Le stockage en fosses durera quelques dizaines d’années après quoi, la radioactivité ayant suffisamment décru pour ne pas risquer de détruire le verre, on pourra envisager un stockage définitif. Après les traitement à l’usine de la Hague, il reste annuellement 320 m3 seulement de ces futs d’acier contenant les déchets des 58 réacteurs nucléaires français qui fournissent plus de 75% de notre électricité.

L’autre péril le plus souvent allégué est celui des accidents de réacteurs nucléaires. Mais en aucun cas une centrale ne peut exploser comme une bombe atomique. Dans celle-ci la matière fissile doit être presque pure (au moins 90%), assemblée dans un temps très court en masse critique et maintenue en un ensemble compact, afin d’obtenir une fission en chaînes quasi-instantanée de toute la masse, libérant le maximum d’énergie dans le minimum de temps. Aucune de ces conditions n’est réalisée dans un réacteur nucléaire, Un emballement accidentel de la fission ou un défaut de refroidissement pourrait seulement, par élévation excessive de la température, entraîner des destructions avec libération de matières radioactives. C’est ce qui s’est passé à Tchernobyl et Fukushima. Tchernobyl a fait moins de 100 morts. Quant à Fukushima, deux rapports (UNSCEAR/ONU1 et OMS), publiés le 23 mai 2012 et passés inaperçus, ont conclu que Fukushima ne ferait aucune victime par irradiations. Le tsunami, lui, a fait 20.000 morts et des dégâts considérables. Mais Fukushima n’y est pour rien. Si des associations et des sites bien intentionnés ont "célébré l’anniversaire" de Fukushima en mars 2012, aucun à ma connaissance, à une notable exception prés2, n’a fait état de ces deux rapports publiés vers la même date.

Cela ne signifie pas que le développement du nucléaire soit la seule issue qui s’offre à notre civilisation. Mais un débat rationnel doit être débarrassé des mythes. Or, l’image qui fait des centrales nucléaires des antichambres de l’enfer est un mythe.

Le refus total de l’électronucléaire est voué à l’échec : la pression de la nécessité, dans la plupart des états européens ainsi qu’au Japon, en Chine, en Inde, en Russie et dans nombre d’autres pays, emportera toutes les résistances, quelle que soit la couleur politique des dirigeants. Le cas de l’Allemagne est particulier. Ce pays se repose sur le charbon de son sous-sol et sur l’importation de gaz russe qui fournissent 60% de l’électricité. Et ce pourcentage va augmenter car 20% de l’électricité allemande provient toujours des réacteurs nucléaires…

Si, ainsi qu’il est permis de le penser, la civilisation industrielle doit connaître une phase électronucléaire comme elle a traversé des phases charbon et pétrole, alors on peut soit s’opposer à la mutation au nom d’une mystique néo-rousseauiste, ou bien peser autant qu’on le peut pour qu’elle respecte et serve l’intérêt collectif. Cette seconde attitude peut paraître moins facile. Elle ne fait pas miroiter de solutions miracles, elle exige une lutte constante.

Notons que d’un point de vue écologique, la combustion du charbon et des hydrocarbures engendre une nuisance non pas hypothétique comme d’autres, mais déjà réelle et pratiquement irréversible : la diffusion de particules nocives et l’augmentation de la teneur de l’atmosphère en gaz carbonique. Elle va s’accélérant depuis le début de la révolution industrielle au siècle dernier, et certains redoutent qu’il en résulte de sérieux bouleversements du climat terrestre. Seul, le recours à des sources d’énergie autres que la combustion de composés du carbone, notamment pour produire massivement de l’électricité, peut limiter ce processus.

Alors quelles sources d’énergies ?

Le vent et le soleil ? Ce sont peut-être les grandes ressources des prochains siècles. Éternelles et peu polluantes (il faut bien les fabriquer…). Pour l’instant, des recherches de laboratoires tentent d’augmenter le rendement pour produire des panneaux photovoltaïques à un coût accessible et, surtout ils essaient de trouver le moyen de stocker massivement et à faible coût l’énergie produite pour pouvoir l’utiliser suivant les besoins d’un grand pays comme la France, ce qui est encore loin d’être le cas. A l’échelle vraiment industrielle, c’est-à-dire en production de masse, elle n’interviendra pas avant quelques décennies… ou siècles.

La géothermie, les marées, les vagues ? Ces énergies constitueront un appoint non négligeable, mais qui restera marginal.

Alors, le nucléaire ? C’est la seule énergie vraiment offerte « ici et maintenant ». C’est la grande solution de l’avenir pour plusieurs décennies, voire pour plusieurs siècles.

Les actuels réacteurs consomment moins du centième de l’uranium naturel acheté (0,5%). Le reste n’est pas utilisé, à part la petite quantité de plutonium engendré dans le réacteur, et qu’on peut récupérer à condition de retraiter le combustible irradié. Or les réserves utilisables de minerai d’uranium ne sont pas illimitées. Avec les programmes actuels de développement de centrales nucléaires, elles seront épuisées dans un siècle. A moins que…

A moins qu’aux réacteurs à eau légère succèdent les surgénérateurs. Avec eux 50% de l’uranium naturel (composé à 99,3 % d’uranium 238) devient un "combustible nucléaire". Du coup la durée - des réserves d’uranium naturel est multipliée par un facteur proche de 100. Or c’est sur ce type de réacteurs que la contestation antinucléaire manifeste la plus forte crispation. En effet, avec ce type de réacteurs surgénérateurs, le nucléaire devient durable puisque les réserves mondiales d’uranium connues à ce jour permettraient d’alimenter plus de dix fois le parc mondial actuel pendant plusieurs milliers d’années.

En France, le stock de 300.000 T d’uranium dit "appauvri" (encore moins radioactif que l’uranium naturel qui n’est pas dangereux) qui reste à l’issu de la fabrication des barres de combustibles nucléaires est précieusement conservé sur notre sol. Il permettrait d’alimenter, actuellement, nos centrales nucléaires de 4e génération pendant 3000 ans (trois mille ans !)….

Si les surgénérateurs de la quatrième génération démarrent vers 2040, il y aura 5000 ans de réserve de combustible nucléaire, uniquement sur le sol français, pour alimenter les centrales électriques et fournir toute l’électricité dont la France aura besoin, sans avoir à importer du combustible.

Ces surgénérateurs serviraient aussi à contenir et à éliminer le plutonium créé dans les réacteurs. Dans un siècle, ou plus…., peut-être qu’une autre technologie - solaire ou énergie de fusion - prendra le relais des réacteurs actuels à fission de 3e et 4e génération.

Si on ne veut pas que nos enfants nous accusent d’incurie, il faudrait un peu de prudence avant de crier haro sur les surgénérateurs !

Ces quelques réflexions n’épuisent pas, bien sûr, les avantages que les français pourront tirer de l’électricité d’origine nucléaire. Mais elles visent à mettre en garde contre les campagnes passionnelles et à leur préférer le sang-froid et l’information.

Les sources d’énergies abondantes et bon marché que sont le charbon, le pétrole et le gaz ont été à l’origine du développement de nos civilisations modernes et en sont aujourd’hui le moteur. Les centrales nucléaires pourront produire l’énergie électrique propre, bon marché, décarbonée et abondante dont nous avons et dont nous aurons besoin dans les décennies à venir pour succéder, au moins partiellement, à ces énergies d’hier, pour le bien et la grandeur de la France.

Michel Gay
Mis en ligne le 4 septembre 2012
4190 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !