Emballement médiatique pour un scoop de 2000 ans

295 - avril 2011

Le 13 janvier 2011, le quotidien gratuit 20 minutes, s’appuyant sur une dépêche AFP, publie un court article intitulé « Astrologie : Vous n’êtes sans doute pas du signe que vous pensiez ». On y apprend que « selon le chercheur Parke Kunkle […] des mouvements célestes notamment dus à l’interaction gravitationnelle ont en effet modifié la position relative du Soleil, de la Terre et des constellations ». Comme une traînée de poudre, la « nouvelle » est immédiatement reprise et recopiée quasiment à l’identique par de nombreux journaux (dans la version en ligne ou la version papier) : le Nouvel Observateur (qui publie même le « nouveau calendrier astrologique »), Libération, Le Figaro, Le Monde, La Nouvelle République du Centre-Ouest ou encore La Libre Belgique.

À chaque fois, l’information est présentée comme une découverte récente, sans le moindre commentaire rappelant que ce « scoop » est vieux… de 2000 ans. Le phénomène, nommé « précession des équinoxes », est en effet connu depuis Hipparque (IIe siècle avant notre ère) et se manifeste par une sorte de mouvement de toupie qu’effectue l’axe de rotation de la Terre, dû à l’interaction gravitationnelle de notre astre avec la Lune et le Soleil, et au fait que notre planète n’est pas tout à fait une sphère mais présente un léger renflement au niveau de l’équateur. Conséquence (et c’est d’ailleurs ainsi qu’Hipparque a découvert le phénomène) : la position apparente des étoiles sur la sphère céleste se déplace lentement. Si aujourd’hui, l’étoile polaire nous indique (à peu près) le Nord, il y a près de 5000 ans, il fallait se fier à une étoile de la constellation du Dragon. Autre conséquence, cette fois pour les férus d’astrologie, les signes du zodiaque ne sont plus ce qu’ils étaient : ce phénomène de précession des équinoxes a en effet décalé la correspondance (bien imparfaite par ailleurs) entre signe et constellation éponyme.

Faut-il incriminer le manque d’esprit critique de certains journalistes ? Il n’était pourtant pas difficile de faire une petite recherche sur Internet. Leur manque de formation scientifique ? Peut-être un peu les deux, allié à la recherche de l’information spectaculaire. Aux dernières nouvelles, il paraît que la Terre n’est pas plate… Mais l’AFP n’en a encore rien dit…

Mis en ligne le 12 avril 2011
1859 visites

Explorer par thème


Valid HTML 4.01 Transitional CSS Valide !